Archives du blog

Simon Delestre sur la troisième marche à Cannes

9c74cc_bc7263577eab4020b90c49592ef73c41~mv2

Simon Delestre et Hermès Ryan voient une nouvelle fois le GP de Cannes leur échapper pour une poignée de centièmes. Copyright : Sportfot

Sur la côte d’Azur, on n’est pas du genre couche-tôt. L’étape Cannoise du Global Champions Tour s’est pliée aux us et coutumes locales en programmant son moment phare, le Grand Prix, à un horaire inhabituel : 21h45. Pas de quoi pourtant troubler les 33 partants de l’épreuve qui ont dû mettre tout leur talent à profit pour tenter de sortir sans trop d’encombres du parcours difficile et délicat dessiné une nouvelle fois de main de maître par Uliano Vezziani.

Restait pour les 7 heureux sans faute à récidiver dans le barrage avec le meilleur temps possible. A ce jeu-là, Peder Fredricson a été magistral. En selle sur Hansson XL, le Suédois s’est offert le luxe de coiffer sur le poteau d’arrivée dans une sérénité olympienne, l’actuel numéro 1 mondial Harrie Smolders associé à son facétieux Emerald (X Diamant de Sémilly). A domicile, la France sauve l’honneur. Simon Delestre avait sorti sa meilleure cartouche mais Hermès Ryan malgré sa rapidité au sol et son grand cœur s’est trouvé impuissant face à ses concurrents. Le Tricolore le confiera a posteriori : « Je suis allé aussi vite que j’ai pu avec Ryan, mais à la fin ils étaient plus rapides que moi et je ne pouvais pas faire grand-chose de plus. »

9c74cc_a71a4cd9749c44be9fa478fc97d398e8~mv2

Le stade des Hespèrides a offert un bel écrin à l’étape Cannoise du LGCT. Copyright : Sportfot

La petite histoire ne dit pas si le champagne servi dans les loges était bon mais les organisateurs peuvent être satisfaits de cette édition 2018 dans un stade des Hespérides rénové propice au beau sport en raison d’une grande piste qui tranche avec les « bacs à sable » de plus en plus habituels au plus haut-niveau.

9c74cc_0dc2ed0cfab0441882ae494b8ce379b6~mv2

Peder Fredricson et Hansson. Copyright : Sportfot

Satisfaction également du côté de Peder Fredricson qui peut se féliciter de l’évolution de Hansson son nouveau crack qui vient désormais épauler All In son cheval de tête dont la convalescence s’achève. Le champion d’Europe affichait donc un large sourire avec une victoire signée devant sa famille venue apprécier les charmes de la Rivieira. « J’ai eu des sensations fantastiques, j’ai pris un vrai plaisir à disputer cette épreuve ! La piste est grande, le tour était très intéressant et nous étions un nombre parfait au barrage. Nous avions tous des chevaux rapides, j’ai peut-être pris un peu plus de risques ? Je suis ravi, c’est une belle victoire et je pense déjà à la grande finale de Prague que j’espère disputer avec Hansson » a confié le vice-champion olympique de Rio de 46 ans.

Le classement complet ici.

 

Publicités

Sergio Alvarez Moya remporte l’étape Cannoise du LGCT

Moya

Sergio Alvarez Moya et Arrayan (archives). Cliquer pour agrandir.

Ce n’est pas une palme d’or mais ça y ressemble. L’Espagnol Sergio Alvarez Moya, associé à Arrayan a remporté samedi soir le Grand Prix du Longines Global Champions Tour de Cannes. Une victoire serrée en raison de la belle performance de Simon Delestre sur un Hermès Ryan retrouvé qui voit la victoire lui échapper pour une poignée de centièmes.

Aux petits soins. Marine, la groom de Simon Delestre veille précieusement sur Hermès Ryan des Hayettes. Crédit photo Stefano Grosso/LGCT

L’imperturbable Daniel Deusser complète le podium à la troisième place sur SX Hidalgo v. A retenir également la belle prestation de Roger-Yves Bost qui après avoir décroché sa qualification sur Pégase du Murier se qualifie au barrage avec Sydney Une Prince et se classe finalement 6ème (sur 10 barragistes) en raison d’un 4 points.

Le classement intégral du GP, ici.

Festival Scott Brash à Cannes

Scott Brash et Hello Forever. Crédit photo Stefano Grasso/LGCT.

Scott Brash et Hello Forever. Crédit photo Stefano Grasso/LGCT.

En équitation, c’est un peu comme en politique tant qu’on est en vie , on n’est jamais fini. Scott Brash l’a démontré samedi soir dans le GP LGCT de Cannes. L’ex numéro 1 mondial a certes reculé dans le classement mondial (5ème) mais son génie n’est en rien altéré comme aurait pu le laisser croire son absence des podiums ces derniers mois. En selle sur Hello Forever (tout un programme), l’Ecossais s’impose dans l’une des étapes les plus courues du Global en signant le barrage le plus rapide devant Edwina Tops-Alexander (Lintea Tequila) et Daniel Deusser (Equita), 3ème.  

Bosty confirme sa régularité en réalisant la meilleure performance tricolore (0+0+0) sur Sangria du Coty (4ème). Privé de barrage, Kevin Staut (For Joy HDC) n’est pas bien loin. Il prend la 7ème place. Petite contreperformance pour Simon Delestre sanctionné de 8 points dans la première manche sur Chesall alors que Fabrice Dumartin confirme le potentiel de Cannavaro et sa place en CSI 5* avec un petit 4 points, toujours en première manche.

Le classement complet ici.

Ben Maher, pour le plaisir des yeux

Ben Maher2

Ben Maher et Aristo Z. Crédit photo : Stefano Grasso /LGCT

Il est des victoires qui font particulièrement plaisir. C’est le cas de celle de Ben Maher qui s’est imposé avec Aristo Z dans l’épreuve de clôture (1m50) de la deuxième journée du l’étape cannoise du Longines Global Champions Tour. L’ex numéro 1 mondial ne pointe plus aujourd’hui qu’au 36ème rang mondial. Cette mauvaise passe est-elle en train de se refermer ? C’est tout ce qu’on peut espérer pour le Britannique qui, après avoir signé hier une 5ème place dans la grosse épreuve du jour, à réussi ce soir, et la performance n’est pas des moindres, de devancer d’une seconde au barrage son compatriote Scott Brash sur son cheval de tête, Hello Annie. A noter côté Tricolore la belle 3ème place ex-aequo de Pénélope Leprevost et de Nice Stéphanie qui bouclent le barrage dans un temps strictement identique à celui de Christian Ahlmann (Reavnir).  La promenade des Anglais va-t-elle se poursuivre pour la dernière journée de compétition ? Réponse demain !

Le classement intégral ici.

Ben Maher on Aristo Z

Ben Maher on Aristo Z – Crédit photo : Stefano Grasso /LGCT