Finale Coupe du Monde : qui pour succéder à Beezie Madden ?

e76569379b5967586b42fe3fa03b82fa3545021dLa tension monte autour de la 36ème édition de la Coupe du monde FEI de saut d’obstacles qui se déroulera dans quelques jours pour la première fois à Lyon. Les Français, même privés de l’inimitable Roger Yves Bost, auront à coeur de briller devant leur public et seront donc surveillés de près par les autres compétiteurs.

Il faut dire que les tricolores sont sur une série qui, si elle se prolongeait, pourrait être historique. En août 2013, le facétieux et inimitable Bosty était sacré champion d’Europe au Danemark. Un mois plus tard, en septembre à Barcelone, les Bleus remportaient la première Coupe des Nations FEI Furusiyya. Jamais deux sans trois dit-on. Deux cartouches restent dans la besace : la finale de la Coupe du Monde de Lyon et les Jeux Equestres Mondiaux en septembre en Normandie, temps fort de 2014 vers lequel toute la préparation des cavaliers français est tournée.

Mais chaque chose en son temps. Cela fait vingt-six ans que la France n’a plus accueilli de Finale de Coupe du monde de Saut d’Obstacles et ce retour provisoire dans l’hexagone mériterait bien d’être sanctionné par un exploit tricolore car la finale de la Coupe du Monde n’a été remportée qu’une seule fois par un Français, Bruno Broucqsault sur Dileme de Cephe. C’était  il y a déjà dix ans, à Milan … et à la surprise générale.

L’édition 2014 sera marquée par une forte délégation Allemande au sein de laquelle, Marcus Ehning fait figure de favori pour avoir déjà remporté par trois fois le titre en 2003, 2006 et 2010.

La Grande-Bretagne, autre grande nation équestre, alignera de son côté, outre Michael Whitaker, le redoutable Scott Brash, numéro 1 mondial, doté d’un appétit de victoires que lui-même reconnaît comme insatiable.

La France de son côté dispose avec Kevin Staut d’une valeur sûre qui s’appuiera sur sa fidèle Silvana revenue au meilleur de sa forme. La belle grise s’est même vue offrir pour ses 15 ans son propre site internet. Autre concurrent sérieux, Patrice Delaveau (cf vidéo ici) arrivé à maturité dans la pratique de son art ne devrait pas ménager ses efforts pour tenter de  graver son nom dans les tablettes de l’équitation mondiale.

Si sur le papier, numériquement l’avantage revient aux Américains du Nord avec 11 représentants dont la tenante du titre, Beezie Madden, il ne faudra pas sous-estimer les deux cavaliers de la petite Suisse, Pius Schwizer et surtout le champion olympique en titre, Steve Guerdat. Au final, vingt-quatre nations et les cinq continents seront représentés à Lyon. Du beau sport en perspective.

 

« Mode d’emploi » :

La finale se dispute en trois jours, sur quatre parcours et un barrage.

-1er jour (vendredi) : parcours de chasse (les fautes aux obstacles sont converties en secondes),

-2ème jour (samedi) : Grand Prix avec un barrage,

-3ème jour (lundi après une journée de repos), Grand Prix final en deux manches : les 30 meilleurs après les deux premières journées sont qualifiés pour la première manche, les 20 meilleurs peuvent repartir en deuxième manche.

 

Publicités

Publié le 14 avril 2014, dans Actualités, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :