Harry Charles en embuscade des finales Coupe du Monde

Harry Charles et Casquo Blue au Saut Hermès

Dans la famille Charles, les plus anciens ou connaisseurs se souviennent de Peter. Peter Charles fait partie de la dream team britannique qui a remporté l’or en 2012 aux Jeux Olympiques de Londres. A désormais 62 ans, Peter s’occupe désormais de la gestion de ses affaires (Heathcroft Farm) et de sa progéniture : Harry (23 ans), Scarlett (22 ans) et Sienna (20 ans). Les trois enfants concouraient au Saut Hermès dernièrement. Les deux filles dans les épreuves Talents Hermès et le grand frère dans le 5*. L’occasion de procéder aux derniers ajustements en vue des finales Coupe du Monde qui se dérouleront à Leipzig du 6 au 10 avril prochain.

La bonne fée du jumping s’est penchée avec insistance sur les berceaux des enfants Charles mais tout de suite c’est bien l’aîné qui retient l’attention. Les traits encore juvéniles du visage cachent un redoutable compétiteur dont la relative courte expérience est largement compensée par le talent. 

Sans trop de surprise, Harry Charles a débuté très tôt les compétitions internationales : 14 ans ! En 2018, il court son premier Grand Prix 5*. Pas n’importe lequel : Aix-la-Chapelle. Autant dire que ce jeune-là a des nerfs d’acier. La même année, il est sacré champion d’Europe Jeune Cavalier en individuel et par équipe à Fontainebleau avant d’être disqualifié en raison d’une contamination accidentelle de son cheval, Vivaldi du Dom, à la lidocaine. Preuve de sa bonne foi, il n’est pas suspendu. Les bons résultats s’enchaînent. En 2021, il mets ses pas dans ceux de son père en participant aux JO de Tokyo. En décembre de la même année, il remporte sa première grosse épreuve 5* : le Grand Prix Coupe du Monde de Londres.

Son ascension fulgurante dans ce sport est certes favorisée par l’apport de son père, technique et financier, mais aussi par sa rencontre en 2020 avec une richissime propriétaire, l’Américaine Ann Thompson, qui va lui confier des chevaux de très haut niveau, notamment Romeo 88 avec lequel il court les Jeux. 

Pour les finales Coupe du Monde de Leipzig, Harry Charles s’appuiera sur Romeo 88 et Stardust, la jument avec laquelle il vient de remporter une épreuve au Saut Hermès.  « La raison pour laquelle je prends ces deux chevaux est qu’ils sont tous deux très réguliers.  Stardust a un taux de sans-faute extrêmement élevé à 1,60 m et Romeo a tellement d’expérience derrière lui » confie l’espoir britannique qui voit dans Marin Fuchs et Steve Guerdat ses plus redoutables adversaires. Pas de quoi impressionner pour autant le fils Charles qui avec un naturel dénué de forfanterie indique ne pas pas aller à Leipzig pour « faire de la figuration ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.