Archives du blog

Contamination alimentaire : l’IJRC réclame une sécurisation juridique

4530

Véritable épée de Damoclès au-dessus de la tête de tous les compétiteurs, le dopage par contamination, souvent alimentaire et donc involontaire, hante l’esprit de beaucoup de cavaliers dont notamment les membres de l’IJRC. Plusieurs membres de ce club international des cavaliers de jumping, et non des moindres (Steve Guerdat par exemple) ont eu à subir l’opprobre d’une accusation de dopage avant d’être finalement blanchis à l’issue d’un parcours du combattant long, rude et onéreux. Un système inique où l’accusé doit faire la preuve de son innocence et où comble de l’ironie, on ne sort jamais totalement lavé. L’IJRC pousse donc pour un changement des règles. Il a entièrement raison.

L’équitation est assurément l’un des sports qui se veut le plus vertueux avec un niveau de lutte anti-dopage des plus élevés puisqu’il repose sur un principe de seuil de tolérance zéro lié au départ à la volonté d’éviter toute triche dans les courses. Sauf qu’en raison de l’évolution des technologies de dépistage, la précision renvoie de plus en plus loin, désormais jusqu’à plus de 20 chiffres derrière la virgule ! Autrement dit, la moindre molécule extérieure est immédiatement repérée. Corollaire de ce niveau de précision c’est qu’il ne fait pas la distinction entre un dopage volontaire et un dopage accidentel, non voulu, par contamination. La présence de substances interdites ou prohibées peut avoir des causes improbables. Des aliments industriels contaminés dans une chaîne de production qui sert également à la fabrication d’aliments pour d’autres animaux, des fourrages intégrant des plantes indésirables contenant des substances interdites, une contamination par des humains ou animaux sous traitement médicamenteux… La révélation de contaminations par l’utilisation de simples shampoings ou d’humains ayant uriné au mauvais endroit souligne la difficulté de la tâche.

La charge de prouver l’innocence du cavalier ou de son entourage relève d’une véritable enquête policière qui nécessite le recours à des laboratoires spécialisés et une coopération totale des différents fournisseurs et entourages pour remonter la chaîne. Autrement dit une possibilité réservée aux plus grands noms mais totalement exclue pour les autres qui préfèrent généralement subir la peine pour revenir le plus rapidement possible dans le circuit. C’est la première injustice. La deuxième c’est que même innocenté l’accusé doit rendre ses lots. La troisième c’est que dans la pratique courante pour éviter tout risque de contamination et donc de condamnation, les chevaux au plus haut niveau doivent être placés dans une bulle à la maison et en compétition avec un contrôle total de leur environnement et une conservation ubuesque d’échantillons, de références d’emballages… Cette gestion aussi lourde que ridicule n’est pas accessible au cavalier lambda ce qui créé de facto une justice à deux vitesses. Non pas entre puissants et misérables mais, entre ceux qui ont les moyens et les autres.

Dernière victime en date, Christian Ahlmann contrôlé positif en janvier dernier avec Mandato van de Neerheide, se défend en avançant une contamination accidentelle.

Quand la loi n’est pas bonne, il convient de la changer. La balle est donc dans le camp de la FEI, appelée par l’IJRC à faire évoluer ses règles. Il ne s’agit pas en l’espèce de renoncer au principe de tolérance zéro mais d’adapter la réglementation à l’évolution de la science en matière de dépistage et de prendre en compte une contamination chimique involontaire qui hélas, n’est pas réservée aux seuls chevaux. Autrement dit, mettre un peu d’intelligence dans un règlement vieillissant en total décalage avec ce que certains pourraient désigner comme, « la vraie vie ».

Kevin Staut imprime sa marque à l’IJRC

KS

Kevin Staut, Président de l’IJRC

On ne présente plus le Kevin Staut le cavalier. Tout ou presque a été dit sur l’athlète même si dernièrement sa prise d’autonomie du Haras des Coudrettes et sa nouvelle coopération avec les marchand suisse Grégoire Oberson laissent deviner une volonté d’entreprendre qui tranche avec le cocon doré précédemment offert par la famille Perron-Pette. Toutefois, c’est dans un autre registre, celui de président du Club international des cavaliers de saut d’obstacles (IJRC), que le Normand révèle une autre facette de sa personnalité. Le long entretien accordé au site scandinave Worldofshowjumping.com à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de cette association qui regroupe l’élite des cavaliers mondiaux dévoile un Kevin Staut très politique, au sens noble du terme.

Il y a bien sûr la façon dont les Français perçoivent leur champion, forcément subjective, et le regard posé par les extérieurs. Sans trop de surprise, celui-ci est positif. Parce que Kevin Staut c’est un athlète performant, une des stars du système et une vraie personnalité. De là à en faire un bon président de l’IJRC, ce n’était pas si évident. Parce que cette association qui a son rond de serviette à la FEI ne se réduit pas à un club de copains cavaliers qui se réunit de temps en temps autour d’un verre ou d’un bon repas. C’est aussi une structure qui a un rôle important à jouer dans le délicat équilibre à trouver et à maintenir entre instances sportives, organisateurs et athlètes. A titre personnel, Kevin Staut, tout comme son ami Steve Guerdat, y a ajouté une mission à ses yeux essentiels : la défense d’une certaine éthique sportive bousculée depuis quelque temps par une pression financière accrue.

Force est de constater que depuis fin 2017, date de son élection, Kevin Staut a trouvé ses marques tant sur le fond que sur la forme. Selon le site Worldofshowjumping le Français présente un côté gentleman, soit comme le définit le dictionnaire un homme de parfaite éducation, qui fait preuve de réserve et de distinction dans ses manières, allié à un « franc-parler civilisé ». Un bel oxymore pour dire que Kevin Staut a la capacité de dire des vérités crues en respectant les canons de la politesse. En vocabulaire équestre, on parlerait de main de fer dans un gant de velours. Il est incontestable que sous sa présidence l’IJRC a retrouvé des couleurs à un moment délicat pour l’âme des sports équestres que certains sont prêts à sacrifier sur l’autel de l’argent. Les polémiques sur la répartition des invitations dans les CSI ainsi que sur le montant des engagements ont été l’occasion de faire entendre la voix des cavaliers.

Kevin Staut, en homme cultivé et avisé, a bien compris que la première des batailles à mener pour gagner la guerre est celle de la communication. Grâce à sa notoriété, il s’y emploie avec succès. Loin d’être un dogmatique, sa ligne politique en vrai pragmatique à la fois ferme et mesurée, en fait aujourd’hui un acteur écouté et respecté au-delà du cercle des cavaliers. Tout est affaire d’équilibre comme être présent dans les instances de la FEI mais aussi en dehors de celles-ci lorsque les intérêts, pour des raisons multiples, divergent. A ce jeu tout en finesse, Kevin Staut excelle et, ce qui ne gâche rien, semble trouver à l’exercice un réel plaisir. Un grand champion est aussi, il est vrai, un grand stratège.