A Calgary, Scott Brash roi en son jardin

Scott Brash et Ursula XII. ©ROLEX/KIT HOUGHTON

Scott Brash et Ursula XII. ©ROLEX/KIT HOUGHTON

De la pluie et du vent. Rien à dire. Il faisait ce week-end à Calgary (Canada) un temps à mettre un écossais dehors. En toute logique c’est donc Scott Brash sur Ursula XII qui s’impose dans le très richement doté Grand Prix Rolex de ce mythique CSI 5*. Il faut dire qu’à Spruce Meadows, le désormais 9ème au classement mondial est un peu dans son jardin. C’est sur cette pelouse qu’il y a un an, il devenait le premier cavalier à réussir le Grand Chelem Rolex. A savoir remporter successivement les GP de Genève, Aix-la-Chapelle et Calgary; parrainés par la célèbre marque horlogère Suisse.

Pour cette édition 2016 à Calgary, ils étaient 40 cavaliers au départ du Grand Prix. Une épreuve rendue atypique tant par les intempéries que le tracé du chef de piste attitré (depuis 1997) du concours, le Vénézuélien Leopoldo Palacios. La combinaison mise en place par l’homme de l’art, un triple blanc oxer-vertical sur bidet-vertical sur bidet, s’est révélée très délicate. Plus d’un cavalier, même particulièrement expérimenté, s’y est cassé les dents. Au final, quatre concurrents seulement ont su décrypter les pièges du tour et sortir sans pénalités de la première manche. Kevin Staut (For Joy Van’t Zorgvliet*HDC) et Roger-Yves Bost (Qoud’cœur de la Loge) n’en sont pas. Mais, avec seulement 4 points ils décrochent leur sésame pour la deuxième manche réservée aux douze meilleurs compétiteurs.

Au terme de celle-ci, Scott Brash et McLain Ward sont les seuls cavaliers à signer un double parcours sans faute qui ouvre la voie à un barrage au sommet dans lequel Scott Brash réalise un troisième parcours sans faute tandis que McLain Ward et HH Azur sont pénalisés d’une barre. Le podium est complété par l’italien Lorenzo de Luca associé à Ensor de Litrange LXII. Kevin Staut et Roger-Yves Bost terminent respectivement 5ème et 7ème.

A 15 ans, Ursula XII signe un très réussi retour au plus haut niveau après une longue convalescence liée à une blessure contractée en 2014. En conférence de presse, le cavalier originaire de Peebles (petite bourgade au sud de l’Ecosse) est revenu sur le long chemin parcouru avec Ursula. Le trentenaire s’est déclaré très heureux pour sa jument. « Elle a toujours été un cheval incroyable, mais n’a probablement jamais eu la reconnaissance qu’elle mérite » a-t-il tenu à souligner en faisant remarquer qu’elle avait été deuxième de si nombreuses fois.

Publicités

Publié le 12 septembre 2016, dans Actualités, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :