Archives de Catégorie: Disparition

Disparition de Tim Stockdale, emporté par un cancer foudroyant

theres-no-such-word-as-cant-tim-stockdale-cover-256x400

En 2012, Tim Stockdale avait sorti son autobiographie.

Ce sont nos dieux du stade et pourtant, ils ne sont pas immortels. Tim Stockdale (54 ans) est décédé le 14 novembre à l’hôpital entouré des siens d’un cancer foudroyant de l’estomac diagnostiqué au début du mois d’octobre. Avec plus de 50 sélections en équipe nationale dont une participation aux JO de Pékin en 2008, Tim Stockdale était une figure de l’équitation britannique, aujourd’hui plongée dans le deuil, d’autant que ses prestations comme commentateur à la télévision l’avaient rendu très populaire

En 2011, Tim Stockdale avait été victime d’un très grave accident, une fracture des cervicales, en essayant des chevaux au pays de Galles. Pourtant neuf mois après il revenait au meilleur niveau international. L’anecdote est révélatrice de la détermination et de la personnalité forte et hors du commun de ce cavalier qui, dans l’année qui suivait publiait son autobiographie, compilation d’anecdotes d’une vie colorée et bien remplie.

La Fédération Equestre Internationale lui a rendu hommage par la voix de John Roche, le patron du saut d’obstacles : « Tim était un vrai cavalier et un grand compétiteur. Il n’a jamais perdu sa passion pour la compétition et concourait sur la scène internationale jusqu’à tout récemment. Sa gentillesse, son sourire, son sens de l’humour, ainsi que son approche positive de la vie manqueront beaucoup à tous ceux qui ont eu la chance de le connaître.« 

Tim Stockdale, habitué des CSI se déroulant en France, laisse une épouse, Laura, et deux fils Joseph et Mark.

 

Publicités

Forlap laisse Gregory Wathelet orphelin

aflp

Forlap et Gregory Wathelet

On ne reverra plus Forlap sous la selle de Gregory Wathelet. Le cavalier Belge a annoncé mercredi soir sur Facebook  la disparition de son cheval.  Le crack s’était fracturé un antérieur à la longe début décembre. Bien qu’opéré et soigné au mieux dans la perspective d’une retraite bien méritée, des complications survenues ces deux dernières semaines ont conduit à euthanasier ce très doué fils de Querlybet Hero.

Très touché par la disparition de son cheval avec lequel il a signé de très belles performances (champion de Belgique, vainqueur du GP 5* de La Corogne, 2ème du GP de Doha, 5ème à Lummen …)  Gregory Wathelet a exprimé toute son émotion dans un communiqué reproduit ci-dessous.

« Il y a des destins qui sont ainsi fait et que l’on ne peut pas contrôler !

Tu étais et tu resteras toujours une exception pour toute les personnes qui on eu la chance de te rencontrer…

Tu es arrivé dans ma vie au début de tes 7 ans, malgré ton caractère et ton tempérament bien trempé, tu as directement été quelqu’un de spécial pour moi. Que ce soit par tes attitudes qui ont fait que l’on ne peut que s’attacher à toi ou par tes résultats sportifs très précoces avec ta victoire au Championnat de Belgique des 7 ans.

Tu m’as ensuite offert l’année suivante (alors que tu n’avais que 8 ans) le titre de champion de Belgique senior et toujours au même âge tu remportais déjà un GP 5* à la Coruna. Début des 9 ans tu t’imposais comme la nouvelle futur star avec ta 2ème place dans le GP 5* Doha, 5ème du GP CSIO de Lummen et surtout tes 2 doubles sans fautes sur 2 sorties en coupe des Nations à Lummen et à la Baule !

Il n’en fallait pas plus pour que nous ne puissions te garder ! Ce fut pour moi déjà une grande déchirure de te voir partir à l’âge de 9 ans.

Mon rêve avait toujours été que tu reviennes chez moi jusqu’au jour où cela est devenu réalité, quand Judith a décidée de me faire ce cadeau pour lequel je ne serais jamais assez reconnaissant. Je pensais alors que tu étais de retour pour le reste de ta vie et pour de longues années.

Mais c’était sans compter sur ce coup du sort qui en décidera autrement ! 1 an jour pour jour après ton arrivé et déjà tous ses résultats positifs dont cette merveilleuse finale de coupe du monde à Omaha, c’est le destin qui décidera de mettre une fin prématurée à tout cela.

Après cet accident, toute l’équipe a mis tout en œuvre pour te sauver et que tu puisses avoir une belle retraite anticipée. Mais une nouvelle fois alors que tu montrais encore ta force de caractère et ton intelligence incroyable pour te sortir de cette situation et réparer cette fracture, les 2 dernières semaines ont été plus difficiles pour toi avec plusieurs complications. Mais là encore, tu t’es battu comme jamais. Mais malheureusement ce dernier combat, tu n’as pu le gagner.

Le destin en a décidé autrement et c’est avec beaucoup de tristesse que nous avons du prendre la décision de te laisser partir et ainsi d’abréger tes souffrances dans ce dernier combat qui était tout simplement perdu d’avance. Peut-être que tout simplement cela devait se terminer comme ça !

Aujourd’hui je suis tellement peiné et souffrant de ton départ que je dois encore réaliser que tu ne seras plus là. J’ai l’impression d’avoir perdu mon meilleur ami ou même un membre de ma famille !

Tu vas manquer a beaucoup de monde ici à l’écurie et même à l’extérieur. Mais pour moi tu seras toujours là quelque part dans mon cœur et dans mes pensées.

Je te souhaite bon vent dans ta prochaine vie.. Merci pour tout ce que tu m’as offert. Forlap, je t’aime vraiment fort… tu me manques déjà tellement. »

First Class van Eeckelghem s’en est allé

First

First Class van Eeckelghem sous la selle de Daniel Deusser

On a appris le 30 juin la disparition à l’âge de 12 ans de First Class van Eeckelghem, l’une des montures de tête de l’Allemand Daniel Deusser, suite à des coliques. Acquis par les écuries Stephex en 2013, ce fils de Balou du Rouet s’est illustré sous la selle de Daniel Deusser avec notamment une médaille de bronze par équipes au Jeux Olympiques de Rio.

Dans un post sur Facebook, Daniel Deusser a adressé un message d’adieu à sa monture de coeur : « Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens, aujourd’hui j’ai perdu un ami. La première fois que je t’ai monté, j’ai su que nous étions destinés à faire de grandes choses, même si nos débuts ont été un peu mouvementés, même si, First Class, tu n’étais pas le cheval le plus facile. Mais ton coeur était grand, et j’ai toujours pu compter sur ta combativité. De notre premier Grand Prix à la médaille olympique en passant par le titre de champion d’Allemagne, il n’y a aucun doute : je te dois tout. Tu as été le cheval de ma vie et tu resteras dans mon coeur. Repose en paix mon ami