Flora de Mariposa, c’est peut être « sa » Jappeloup

Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa dans la Coupe des Nations de La Baule

Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa dans la Coupe des Nations de La Baule

Elle a ses détracteurs mais aussi beaucoup d’admirateurs. Pénélope Leprévost par ses résultats et son statut de première cavalière mondiale est aujourd’hui sur le devant de la scène sportive et médiatique. En prenant la deuxième place du Grand Prix de La Baule, la Normande confirme qu’elle forme avec Flora de Mariposa l’un des couples les plus performants du circuit. Lors de la traditionnelle conférence de presse qui se tient à l’issue de l’épreuve, la cavalière du Haras de Clarbec a rendu un hommage appuyé à une jument d’exception.

« Flora va vraiment très, très bien. Je n’ai pas bien monté la Coupe des Nations vendredi. Elle est pourtant double sans faute. Ça ne se voit pas parce qu’elle est fantastique. Je me suis rattrapée un peu là (dans le GP). C’est vraiment une sensation extraordinaire de monter cette jument. C’est le cheval d’une vie que chaque cavalier de haut-niveau rêve de rencontrer. C’est peut être ma Jappeloup ».

Pas rancunière pour un sou contre Jérôme Guéry pour lui avoir soufflé la victoire (comme avant lui Eric Lamaze en 2011 sur Hickstead), Pénélope Leprevost a indiqué ne pas avoir réussi à trouver la bonne distance sur le dernier obstacle et perdu la demi seconde fatale à ce moment là. « J’ai bricolé » a avoué la championne dans un sourire. Et quand on lui demande où son ses marges de progression avec Flora, la cinquième de la Longines ranking list a tout pris à sa charge : «Je pense que je dois être plus précise. La jument a présent maîtrise toutes ses gammes».

Reste la question majeure. Le pic de forme de Flora tiendra-t-il jusqu’à Rio au mois d’août ? Comme aime le dire Hervé Godignon avant l’heure, c’est pas l’heure. Et après l’heure, c’est plus l’heure. A l’inverse, Orient Express HDC et Patrice Delaveau qui semblent aujourd’hui un peu à la traîne pourraient nous livrer finalement une version moderne du lièvre et de la tortue de La Fontaine. Rien ne sert de courir. Il faut arriver à point.

Publicités

Publié le 18 mai 2016, dans A suivre, Jeux Olympiques, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Evidement que ce sera le cheval de sa vie ! Elle a déclaré Mylord comme tel un peu trop tôt…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :