Le rêve américain d’Olivier Robert

Olivier Robert et Quenelle du Py à l'assaut du GP d'Equita'Lyon

Olivier Robert et Quenelle du Py à l’assaut du GP d’Equita’Lyon

On ne présente plus Olivier Robert. Il y a belle lurette que le cavalier girondin s’est fait un prénom. Il n’est pas facile de pousser à l’ombre des grands arbres mais, le cavalier de Pompignac est du genre travailleur et tenace. La cinquième place acquise dans le Grand Prix Coupe du Monde Lyon avec Quenelle du Py en est la meilleur preuve. Elle constitue à la fois un aboutissement dans les réglages mais aussi, le début peut être d’une très belle aventure de ce couple au plus haut niveau.

On prête à Théocrite la formule « En persévérant on arrive à tout ». La formule colle à la peau du cavalier du Sud Ouest qui a toujours cru dans sa jument alezane de 12 ans. Une relation fusionnelle et une modestie dans le savoir sont les clés de la performance de ce dimanche à Equita’Lyon. Un très beau résultat puisqu’il constitue la meilleure performance française dans le Grand Prix.

Equita, c’est un peu une affaire de Robert même si le patronyme cache une absence de parenté. Il y a Sylvie l’organisatrice mais aussi Michel (67 ans) la légende vivante et Olivier (40 ans), désormais le challenger.

En équitation comme dans la vie, mieux vaut s’attacher à la trajectoire qu’à l’instant présent. A cette égard, celle dessinée par Olivier Robert et Quenelle du Py est incontestablement ascendante même si cette progression n’est pas toujours aussi rapide que le souhaiterait son cavalier. En début d’année le rêve d’Olivier c’était de participer aux JO, même en cinquième homme. Mais, tirer sur les plantes ne les fait pas pousser plus vite. Il faut laisser du temps au temps et savoir attendre les chevaux.

Ce n’est pas du côté de Bordeaux qu’on dira le contraire. Avant de déguster un bon cru, il faut travailler la vigne. C’est ingrat mais ça finit par payer. Singulièrement, c’est vers un ascète que s’est tourné pour progresser Olivier Robert. Michel Robert, c’est un puits de science alliée à une hygiène et une philosophie de vie. Pas un gourou mais un mentor au bon sens du terme qui su donner les clés pour permettre à Quenelle et à son pilote d’atteindre l’osmose et la performance.

Bon garçon mais aussi bon soldat toujours appliqué dans le respect des consignes, Olivier Robert à l’issue du Grand Prix n’a pas manqué de faire part de sa reconnaissance à l’égard du « sorcier Rhône-Alpin » mais aussi de Philippe Guerdat, le sélectionneur national, qui lui a donné sa chance sur le circuit Coupe du Monde.

Même aux anges du fait de son résultat, le petit Robert (par la taille) garde les pieds sur terre et avoue spontanément que le plus dur reste à faire : confirmer.

Debriefer, analyser, travailler… les prochaines semaines s’annoncent courtes mais bien remplies dans l’objectif de l’étape Coupe du Monde de Stuttgart (16-20 novembre). Ce rendez-vous s’annonce déterminant pour la suite. Notamment pour continuer sur le circuit dans la perspective de décrocher son ticket pour la finale qui se disputera du 29 avril au 3 mars à Omaha, aux Etats-Unis. Ce n’est pas Rio mais c’est quand même l’Amérique.

Publicités

Publié le 31 octobre 2016, dans A suivre, Coupe du Monde, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :