Archives du blog

La mondialisation de l’équitation, façon Jan Tops

CSIO Barcelone

Jan Tops et son épouse, Edwina Tops-Alexander

Les requins chassent en meute. L’entrée au capital (50%) du Global Champions Tour du milliardaire américain Franck McCourt à l’été 2014 n’avait pas vraiment l’allure d’une action caritative sinon désintéressée. Ce duo de choc entre un redoutable homme d’affaires américain et un très futé marchand et organisateur Batave de concours sentait le souffre. Et c’est la FEI, la première qui vient de s’y bruler les doigts. Habilement amenée sur le terrain miné du respect de la libre concurrence, la fédération sportive, véritable fossile juridique dans le monde des affaires, a été déboutée sur ce qui constitue la pierre angulaire du mouvement sportif : la clause d’exclusivité sur les licenciés.

Les organisateurs du Global Champions Tour, circuit de CSO le plus doté au monde, ont annoncé dans un communiqué en date du 22 octobre que la Cour d’Appel de Bruxelles a confirmé la décision des autorités belges de la concurrence qui autorise le Global Champions Tour à lancer en 2016 une nouvelle formule par équipe, la Global Champions League, en dépit de la clause d’exclusivité revendiquée par la Fédération équestre internationale.

La Cour d’Appel de Bruxelles appuie sa décision sur le fait que la FEI n’aurait pas réussi à démontrer que la suspension de cette clause peut lui cause un préjudice grave et irréparable et donc que son respect est indispensable. L’affaire est-elle close juridiquement ? On attend impatiemment la réaction de la FEI.

A cet égard, le témoignage de Pierre Durand dans les colonnes de Grand Prix Replay apporte un éclairage intéressant au dossier. L’ancien président de la FFE et candidat l’an passé à la tête de la FEI (où il a été battu par le belge Ingmar de Vos) y fait part de son hostilité à l’offensive du GCT.  » Je suis tout à fait d’accord avec l’action menée contre le Global Champions Tour qui souhaite créer un circuit avec un système d’équipes privées. C’est un circuit qui prendrait beaucoup trop de place face aux concours mettant en valeur les sélections nationales qui sont, à mon avis, primordiales dans ce sport » indique l’ancien champion olympique. En effet, dans la formule à la sauce hollandaise proposée par le GCT, les cavaliers ne seraient plus regroupés par pays (comme pour les Coupes des Nations) mais par équipes de 4 cavaliers aux couleurs d’un partenaire.

Effacement des nations, affaiblissement des Fédérations, dérégulation, le monde de l’équitation semble rattrapé par la mondialisation. Ce phénomène si décrié et soit disant irréversible qui partage les individus en deux camps. Ceux qui y gagnent et, ceux qui y perdent.

Le Global Champions Tour prend la main sur la FEI

Longines

Crédit photo : Stefano Grasso/Longines Global Champions Tour

A l’occasion de l’étape de Vienne, les organisateurs du Longines Global Champions Tour ont indiqué  que la saison 2015 du circuit sera marquée par l’introduction d’épreuves par équipes. Ce qui est bon pour l’audience et les retombées financières est-il bon pour les sports équestres ? Pas sûr. Cette annonce unilatérale place au pied du mur la FEI qui semble totalement dépassée par un organisateur privé qui, après avoir marginalisé les Coupes des Nations, édicte désormais dans son coin ses propres règles de compétition.

On ne connait pas encore dans le détail les règles des nouvelles épreuves que souhaite mettre en place les organisateurs du LGCT. Celles-ci devraient être rendues publiques lors de la finale du Longines Global Champions Tour 2014, à Doha du 13 au 15 novembre. On sait juste que le principe est inspiré du football, avec des équipes composées de quatre cavaliers issus du Top 30, sans lien avec une nationalité.

La référence au football, et à son argent qui coule à flots, n’est pas innocente. On comprend que les meilleurs cavaliers du moment s’en lèchent par avance les babines (vidéo) puisque les seules dotations de ces épreuves par équipe seraient de 7,5 millions d’euros par saison, ce qui porterait la dotation totale annuelle du LGCT à 20 millions de dollars.

La prise de contrôle de 50% des parts du LGCT (pour un montant resté confidentiel) par Frank McCourt en juin dernier fait donc sentir ses premiers effets. Le milliardaire s’était fait une très belle réputation outre-atlantique en 2012 en revendant l’équipe professionnelle de baseball les Los Angeles Dodgers pour la somme record de plus de 2,15 Mds$ soit, plus de cinq fois ce qu’il l’avait acheté huit ans plus tôt. Le nouvel actionnaire du LGCT avait justifié son investissement par le fait qu’il était persuadé que le jumping a une marge de progression très forte en termes d’audience tv.

La notion d’équipes appartenant à un propriétaire privé, comme les franchises de base-ball ou de basket-ball propres aux USA, est sans doute à mettre au crédit du financier américain. Reste à savoir si dans cette course aux dollars, l’esprit même du sport ne va pas perdre son âme avec un Top 30 en circuit fermé, composé uniquement de cavaliers et propriétaires a minima millionnaires. Entre le rêve et l’écœurement, la marge tend à devenir mince.

On peut espérer que le sujet sera abordé par les candidats à la présidence de la FEI dont les élections se dérouleront en décembre soit, seulement quelques semaines après le dévoilement à Doha des modalités précises du championnat par équipes du LGCT.

 

Le Longines Global Champions Tour confirme la place majeure de la France dans l’équitation mondiale

ImageQuelques jours seulement après la finale de la Coupe du Monde indoor de Lyon, la saison 2014 du Longines Global Champions Tour débutera le 27 avril à Anvers (Belgique) avec un CSI 4*.

Créé en 2006 par le médaillé d’or olympique Jan Tops, ce circuit a pour but de promouvoir « le meilleur du saut d’obstacles » en faisant rivaliser les 40 meilleurs cavaliers mondiaux du classement mondial Longines, chronométreur officiel et partenaire du GCT depuis 2013, sur les plus grands terrains de concours du monde.

Pour être attractif, ce circuit, compétition officielle de la FEI, mise sur des dotations les plus élevées au monde pour du jumping. Les 18 meilleurs cavaliers de la tournée seront amenés à se partager un bonus d’environ 1 million d’euros. Le vainqueur du LGCT se verra récompensé par un chèque de 320 000 €.

Quatorze étapes constitueront le programme 2014 de la neuvième saison du GCT qui s’enrichira de trois nouvelles étapes : Paris, Shanghai et Anvers.

Trois temps forts sont annoncés. Paris, avec un concours sur le Champ de Mars au pied de la Tour Eiffel organisé en collaboration avec Virginie Couperie-Eiffel, Londres avec également un rendez-vous au cœur de la ville sur la place Horse Guards parade et enfin, Shangaï l’exotique, en pleine année du cheval pour les asiatiques.

Cette année encore la couverture TV sera assurée par Eurosport avec une possibilité de visionner les épreuves en streaming sur le site internet du LGCT. L’internationalisation de la discipline se confirme avec un intérêt croissant du public désormais sur les cinq continents et des audiences en hausse. Doha accueillera cette année encore la dernière manche, en novembre, où sera sacré le successeur à l’Ecossais Scott Brash.

La France sera particulièrement bien servie puisqu’en dehors de la capitale, Chantilly, Cannes et Monaco accueilleront une étape. Au total, outre la finale Coupe du monde à Lyon (17-21 avril) et les Jeux Equestres Mondiaux en Normandie (23 août – 7 septembre), l’Hexagone accueillera neuf CSI 5* sur son sol (Bordeaux, Saut Hermès Grand Palais, La Baule, Saint-Tropez, Chantilly, Cannes, Monaco, Lyon, Gucci Masters Paris).

Une année exceptionnelle donc pour notre pays qui confirme sa place de nation majeure de l’équitation. Le fait devra être médité par les autorités françaises et la Commission européenne au moment où celles-ci ont fait le choix de pénaliser les activités équestres par un relèvement brutal et sans concertation de la TVA.

Le calendrier :

24-27 avril : Anvers (BEL)
2-4 mai : Madrid (ESP)
29 mai-1er juin : Hambourg (ALL)
6-8 juin : Shanghai (CHN)
12-14 juin : Cannes
26-28 juin : Monaco
4-6 juillet : Paris
10-12 juillet : Estoril (POR)
25-27 juillet : Chantilly
1er-3 août : Valkenswaard (HOL)
14-16 août : Londres (GBR)
12-14 septembre : Lausanne (SUI)
18-21 septembre : Vienne (AUT)
13-15 novembre : Doha (QAT)