Archives du blog

Madrid : Ehning en vainqueur, Staut en leader

ehning_picc

Marcus Ehning

Point d’orgue du Madrid Horse Week, le Grand Prix, 6ème étape Coupe du Monde a tenu toutes ses promesses et signé le grand retour des têtes d’affiches Ehning, Staut et Brash respectivement 1er, 2ème et 3ème.  Un podium de choix à l’issue d’un barrage restreint à 9 participants dans lequel me Maestro allemand et le pilier de l’équipe de France n’ont été départagés que par une poussière de seconde (4 dixièmes).

Honneur au vainqueur. Marcus Ehning sur son étalon Comme il faut nous a offert, une nouvelle fois, une leçon d’équitation, superbe mélange de fluidité et d’efficacité. « Vous devez toujours avoir un plan A, mais aujourd’hui, j’ai dû utiliser le plan B! » s’amusait à l’issue de l’épreuve le centaure en référence à l’option improvisée qu’il a été le seul à prendre au barrage.

Toujours très attendue, une victoire de l’Allemand n’est jamais une vraie surprise. La semaine dernière déjà, le couple s’imposait dans le CSI4* de Munich. La vraie (bonne) surprise, c’est Kevin Staut. Non pas que le talent du pilote tricolore soit en cause mais simplement parce que sa monture du jour, Aran manque un peu de références et demeure peu connue du grand public. Demeurait devrait-on dire. Arrivé début 2016 dans les écuries du champion olympique, cet un hongre KWPN de 11 ans par Manhattan, propriété d’Alexandre Malaspina et jusqu’alors associé à la Luxembourgeoise Charlotte Bettendorf, semble en avoir sous le sabot.

staut_picc

Kevin Staut

Cette belle deuxième place permet au Français de s’emparer de la tête du classement général de la ligue d’Europe de l’Ouest grâce aux points glanés avec Rêveur de Hurtebise à Stuttgart, Lyon et Vérone.

A noter également le retour sur les podiums après une longue absence de Scott Brash. L’Écossais s’est montré  pour le moins convaincant sur Hello M’Lady ce qui, pour le sport et pour ses aficionados, constitue une bonne nouvelle.

Le classement intégral du GP ici.

Marcus Ehning, s’impose à Vienne

comme_picc

Marcus Ehning et Comme il faut (archives)

A défaut d’un bal des conscrits, le Grand Prix Longines Global Champions Tour ce week-end à Vienne a tourné au bal des forfaits de Rio. Marcus Ehning en tête, associé à Comme Il Faut. Simon Delestre, sur un Chesall à la régularité de coucou suisse, monte sur la troisième marche du podium. Il est devancé par la surprenante Janne-Friederike Meyer sur Goja.

Il y a des choses plus importantes que l’équitation et le jumping. La famille par exemple. Depuis ce début septembre où il est devenu papa pour la quatrième fois, Marcus Ehning est sur un petit nuage. En bon père de famille, l’Allemand a ramené de quoi faire chauffer la marmite familiale en remportant les 99 000 € de gains alloués au vainqueur. Une victoire acquise une nouvelle fois sous la forme d’une démonstration d’équitation au barrage sur Comme Il Faut. On ne peut pas dire que l’étalon de 11 ans (Cornet Obolensky x Ratina Z) était sur le papier le favori. Ce n’était pas en tout cas celui qui en avait le plus sous le sabot en termes de puissance. Une carence amplement corrigée par un pilote d’exception qui permet à cet étalon Westphalien arrivé en 2013 dans les écuries de Marcus Ehning réaliser la meilleure performance de sa carrière internationale débutée avec l’Allemand.

Question marmite toujours, Janne Friederike Meyer (35 ans) devrait également être à l’abri des petites fringales. Les 60 000 € de dotation liés à sa deuxième place viennent s’ajouter aux gains glanés à l’occasion de sa troisième dans le Grand Prix 5* de Bruxelles début septembre sur Goja 27. Pas mal pour une cavalière qui pointe seulement au 77ème rang du classement mondial.

Accroché ces derniers temps aux podiums comme une moule à son rocher Simon Delestre n’a pas à rougir de son barrage. Premier des 11 barragistes à s’élancer, le Tricolore a mis d’entrée la pression sur ses concurrents par un tour rapide et sans pénalités, ce qui a mis la pression sur les autres cavaliers, les poussant parfois à la faute comme dans le cas de Rolf-Goran Bengtsson victime d’un inhabituel refus de Casall. Le Lorrain n’a toutefois, à juste titre, pas souhaité mettre dans le rouge Chesall. Un choix tactique raisonné qui le relègue à la troisième place.

LGCT of Vienna - Champagne celebrations: Marcus Ehning, Janne Friederike Meyer and Simon Delestre

Le podium de Vienne. Crédit photo : Stefano Grasso/LGCT

Autre Tricolore en lice, Kevin Staut sur Estoy Aqui de Muze HDC, prend une belle septième (une faute au barrage).

Le classement intégral du GP ici.