Archives du blog

FEI WC de Lyon : au soir du premier jour, tout reste à faire

day1 585Un bon parcours plutôt fait en barème A qu’en chasse et pas trop de sans faute (14), tels étaient les principaux enseignements tirés par les cavaliers à l’issue de la première épreuve de vendredi soir à Lyon. Satisfecit général à l’égard du chef de piste Allemand, Frank Rothenberger (photo). Celui-ci  ne promet pas de surprise pour la suite mais simplement du plus haut, plus large et plus technique.

Car le suspense reste entier. Si l’épreuve de vitesse a joué son rôle, effectuer un premier tri, on peut considérer que le vainqueur de lundi soir se situe dans les vingt premiers du classement.

Le classement provisoire justement. Pius Schwizer très carnassier en a pris la tête sur Quidam du Vivier, un cheval qu’il connaît depuis longtemps mais qu’il ne monte que depuis …4 mois ! Pour la suite le Suisse a indiqué qu’il s’appuiera sur son fidèle Toulago. Même stratégie pour Ludger Beerbaum arrivé troisième sur Chaman. Radieux à en faire plaisir, l’Allemand a confirmé ce qu’il avait précédemment déclaré. A savoir que Chaman est un bon cheval pour gagner une bataille mais pas la guerre. Le repêché de dernière minute continuera donc la compétition avec Chiara.

Stratégie différente en revanche pour Patrice Delaveau, beau deuxième de l’épreuve. Le Normand fera tout le concours sur Lacrimoso HDC. « Le cheval est assez dur pour tenir les quatre ou cinq parcours d’une finale. A cette vitesse, j’ai peut-être un peu poussé le moteur, on verra. Mais il a été fantastique ce soir. Après la déception vécue par Simon Delestre (19ème) et Kevin Staut (17ème), je me devais également de faire une bonne performance pour remonter le moral de tout le monde et je vous promets que demain, vous allez entendre parler d’eux.» Le tricolore a également justifié son choix par un programme sportif à suivre  très chargé avec notamment dans la foulée le Global d’Anvers puis la semaine d’après, celui de Madrid.

Du côté de la délégation américaine venue en force avec onze représentants, c’est la vieille garde qui a sauvé les meubles. Avec Beezie Madden, tenante du titre 12ème, Leslie Burr-Howard 14ème et McLain Ward 15ème.

Déception en revanche pour les jeunes et notamment Lucy Davis et son fantastique Barron dont on attendait beaucoup mieux. Le courant ne passait manifestement pas dans le couple vendredi soir sur la très grande piste d’Eurexpo. A défaut de pouvoir prétendre à une belle place, la jeune Américaine devrait avoir à cœur de prendre le temps de remettre les choses en ordre.

Suite de la compétition ce samedi soir pour l’Acte II. A suivre sur Équidia en direct à 20h.

Pour les résultats complets, cliquez ici

 

Photo : Frank Rothenberger

Finale Coupe du Monde : qui pour succéder à Beezie Madden ?

e76569379b5967586b42fe3fa03b82fa3545021dLa tension monte autour de la 36ème édition de la Coupe du monde FEI de saut d’obstacles qui se déroulera dans quelques jours pour la première fois à Lyon. Les Français, même privés de l’inimitable Roger Yves Bost, auront à coeur de briller devant leur public et seront donc surveillés de près par les autres compétiteurs.

Il faut dire que les tricolores sont sur une série qui, si elle se prolongeait, pourrait être historique. En août 2013, le facétieux et inimitable Bosty était sacré champion d’Europe au Danemark. Un mois plus tard, en septembre à Barcelone, les Bleus remportaient la première Coupe des Nations FEI Furusiyya. Jamais deux sans trois dit-on. Deux cartouches restent dans la besace : la finale de la Coupe du Monde de Lyon et les Jeux Equestres Mondiaux en septembre en Normandie, temps fort de 2014 vers lequel toute la préparation des cavaliers français est tournée.

Mais chaque chose en son temps. Cela fait vingt-six ans que la France n’a plus accueilli de Finale de Coupe du monde de Saut d’Obstacles et ce retour provisoire dans l’hexagone mériterait bien d’être sanctionné par un exploit tricolore car la finale de la Coupe du Monde n’a été remportée qu’une seule fois par un Français, Bruno Broucqsault sur Dileme de Cephe. C’était  il y a déjà dix ans, à Milan … et à la surprise générale.

L’édition 2014 sera marquée par une forte délégation Allemande au sein de laquelle, Marcus Ehning fait figure de favori pour avoir déjà remporté par trois fois le titre en 2003, 2006 et 2010.

La Grande-Bretagne, autre grande nation équestre, alignera de son côté, outre Michael Whitaker, le redoutable Scott Brash, numéro 1 mondial, doté d’un appétit de victoires que lui-même reconnaît comme insatiable.

La France de son côté dispose avec Kevin Staut d’une valeur sûre qui s’appuiera sur sa fidèle Silvana revenue au meilleur de sa forme. La belle grise s’est même vue offrir pour ses 15 ans son propre site internet. Autre concurrent sérieux, Patrice Delaveau (cf vidéo ici) arrivé à maturité dans la pratique de son art ne devrait pas ménager ses efforts pour tenter de  graver son nom dans les tablettes de l’équitation mondiale.

Si sur le papier, numériquement l’avantage revient aux Américains du Nord avec 11 représentants dont la tenante du titre, Beezie Madden, il ne faudra pas sous-estimer les deux cavaliers de la petite Suisse, Pius Schwizer et surtout le champion olympique en titre, Steve Guerdat. Au final, vingt-quatre nations et les cinq continents seront représentés à Lyon. Du beau sport en perspective.

 

« Mode d’emploi » :

La finale se dispute en trois jours, sur quatre parcours et un barrage.

-1er jour (vendredi) : parcours de chasse (les fautes aux obstacles sont converties en secondes),

-2ème jour (samedi) : Grand Prix avec un barrage,

-3ème jour (lundi après une journée de repos), Grand Prix final en deux manches : les 30 meilleurs après les deux premières journées sont qualifiés pour la première manche, les 20 meilleurs peuvent repartir en deuxième manche.

 

Simon Delestre en quatrième Mousquetaire à Lyon

7I4A9924Du 18 au 21 avril se déroulera la finale de la Coupe du Monde de Jumping indoor à Lyon. Les forfaits de Ben Maher, Joe Clee et Hans-Dieter Dreher permettent à Malin Baryard-Johnsson et Simon Delestre d’être repêchés pour ce grand rendez-vous.

Côté montures, le cavalier Lorrain s’appuiera sur Napoli du Ry et Valentino Velvet. Le week-end dernier, cavalier français avait retrouvé les joies de la victoire avec Napoli du Ry, son fidèle hongre de 13 ans en remportant le prix Audi (1,55m) au CSI5* de Bois-le-Duc (Pays-Bas).

Les 18 cavaliers sélectionnés au titre de la Ligue Ouest Européenne seront composés de : 4 Français, 4 Allemands, 2 Belges, 2 Suisses, 2 Britanniques, 1 Portugaise, 1 Suédoise, 1 Irlandais et 1 Néerlandais.

Philippe Guerdat, le sélectionneur national avait déclaré à l’automne dernier que, « l’année des Jeux équestres mondiaux en France (du 24 août au 7 septembre en Normandie), « qualifier quatre cavaliers pour Lyon serait une bonne chose ». Il peut donc être pleinement satisfait.

Outre Simon Delestre, les Mousquetaires français seront forts de Kevin Staut, Patrice Delaveau et Roger-Yves Bost. Une véritable dream team qui aura à cœur de briller devant un public Lyonnais toujours chaleureux et expressif.

Photo : Simon Delestre et Napoli du Ry (Gucci Masters de Paris)

Nicola Philippaerts s’impose à Göteborg, Simon Delestre privé de finale à Lyon

Bordeaux GP 007La 10ème et dernière manche qualificative pour la finale de la Coupe du monde de saut d’obstacles d’équitation s’est courue ce dimanche à Göteborg en Suède. A 20 ans, le Belge Nicola Philippaerts (Donatella), fils de Ludo, s’est imposé à l’issue d’un barrage à dix. Il bat d’un cheveu (2/100éme de seconde) Marcus Ehning (Plot Blue). Maikel van der Vleuten (Sapphire) se classe troisième.

Simon Delestre (Ryan des Hayettes) , vingtième, n’a marqué aucun point et termine 22ème au classement final de la Ligue Ouest-Européenne dont seuls les18 premiers sont qualifiés pour la finale de Lyon qui se déroulera du 17 au 21 avril prochain. Une petite faute sur le dernier obstacle a anéanti tous les espoirs du clan français alors que le couple bouclait un très beau tour.

« J’ai du mal à expliquer cette faute. D’autant plus que c’est un cheval hyper respectueux et qui n’a pas de problème sur les verticaux. C’est dommage car le cheval a vraiment été phénoménal tout le week-end. C’était son premier Grand Prix Coupe du monde à seulement 9 ans et il a tout survolé. C’est très prometteur» a commenté le Lorrain au micro d’Equidia.

Autres Français présents Kevin Staut (Oh d’Eole) termine 14ème avec une faute. Score plus lourd en revanche pour Olivier Robert (Raia d’Helby) qui manque encore d’expérience à ce niveau et qui avec quatre barres se classe à la 33ème place.

Tous les résultats ici.

Cliquer sur la photo pour l’agrandir