Archives du blog

Endurance : la mort du petit cheval

fei_ENDURANCEOn savait le milieu de l’endurance malade, on ne se doutait pas de la gravité de la situation. La disparition tragique du cheval Splitters Creek Bundy qui a dû être euthanasié à la suite de fractures des canons (!!) survenues durant l’Al-Reef Cup, à Abu Dhabi est assurément la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Espérons que le mouvement d’indignation internationale qu’elle a suscité débouche sur des mesures concrètes et un nettoyage efficace des écuries d’Augias totalement perverties par les flots de pétrodollars. En tout état de cause, ce drame dépasse largement le seul cadre de l’endurance et interpelle tous les amoureux du cheval.

Dans le cas de Splitters Creek Bundy, ce sont des images de retransmission en direct de la course d’endurance de 120 km qui ont permis de soulever l’affaire. Le site Cheval Savoir en révèle le détail notamment, comment des captures d’écran ont fait apparaître un cheval arrêté sur la bas côté, les antérieurs enfoncés dans le sable, les deux canons brisés.

Le site explique que, pour en arriver à cette situation, le cheval a très probablement été traité pour effacer une boiterie avec des produits dont l’usage trop fréquent détruit l’os et avance le fait qu’il aurait pu être dévitalisé des 4 membres afin de masquer ses douleurs. On a appris depuis que des analyses ont révélé la présence de plusieurs produits dopants dont le butamben et la mepivacaïne, deux anesthésiques locaux.

Dans ce qui ressemble à une mesure d’urgence conservatoire, la FEI a décidé de supprimer de son calendrier toutes les compétitions d’endurance prévues aux Émirats arabes unis au mois de mars. Cette décision est motivée par la volonté de protéger le bien-être des chevaux et de préserver l’intégrité des règles et règlements de la FEI. Bien, mais pas suffisant.

Particulièrement scandalisée par les faits survenus dans les sables des Émirats Arabes Unis, la Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE souhaite faire bouger les choses. Elle rappelle notamment dans un communiqué que le bien-être du cheval doit impérativement être la priorité et que la FEI doit se donner les moyens d’appliquer des sanctions contre des fédérations nationales qui tolèrent de tels mauvais traitements pendant leurs compétitions nationales.

Les règles d’endurance destinées à protéger et de promouvoir le bien-être du cheval ont certes été renforcées l’an passé mais leur application et leur respect semble être très disparates en fonction des lieux de compétitions et de la nationalité des athlètes…

Pour aller plus loin : consulter le blog Mon cheval me dit

L’endurance sème le trouble aux élections de la FEI

FEI Clean Sport Logo Concepts 14th September 2009Bakou en Azerbaïdjan accueille cette semaine les dirigeants de la Fédération Équestre Internationale pour une assemblée générale élective (composée des représentants des fédérations nationales) d’où sortira dimanche, le nouveau président de la Fédération équestre internationale. Dans tous les cas de figure ce sera bien un président puisque cinq hommes sont candidats pour succéder à la Princesse Haya de Jordanie : le Suisse Pierre Genecand, le Danois Ulf Helgstrand, le Britannique John McEwen, le Français Pierre Durand et le Belge Ingmar de Vos sont en lice. Si depuis plusieurs mois l’équité du processus électoral est dénoncée par certains candidats, la tension est subitement montée d’un cran jeudi avec la sortie d’une newsletter « spécial élections FEI » du bimestriel Cheval Arabe News (CAN).

Le long article intitulé « L’ombre d’un soupçon », aussi bien écrit qu’étayé, met de façon salutaire les pieds dans le plat en synthétisant la dérive de la FEI. Une dérive étroitement liée à la gestion du dossier de l’endurance, une discipline dénaturée sous l’influence de certains États du Golfe qui ont fait main basse sur celle-ci et qui, par le biais de leur puissance financière et de leurs liens familiaux avec la présidente de la FEI, s’affranchissent du droit commun, à savoir le règlement de le FEI.

Écrit par Annaïk Le Floc’h, une journaliste expérimentée qui baigne depuis 30 ans dans l’endurance (elle est mariée à un cavalier et organisateur de compétitions), l’article exprime bien le haut de cœur d’un milieu qui n’accepte plus des pratiques qui écœurent amateurs et professionnels.

Au-delà des faits, implacables, c’est entre les lignes, un cri d’amour à une discipline, particulière, totalement déconsidérée et abandonnée par la Fédération Française d’Équitation en dépit des très nombreux titres et médailles qu’elle rapporte à la France.

Et le CSO dans tout ça ? Ne nous y trompons pas. La façon dont se règlera la question de l’endurance au sein de la FEI et notamment la lutte contre le dopage et les malversations rejaillira sur l’ensemble des disciplines. En particulier sur le CSO très fortement travaillé par les puissances de l’argent.

Sans préjuger du vote de dimanche et de ses répercussions, force est de constater que le choix de Bakou pour tenir l’assemblée générale élective constitue un choix inquiétant et symbolique. Rappelons en effet que l’Azerbaïdjan, ex-république soviétique du Caucase est aujourd’hui en plein dérive dictatoriale marquée par les fraudes électorales et la corruption. Il est vrai qu’à défaut d’être une nation équestre importante, il partage avec les États du Golfe le fait d’être un pays très riche en hydrocarbures.

Lire « L’ombre d’un soupçon » – Anaïk Le Floc’h- Cheval Arabe NewsCANLogo2014-Rouge-CAN23