Archives du blog

Reed Kessler : « En Europe vous n’avez pas besoin d’être millionnaire pour réussir »

Reed

Reed Kessler

Ce n’est plus une vague, c’est un tsunami. Le petit monde du jumping international est entré en ébullition. La goute d’eau qui a fait déborder le vase est incontestablement l’annonce de la FEI de vouloir harmoniser le prix des engagement en Europe sur ceux des Etats-Unis, à la hausse, bien évidement. Trop c’est trop pour les cavaliers internationaux qui, les uns après les autres, de façon unanime, expriment leur désapprobation. Après NoelleFloyd.com, c’est un autre site anglophone de référence, worldofshowjumping.com, qui entre dans la danse pour se faire le porte-voix des cavaliers. Et l’opinion de Reed Kessler mérite qu’on s’y attarde d’autant plus que c’est son père, Murray, qui est depuis le mois de janvier à la tête de la fédération américaine des sports équestres (USEF).

Malgré ses 22 ans et son mètre soixante-cinq, Reed Kessler n’est pas la caricature d’une jeune américaine plus ou moins écervelée que des parents fortunés ont choisi d’occuper dans une activité bon chic, bon genre. Certes son père, a fait fortune dans l’industrie du tabac, suffisamment pour se retirer des affaires à 57 ans et se consacrer bénévolement à la passion de sa vie, l’équitation. Mais avec sa femme Teri, ils ont été des cavaliers amateurs passionnés et on transmis à leur fille la rigueur dans le travail, le sens de l’effort et de l’argent. Sans doute parce qu’ils sont issus eux-mêmes d’un milieu modeste.

Comme d’autres jeunes américaines Reed a fait le choix courageux de quitter très jeune sa famille, son pays et ses premiers coach, Katie et Henri Prudent, pour venir apprendre le métier en Europe, auprès des meilleurs, Marcus Ehning notamment. Depuis la jeune femme est restée. Elle s’est installée aux Pays-Bas même si elle continue à faire de nombreux aller-retour avec les USA.

Membre de l’équipe olympique de 2012, Reed Kessler a quitté ces dernières années le Top 30. Elle est actuellement 121ème au classement mondial. La fortune de son père pourrait lui permettre d’avoir un regard distancié sur la barrière financière qui se met en place dans le jumping de haut niveau. Et pourtant, rien de cela. Reed Kessler développe une approche lucide sur l’évolution de son sport. Elle considère notamment que le nouveau système mis en place par le Global Champions Tour constitue une menace pour l’intégrité de sa discipline en instaurant un cercle vicieux au profit des 15 meilleurs mondiaux. Reed Kessler est ouvertement critique sur le système américain que la FEI souhaite étendre à l’Europe. La jeune femme relève à titre d’exemple que l’an passé, malgré deux victoires dans deux épreuves qualificatives de niveau 5* à Wellington, elle est repartie du Winter Equestrian Frestival avec un bilan financier négatif.

Reed Kessler souligne que le jumping est notoirement plus accessible en Europe qu’aux USA et que c’est ce qu’elle aime, qu’il n’y a pas besoin d’être millionnaire pour réussir mais que la modification des droits d’engagement constitue une menace sur le caractère accessible de ce sport. « C’est un sport couteux, mais il doit rester ouvert à tous et il devrait y avoir des règles du jeu équitables. La personne qui part après moi dans le Grand Prix a la même chance que moi en dépit de son âge de son sexe, de sa situation financière. Nous sautons le même parcours et nous avons le même accès aux mêmes épreuves. Revenir là-dessus, c’est enlever tout ce qui fait le sport ».

Source : Worldofshowjumping.com

Retrospective 2016 (3) : Reed Kessler dit good bye à Cylana

reed_hdr

Reed Kessler et Cylana, couple chic et choc.

C’était le scoop de début octobre. Par le biais d’un communiqué, Reed Kessler annonçait la vente de sa jument Cylana. Comme quoi, en plus d’être jeune, talentueuse et fille de millionaire on peut avoir la tête sur les épaules et savoir se séparer, moyennant 3 millions de dollars d’une jument (Skippy II x Darco) de 14 ans avec laquelle on a passé 5 années formidables marquées par un passage aux JO de Londres. Gageons qu’avec le cash dégagé la jeune américaine réinvestira dans un cheval d’avenir. A 22 ans, on a la vie devant soi …

Reed Kessler tourne la page Cylana

cyl

Reed Kessler et Cylana

Pour une surprise, c’est une surprise. Reed Kessler (22 ans) a annoncé ce jour sur les réseaux sociaux la vente de Cylana, sa jument de coeur, à une jeune cavalière amateur de 20 ans également américaine, Cloe Hymowitz, élève de la franco-américaine Brianne Goutal.

Cylana et Reed c’est une histoire forte et improbable. Tout commence avec l’acquisition fin 2011 chez un marchand Suisse d’une jument Belge sans palmarès, sans expérience au niveau 5* et qui pourtant permet à sa nouvelle cavalière de décrocher un an après une sélection pour les Jeux de Londres en 2012 sous la bannière de l’Oncle Sam. Et c’est ainsi que Reed Kessler devint la plus jeune cavalière de l’histoire des JO : 18 ans seulement soufflés un mois avant les Jeux.

Avec Cylana, Cloe Hymowitz, fille du richissime Gregg Hymowitz dispose désormais d’un cheval d’école expérimenté et en pleine posséssion de ses moyens, âgé seulement de 14 ans. On peut légitimement penser, même si le prix de la transaction n’a pas été révélé, qu’il est très conséquent pour avoir convaincu Reed Kessler à vendre « le cheval de sa vie ». Certaines sources avance le chiffre de 3 millions de dollars. Autre élément sans doute décisif, la vente prévoit qu’à sa retraite, la jument retournera aux écuries de Reed Kessler.

recyl

Momment de complicité entre Reed Kessler et Cylana

Reed Kessler et Cylana dans la short list US pour les JO

RK

Reed Kessler et Cylana sont bien parties pour disputer leur deuxième olympiade

La fédération américaine des sports équestres a rendu public la liste des 10 cavaliers de saut d’obstacles à partir de laquelle sera finalisée l’équipe américaine pour les JO de Rio. Une short list de poids dans laquelle figurent Margie Engle, Kent Farrington, Lauren Hough, Laura Kraut, Beezie Madden, Todd Minikus, Callan Solem et McLain Ward mais aussi la jeune garde avec Lucy Davis et Reed Kessler.

La sélection finale sera établie à partir des prestations de ces cavaliers sur les CSIO 5* de La Baule, Rome, St Gall et Rotterdam entre le 12 et le 26 juin.

Après Londres en 2012, les Jeux de Rio en ligne de mire pour Reed Kessler

Finale Barce15D2 059

Reed Kessler et Cylana (archives)

Elle fait partie des visages qu’on a plaisir à retrouver sur un podium. Reed Kessler, puisqu’il s’agit d’elle signe à de Palm Beach un retour gagnant. La jeune américaine de 21 ans désormais installée à Guttecoven aux Pays-Bas dans des infrastructures qu’elle partage avec Katharine Offel a connu un passage à vide qui semble désormais derrière elle. Présente en Floride pour participer au Winter Equestrian Festival elle vient d’y signer jeudi, après celle du 11 février, sa deuxième victoire dans le fameux challenge Ruby et Violette associée à son cheval de tête, Cylana, une jument belge Warmblood de 14 ans (Skippy II x Darco).

Une victoire qui n’a pas de prix en raison de l’inquiétude qu’avait contracté Reed Kessler par rapport à l’état physique de sa jument. « Je suis vraiment soulagée car la semaine dernière, je n’ai pas passé une très bonne semaine. J’étais tellement stressée que j’ai eu un ulcère et j’ai dû aller aux urgences le jeudi. Cylana a très bien sauté dans le Challenge Cup jeudi dernier. Mais quelques jours après, elle se comportait bizarrement, elle ne voulait pas bouger son arrière train, je me suis un peu inquiétée car je la connais très bien, elle n’était pas au meilleur de sa forme. J’étais stressée car je ne savais pas si je devais la faire sauter ou non. Elle est plus qu’un cheval pour moi, c’est ma moitié, je ne la laisserai jamais sauter si elle ne se sent pas bien. Le vétérinaire l’a examiné et l’a trouvé bien. Nous avons donc participé à l’épreuve du dimanche mais les choses ne se sont pas bien passées du tout. Nous avons fait tomber trois barres et elle ne sautait pas comme à son habitude. Je l’ai mise au repos pendant quelques jours, au pré. Je suis tellement soulagée après ces deux parcours. La semaine dernière ce n’était pas elle, aujourd’hui je l’ai retrouvé.’ »

Reed Kessler espère bien figurer sur la short list de la fédération équestre américaine pour participer aux JO de Rio qui sera rendue publique courant avril. En 2012, elle avait été la plus jeune participante aux JO de Londres (avec Cylana) où elle n’avait alors que 18 ans.

L’américaine a rajouté une corde à son arc en faisant appel désormais aux conseils de Barbançon Mestre, une cavalière espagnole de dressage qui a participé aux JO de 2012 mais aussi, une amie proche. « C’est le jour et la nuit » confie Reed qui met en avant le développement de la masse musculaire et l’excellent état physique de ses chevaux grâce à cette méthode. « Désormais, je peux facilement enlever une ou deux foulées. C’est un atout précieux pour le barrage » avoue-t-elle avec franchise.

Vidéo : Cylana et Reed Kessler lors de leur victoire du 11 février dans l’épreuve Ruby et Violette

Reed Kessler imprime sa marque à Stuttgart

Finale Barce15D2 005

Reed Kessler très attentive aux conseils de son ancien mentor Marcus Ehning (archives)

La jeune américaine Reed Kessler (21 ans) semble bien partie au CSI 5* de Stuttgart. L’ancienne élève de Marcus Ehning désormais installée dans ses propres écuries aux Pays-Bas a remporté jeudi sur sa fidèle Cylana, une jument de 13 ans, la grosse épreuve de la première journée de compétition, un barème C à 1m50.

Aujourd’hui vendredi, quasi-rebelote sur une vitesse toujours aux mêmes côtes. Mais cette fois Reed Kessler en selle sur Charity 33 a dû se contenter de la deuxième place, juste derrière le mexicain Alberto Michan Halbinger (Camillo LS La Sill).

Une belle série pour l’américaine qui semble renouer avec les places d’honneur après un long passage à vide. La semaine dernière elle se classait deuxième de l’étape Coupe du Monde de Toronto avec une Cylana revenue au top de sa forme.

Reed Kessler décroche un billet surprise pour Barcelone

Rid

Reed Kessler et Cylana (archives). Cliquer pour agrandir.

Du nouveau dans la sélection américaine qui défendra les couleurs de l’Oncle Sam à la finale de la Coupe des Nations à Barcelone fin septembre. Le retrait de Margie Engle (Royce) ouvre la voie à Reed Kessler qui disputera la compétition avec sa jument de tête, Cylana. Robert Ridland, le sélectionneur aligne une très belle équipe, équilibrée entre jeunesse et expérience, et 100% féminine composée de : Lucy Davis, Lauren Hough, Laura Kraut, Beezie Madden et donc Reed Kessler.

Reed Kessler pose ses valises aux Pays-Bas

Reed1

Reed Kessler sur sa jument de tête Cylana (Skippy II et Darco). Cliquer pour agrandir.

La pétillante cavalière américaine Reed Kessler a indiqué avoir fait l’acquisition d’une propriété aux Pays-Bas. « Speedy Reedy » comme on la surnomme dans le milieu est tombée sous le charme d’installation équestres situées à Guttecoven, à 15 min de Maastricht. Elle partagera ses écuries avec son amie Ukrainienne Katharina Offel qui lui louera une partie des infrastructures.

A seulement 21 ans, Reed tourne une page dans sa jeune carrière puisqu’elle quitte les écuries de Marcus Ehning qu’elle avait rejoint fin 2013 après avoir été longtemps coaché par la famille Prudent aux Etats-Unis. La cavalière de Cylana continuera à avoir recours aux conseils du Maître mais, de façon ponctuelle, comme un certain … Bertram Allen.

Il s’agit d’un choix très pragmatique de la jeune américaine qui avait fait le choix courageux de quitter sa famille installée à Lexington au Kentucky pour venir travailler avec l’un des meilleurs cavaliers au monde et pour se confronter au circuit européen qui est le plus relevé et le plus professionnel du globe. Comme tous les grands cavaliers, Reed actuellement au 91ème du classement permanent Longines-FEI continuera bien entendu à participer à des épreuves sur le continent Nord-Américain.

Best of 2014 : Reed Kessler – Ligist

CSI3 Lyon 187

Reed Kessler & Ligist (CSI3* Lyon 2014) Cliquer pour agrandir.

 

Pas de finale de la Coupe des Nations pour Reed Kessler

Barcelone1 128

Reed Kessler et Cylana à Barcelone en 2013

Bien dommage. On ne retrouvera pas Reed Kessler et sa fidèle jument Cylana pour la finale de la Coupe des Nations qui se disputera pour la deuxième année consécutive à Barcelone du 9 au 12 octobre prochain. Les 5 athlètes retenus par la fédération équestre américaine sont Kent Farrington, Lauren Hough, Margie Engel et Mclain Ward. Le choix d’écarter Reed Kessler est d’autant plus incompréhensible que cette dernière s’est classée deuxième du mythique Grand Prix de Spruce Meadows le 14 septembre dernier où elle a signé trois sans faute sur Cylana.

De Paris à Doha : à la fin c’est toujours un Allemand qui gagne

Bordeaux W 293Le programme de la FEI était particulièrement chargé ce week-end. Le chic à la française contre le choc des pétrodollars mais aussi, un énième Grand Prix à Wellington en Floride. La fine fleur du jumping avait l’embarras du choix pour cette date du calendrier.

Cette concurrence aura privé le public parisien d’un plateau exceptionnel. Et c’est dommage. Parce qu’Hermès avait mis les petits plats dans les grands. Mais pas assez. Même si le Grand Palais a confirmé qu’il est un extraordinaire écrin pour les sports équestres, l’appel des dotations a été le plus fort pour une bonne part de l’élite des cavaliers mondiaux qui a fait le choix de la modernité et de la dotation Qatarie. Quand le Grand Prix parisien de ce dimanche était doté de 400.000 euros, Doha en mettait  650.000 sur la table pour son épreuve-phare. Cette course folle aux dotations n’est pas sans rappeler le football, discipline dans laquelle les hommes des sables ont également un chéquier d’avance.

C’est ainsi, au jeu du plus riche, on trouve parfois plus fort que soi. La leçon devra être méditée pour les organisateurs français un peu trop sûrs parfois de leur fait. Le plateau de l’édition 2014 du Saut Hermès aura été objectivement un cran en dessous de 2013.

Des américains absents (à l’exception notable de Reed Kessler), Steve Guerdat et Ludger Beerbaum partis cette année dans le Golfe et un Ben Maher demeuré une semaine de plus aux USA… ça fait un trou parmi les stars.

Fait rarissime tous ces cavaliers ont fait un choix qui s’est révélé pertinent.  Steve Guerdat a remporté deux épreuves à Doha où c’est Ludger Berbaum qui fait main basse sur le Grand Prix et l’énorme cagnotte (214 500 €). Ben Maher  de son côté s’adjuge le GP CSI3* de Wellington. Reed Kessler n’aura pas fait non plus le déplacement pour rien dans la capitale Française puisqu’elle se classe 5ème du Saut Hermès. Un GP dont le vainqueur n’est autre que l’Allemand du moment : Marcus Ehning qui semble enfin avoir trouvé avec Cornado une arme de guerre à la mesure de son génie.

Ne manquent dans ce tableau d’honneur aux allures d’école des fans que les Français. Ils sont bien là. A Bordeaux Marcus avait devancé de 2 centièmes Bosty, à Paris il refait le coup (cf vidéo) pour 3 centièmes à un Patrice Delaveau (Lacrimoso) pas du tout rancunier. Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise, pénalisés d’une faute, terminent sixième. Roger-Yves Bost absent du GP aura néanmoins réjoui son public en remportant le matin le prix de la ville de Paris alors que dans l’épreuve mixte du samedi, c’est le couple franco-allemand Leprevost-Kutcher qui s’est imposé.

Heureux comme Dieu en France, Marcus Ehning  s’est montré taquin en déclarant après sa victoire « Je suis désolé si quelques bons cavaliers ont choisi d’aller à Doha ce week-end, c’est de ma faute : c’est parce qu’ils savaient que je venais ici et qu’ils n’avaient aucune chance. »  Désormais sur une trajectoire ascendante, il sera l’homme à surveiller lors de la finale Coupe du Monde à Lyon en avril. Il est à parier que, piqués au vif, ses petits camarades  lui donneront bien du fil à retordre. Du beau sport en perspective.

Photo : Marcus Ehning et Cornado au Jumping de Bordeaux 2014