Et maintenant place au paradressage

logo_jo_dete_-_rio_2016_paralympiques-svgIls ne sautent pas, ils dressent. Céline Gerny, Louise Stüder, Thibaut Stoclin et José Letarte composent l’équipe de paradressage qui représente la France aux Jeux paralympiques de Rio. Pour mesurer leur degré de motivation, il suffit d’écouter leur entraîneur, le capitaine Philippe Celerier lorsqu’il annonce clairement l’objectif : « on ne va pas là bas pour herser les carrières ! On a une vraie belle équipe qui peut figurer à la 8ème place. J’aimerais aussi que les 4 cavaliers accèdent à la finale ce qui implique qu’ils soient dans les 7 meilleurs de leur grade ».

Le paradressage a été intégré dans les disciplines paralympiques en 1996 où il constitue la seule discipline équestre. En France, sa gestion relève conjointement de la FFE et de la Fédération Française Handisport.

Les athlètes handicapés sont-ils des compétiteurs comme les autres ? Oui et non. Oui, si l’on considère qu’ils sont sans pitié en compétition, qu’ils peuvent tricher ou jalouser leurs adversaires. Non, car la performance n’a peut-être pas exactement le même sens que dans le monde du sport valide. Tout d’abord parce qu’il est difficile de la faire rentrer dans une grille classique d’appréciation et parce que leur capacité à se dépasser à surmonter un handicap est, là aussi, difficilement évaluable. De toute façon,  comme le dit si bien le pyschologue du sport Hubert Ripoll, « en partageant les émotions et les valeurs de celles et ceux qui nous représentent sur les stades, c’est à la rencontre de nous-mêmes valides que nous allons ».

La double tutelle FFE-FFH est révélatrice de cette dualité. A la FFE le côté sportif classique, à la FFH l’aspect résilience par le sport. L’objectif premier de la Fédération Française Handisport est de rendre accessible au plus grand nombre le sport pour les personnes accidentées de la vie, quel que soit le handicap. Et il y a du travail quand on sait que 12 millions de Français sont touchés par un handicap.

Pour le paradressage, les athlètes sont classés selon leur type de handicap, selon des grades allant de I à 4. Le grade de chaque cavalier est déterminé par des médecins et kinésithérapeutes, formés et désignés par la FEI, au moyen d’un examen spécifique. Après quoi, les présentations de Dressage varient en fonction du grade du participant :
• Grade I (a ou b) : Pas seulement ou pas et trot
• Grade II : Pas et trot
• Grade III : Pas, trot et galop
• Grade IV : Pas, trot et galop avec des mouvements latéraux

Les cavaliers des Jeux Paralympiques exécuteront trois reprises. Une épreuve par équipe (avec un participant relevant obligatoirement du degré I ou II), une épreuve individuelle et enfin, une reprise libre en musique, montrant leur contrôle du cheval restreinte aux sept meilleurs cavaliers.

Avant de s’envoler pour Rio, les athlètes et le staff de l’équipe de paradressage a organisé un point presse le 31 août dernier à la Garde républicaine de Saint-Germain en Laye. Une manifestation bien sympathique en présence de nombreuses personnalités dont notamment Serge Lecomte, le président de la FFE, mais aussi Olivier Klein Président de l’IFCE. Véronique Jannot, marraine de l’équipe de France était naturellement de la partie accompagnée de Chantal Jouanno, sénatrice de Paris et ancienne athlète de haut niveau (en karaté).

Cavalière passionnée comme Véronique Jannot, l’ex ministre des Sports interrogée dernièrement confiait : « Les athlètes handicapés sont des ‘super-athlètes’. Quand vous les regardez évoluer à cheval, vous oubliez complètement leur handicap. La performance est au sens propre ‘extra-ordinaire’ quand on connaît la difficulté du dressage, discipline d’excellence et de perfection. La résilience par le sport s’applique à tous. Se dépasser, s’engager par l’excellence, viser le plus haut de soi apportent des bienfaits, bienfaits encore plus forts avec un cheval, qui que l’on soit ».

Malheureusement, il ne faudra pas compter regarder les épreuves de paradressage à la TV. Comme l’explique en détail Equidia, « le comité d’organisation des Jeux paralympiques n’a pas disposé de moyens de production sur la discipline équestre »...

Le programme :
– 10 Septembre 2016 : Visite vétérinaire
– 11 Septembre 2016 : Épreuve par équipe Grade III et Grade Ib
– 12 Septembre 2016 : Épreuve par équipe Grade IV
– 13, 14, 15 Septembre 2016 : Épreuve Individuelle Grades III, Ib, IV
– 26 Septembre 2016 : Reprise libre en musique Grades III, Ib, IV

Publicités

Publié le 8 septembre 2016, dans A suivre, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :