Archives du blog

Bosty ou la force tranquille

Bosty

Roger-Yves Bost (archives)

Allez savoir pourquoi, instinctivement, on l’aime bien Bosty. Son physique un peu rond, sa démarche un poil chaloupé et ce mélange de gouaille et de silences. Ni taiseux ni grande gueule ce champion inoxydable présent au plus haut niveau depuis des décennies est l’incarnation même de ces personnes qu’on connaît peu mais qu’on a spontanément envie d’avoir comme ami.

Bosty en pote, ça doit être quelque chose. Pourtant, ce n’est pas avec lui qu’on va vider quelques chopines de bière au comptoir. Sa longévité d’athlète il la doit aussi à son sérieux qui ne rime pas avec ennuyeux. Pas d’alcool. Ce sera juste un Coca. Dans le milieu cavalier ça tranche. Ses petites rondeurs sont rassurantes. Il n’a pas l’équitation triste. On devine chez le bonhomme un appétit de la vie et cette qualité rare d’apprécier les petits plaisirs qui constituent le bonheur d’une vie. Pas de prise de tête pas d’anorexie.

Bosty au-delà de l’empathie qu’il dégage offre la vision d’une équitation différente, faussement simple où la connexion avec le cheval n’est pas un mythe. « Je leur parle » a avoué lundi soir le cavalier du haras des Brulys sur la plateau de Horse Series, la nouvelle émission de Kamel Boudra qui a trouvé asile sur SFR Sport 3. « Ça me permet de me décontracter » complète pudiquement le champion qui ne livrera pas le fond de sa pensée sur sa relation avec ses chevaux. Une chose est sûre, il les aime. Et ça se sent. A plein nez.

Un jean, des baskets blanches mais aussi une belle chemise sous une veste impeccablement coupée et portée, Bosty n’en finit pas de nous surprendre. Aussi à l’aise sur un plateau tv que sur un terrain de concours, il offre le visage de l’alliance parfaite de professionnalisme et de décontraction. La décontraction suprême, pas celle des kékés des bacs à sable mais des très grands champions, reconnus comme tels par leurs pairs. La légion d’honneur arborée discrètement à la boutonnière témoigne de la solidité du personnage, véritable institution qui a déjà mis un pied dans l’histoire. Une vraie star, mais abordable. Avec toujours le salut ou le petit mot gentil pour les anonymes qui le croisent et parfois franchissent le pas et l’interpellent.

Une belle force tranquille. On adore.

NB: l’état-civil et le palmarès du champion, c’est ici.

Katie Dinan : « J’aime tout en Sydney Une Prince »

dinan

Katie Dinan

C’est bon pour le commerce extérieur, un peu moins pour l’équipe de France et le classement mondial des cavaliers concernés. La vente de Sydney Une Prince suivie de celle de Soleil de Cornu CH a résonné comme un coup de tonnerre dans le ciel équestre hexagonal qui avait perdu l’habitude de voir partir ses meilleurs éléments chez des cavaliers fortunés ou épaulés par des sponsors généreux. Dura lex ced lex. La loi est dure mais c’est la loi. Surtout celle de l’argent qui coule à flots au sein du très haut niveau. Et après tout, on pourrait presque s’en féliciter, même si on ne croit pas à la théorie du ruissellement, parce que finalement le système a toujours fonctionné ainsi. Seules ses proportions se sont renforcées sous le poids de la mondialisation et l’émergence d’une caste d’ultra-riches.

Sur un plan purement sportif, voilà donc la belle Sydney Une Prince, billet en poche qui traverse l’atlantique pour venir faire le bonheur de sa nouvelle cavalière, la très réservée mais sympathique Katie Dinan. On passera donc sur le fait que Katie est la fille de James Dinan dont la fortune personnelle en 2018 est évaluée à 1,94 milliard $. On retiendra surtout que cette jeune fille bien née de 24 ans outre des études brillantes à Harvard à le cheval dans le sang depuis son plus jeune âge puisque c’est dès ses 4 ans qu’elle a commencé à user ses fonds de culottes sur le dos d’un équidé avec un premier concours à seulement 5 ans.

La suite est marquée par une progression linéaire avec à ses yeux deux temps forts dans sa jeune carrière. Une victoire personnelle dans le GP 5* de Lexington (USA) en 2013 ainsi qu’une victoire collective et si particulière avec l’équipe nationale dans la Coupe des Nations de Dublin la même année. Des performances réalisées avec son inséparable Nougat du Vallet, son fidèle compagnon qu’elle décrit comme son « super cheval » mais qui fête ses 17 printemps cette année.

Ses écuries son loin d’être désertes mais un crack cheval ne se trouve pas sous la première pierre. Il fallait donc commencer à réfléchir à la retraite progressive de Nougat et à son remplacement. Judicieusement conseillée par son coach, le Suisse Beat Mändli, le choix s’est donc porté sur Sydney Une Prince, pleinement opérationnelle à 12 ans, dont le propriétaire François Badel a toujours affiché la volonté de la commercialiser.

Touché, mais pas coulé, Roger-Yves Bost a fait part de son émotion à voir partir une jument brillante qui restera associée dans sa mémoire à la médaille d’or par équipe décrochée à Rio. Et puis le champion Français peut se consoler en constatant que sa belle alezane sera dans de bonnes mains, dans une bonne maison.

Contactée par Planète cso, Katie Dinan a indiqué être très heureuse d’accueillir Sydney dans ses écuries. « J’aime tout en elle.  Sydney et Bosty ont constitué un formidable couple. Je ferai de mon mieux pour poursuivre sa carrière dans le sport de haut niveau« . C’est bien tout le mal qu’on peut leur souhaiter.

Bordeaux : Pieter Devos, homme pressé, cavalier comblé

apid

Pieter Devos et Espoir

Sa nervosité tranche avec le calme olympien des Staut ou Guerdat. A peine apparente, bien contenue. Pieter Devos est un homme pressé sur la piste ou lorsqu’il accorde un entretien à un journaliste. Mais c’est avant tout un professionnel impeccable aussi bien dans les affaires que dans le milieu professionnel du jumping. L’homme a du sang mais toujours maîtrisé. Une vraie qualité donc, de celles qui permettent de s’imposer dans un barrage d’étape Coupe du Monde. Samedi soir à Bordeaux, le Belge associé à Espoir était le meilleur et surtout le plus rapide à l’issue d’une galopade de folie dans une interminable ligne droite conduisant sur le dernier obstacle (photo). Au final, Pieter Devos s’est imposé dans un barrage à neuf devant le Maître Marcus Ehning (Cornado NRW) et la surprise du week-end, l’Espagnol Manuel Fernandez Saro (Carnavaro 9), 107e mondial…

aPietD

Pieter Devos, heureux vainqueur de l’étape CdM de Bordeaux

Malgré un important contingent, les forces française de l’équitation sont passées à côté de l’épreuve. Roger-Yves Bost a néanmoins sauvé l’honneur en décrochant une belle 7ème place dans une osmose parfaite avec la belle Sydney Une Prince. Les choses se cont beaucoup moins bien passées pour les autres tricolores. Pas de contre-performance pour Kevin Staut (4 points avec Rêveur de Hurtebise) mais 8 pour Simon Delestre (Teavanta) et Pénélope Leprevost (Vagabond de la Pomme) et une Quenelle du Py beaucoup trop délicate même dans les mains expérimentées d’Olivier Robert pour permettre à ce dernier d’exceller sur ses terres.

bosty

Flying Bosty sur Sydney Une Prince a signé la meilleure performance française

Le Grand Prix dominical devrait néanmoins offrir aux déçus du samedi soir de repartir avec le sourire aux lèvres. Ou pas.

Le classement de l’épreuve ici.

Fiers de Bosty

Bosty

Roger-Yves Bost (archives)

C’est dans les circonstances difficiles que se révèle la trempe des hommes. Depuis la bévue de Doha, nos cavaliers internationaux ont eu malheureusement l’occasion à plusieurs reprises de s’interroger sur l’attitude à adopter face aux horreurs qui ont successivement touché notre pays. Hier, après le carnage de Nice nos internationaux ont pris la décision d’arborer un brassard noir à la fois en signe de deuil et de solidarité à l’égard des victimes et de leurs familles. Qu’ils en soient remerciés. Aujourd’hui, Roger-Yves Bost, en grand champion, a su se transcender et donner le meilleur de lui même pour décrocher la victoire avec Pégase du Murier dans la grosse épreuve du jour. A l’issue, c’est un Bosty inhabituellement sérieux et grave qui a su trouver les mots justes pour en parler « Après l’attentat de Nice, ça veut dire beaucoup pour nous d’entendre la Marseillaise. Tous les cavaliers français ont porté des brassards noirs car nous voulions montrer notre compassion et que nous sommes fiers d’être français » a déclaré le sélectionné olympique. Merci Bosty.

LGCT : Mexico City rime avec Bosty

_SGC2950

Crédit photo : Stefano Grasso/LGCT

Derrière sa fausse nonchalance et son style si particulier, notre Roger-Yves Bost national est un redoutable compétiteur. Sa longévité au plus haut niveau, son palmarès parlent pour lui. Et si des jeunots, la goutte de lait au bout de nez, en doutaient un peu, le cavalier de Barbizon en remportant le premier Grand Prix LGCT de Mexico l’a rappelé de la plus belle des manières. Il devance dans l’ordre Jos Verlooy (Caracas), Bertram Allen (Hector van d’Abdijhoeve) et  Christian Ahlmann (Epleasure van’t Heike).

 A quelques mois des jeux de Rio, Bosty et son cheval de tête de 12 ans, Quoud’Coeur de la Loge, nous ont plus que rassuré. Ils ont confirmé un formidable potentiel, mis en valeur par une piste superbe, … aux dimensions olympiques.

Car la victoire du Français s’est faite sur la distance. Deux manches et un barrage, il fallait en avoir un peu sous les sabots et sous la bombe. Non seulement les prestations de Bosty et de Quoud’Coeur ont gagné en fluidité et en aisance au fil des tours mais le champion d’Europe 2013 s’est révélé fin stratège au barrage dans son choix de foulées et dans ses prises de risque.

_SGB5757

Comme un petit air de Bostymania flotté sur Mexico à l’issue de la victoire du Tricolore. Crédit photo : Stefano Grasso/LGCT

Omniprésent ces derniers temps dans les classements, Christian Ahlmann échoue cette fois au pied du podium mais glane au passage suffisamment de points pour devenir selon toute vraisemblance le nouveau numéro 1 mondial dès le mois prochain.

Le classement intégral de l’épreuve ici.

Début en fanfare pour Bosty et Quoud’Coeur de la Loge à Calgary

GPlabaule1 043

On ne manquera pas de suivre Bosty et Quoud’Coeur de la Loge ce week-end dans le GP de Calgary. Un couple en forme retenu pour défendre les couleurs françaises à la fin du mois dans la finale de la Coupe des Nations à Barcelone.

Les amateurs de jumping seront contraints au grand écart ce week-end. Rome, accueillera une nouvelle étape du Global Champions Tour. Au même moment le Masters du CSI 5* de Spruce Meadows, tentera de faire oublier le vieux Continent avec un Grand Prix dominical dont le suspense sera renforcé par la cagnotte à 1M€ que tentera de décrocher Scott Brash. A travers les meilleurs pilotes au monde se livre une bataille feutrée d’horlogers. D’un côté Longines partenaire principal du GCT et de l’autre Rolex qui a cassé sa tirelire pour mettre en place un grand Chelem autour des trois concours de Genève, Aix-la-Chapelle et Calgary.

Les forces vives de l’équitation française se sont réparties entre les deux. Pénélope Leprévost, Simon Delestre et Patrice Delaveau ont fait le choix de la ville éternelle. Bosty et Kevin Staut, pour ne parler que des têtes d’affiche, n’ont pas hésité de leur côté à traverser l’Atlantique pour tenter de faire main basse sur une poignée de dollars. Bien leur en a pris. Le duo de choc s’est classé respectivement deuxième et troisième de l’épreuve à 1,60 m de mercredi qui est revenue à Kent Farrington (Uceko). Un début en fanfare donc pour Quoud’Coeur de la Loge et Elky van het Indihof HDC. A suivre …

Le classement de l’épreuve ici.

CHI de Genève : Scott Brash, impérial, s’impose devant un Bosty en pleine ascension

Gucci Masters2014 147

Scott Brash et Hello Sanctos Gucci Paris Masters. Cliquer pour agrandir.

Le CHI de Genève a une fois de plus tenu toutes ses promesses. L’étape helvétique de la Coupe du Monde a consacré le règne sans partage de Scott Brash sur la planète du CSO depuis un an mais aussi confirmé l’irrésistible ascension du couple Bosty- Quoud’Cœur de la Loge, qui, auteur d’une très belle deuxième place un mois seulement après s’être imposé dans le GP de Lyon.

Sacré week-end en effet pour l’Écossais sans doute à l’apogée de sa gloire qui en un week-end aura réussi à s’imposer dans la finale très prisée du Top 10 Rolex et dans le Grand Prix. Brash, un extra-équestre ? Peut-être. La suprématie du sujet Britannique est à ce jour réelle. Pour autant Bosty qui a trouvé dans Qoud’Cœur une digne relève à Myrtille Paulois s’affirme au fil des concours comme un redoutable concurrent.

CHI Geneva 2014_03

Roger-Yves Bost et Qoud’Coeur de la Loge Photo : © Rolex/Kit Houghton

Avec 40 partants et 13 barragistes, le chef de piste Belge Luc Musette confirme tout le bien qu’on dit de lui. Et ce ne sont pas les Français qui en diront du mal puisque, outre la deuxième place de Bosty, Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise HDC se classent 4ème quand Pénélope Leprévost et son étalon Vagabond de la Pomme se classent cinquièmes.

Tout le classement ici.

Qoud’cœur Lyonnais pour Bosty

equita14nob 534

Le sourire de la victoire pour Bosty sur Qoud’coeur de la Loge

Bosty le magnifique a encore frappé. Le champion d ‘Europe en titre a créé la surprise à Equita Lyon ce dimanche en remportant devant plus de 6000 spectateurs la 3ème étape Coupe du Monde du circuit la Ligue Europe de l’Ouest. Le Français devance le vétéran Néerlandais Wout-Jan van der Schans (Capetown) et l’Allemand Hans-Dieter Dreher sur son très remarqué Embassy II.

Pour son 20ème anniversaire Equita avait avec Bosty une guest star qui a parfaitement rempli son rôle en offrant au fidèle public Lyonnais la première victoire française dans le GP à l’issue de deux décennies de disette. Après les adieux de Myrtille Paulois samedi soir, le champion d’Europe 2013 a démontré que chez les grands cavaliers, les chevaux passent mais, le talent reste. A défaut d’une véritable relève, le Français signe une très belle victoire sur Qoud’Cœur de la Loge, un cheval de 10 ans (fils d’Idéal de la Loge) avec lequel il remportait la semaine précédente le GP du CSI3* de Saint-Lô.

bost

Bosty et Qoud’coeur de la Loge

Gonflé à bloc, le cavalier de Barbizon n’a pas hésité à sauter le pas pour un 5* réputé difficile et bien lui en a pris avec un barrage époustouflant dans lequel l’étalon à fait montre de toute sa puissance. « Je n’imaginais pas que j’allais réussir à faire cela aujourd’hui. Gagner à Lyon c’est important. Qoud’Coeur de la Loge a vraiment très bien sauté, je ne pensais pas que j’allais sortir de la première manche. Au barrage, je savais que je pouvais aller très vite. C’était vraiment un gros Grand Prix. Après sa victoire à St Lô la semaine dernière, c’est sa première épreuve à ce niveau. La semaine prochaine, je serais à Vérone, Qoud’Coeur de la Loge ira ensuite à Doha, avant de revenir sur le circuit Coupe du Monde. Gagner ici c’était inattendu. » a déclaré avec sa franchise habituelle le champion d’Europe en conférence de presse.

Très sport, Wout-Jan van der Schans s’est félicité de sa « belle seconde place » et s’est déclaré « ravi de la victoire du cavalier français », littéralement porté par le public.

equita14nob 406

Simon Delestre – Qlassic Bois Margot –

Quatre Français figuraient parmi les treize barragistes. Simon Delestre (Qlassic Bois Margot) termine à la 5ème place en réalisant le plus rapide des 4 points. Avec respectivement 8 et 12 points, Patrice Delaveau (Carinjo 9*HDC) et Kevin Staut (Rêveur de Hurtebise*HDC) se retrouvent relégués aux portes du classement aux 13ème et 14ème place.

Tout le classement ici.

Dis Bosty, à quoi penses-tu ?

csi3vitesse 012Privé de finale Coupe du Monde en raison d’un hématome contracté par sa jument de tête Myrtille Paulois, notre Bosty national a dû se rabattre sur le CSI 3* de Lyon qui se déroulent en parallèle à Eurexpo. Pensif mais combatif, notre champion d’Europe s’est rappelé samedi matin au souvenir de tout le monde en se classant 2ème de la vitesse 1m50 avec Castle Forbes Cosma.