Archives du blog

Solide comme John Whitaker

JW

John Whitaker (archives)

62 ans peut-être mais solide comme un roc. Avant de fêter son anniversaire samedi soir, John Whitaker a suscité un mouvement d’émotion dans la foule réunie pour assister au Grand Prix du Global Champions Tour de Londres. L’aîné du clan, en selle sur Cassinis Chaplin a été victime d’une chute spectaculaire que des examens médicaux approfondis ont heureusement déclaré sans gravité (source British Showjumping). La star Britannique et ancien cavalier du légendaire Milton devra néanmoins composer avec des ecchymoses et des raideurs supplémentaires pendant quelques jours.

Publicités

John Whitaker rêve de Rio

John Whitaker et Maximillian

John Whitaker et Maximillian

A 60 ans, John Whitaker a encore des rêves plein la tête dont un très partagé en cette fin d’année : concourir aux Jeux Olympiques de Rio l’été prochain. Si tel était le cas, l’inoxydable cavalier du Yorkshire vivrait sa sixième participation à des JO après Los Angeles, Barcelone, Atlanta, Sydney et Pékin.

Les mauvaises langues font remarquer que la dernière fois où l’ancien cavalier de Milton a aidé son pays à remporter une médaille c’était à Los Angeles (l’argent par équipe), il y a… 31 ans, à une époque où Scott Brash n’était pas encore né.

Peu importe. Les résultats parlent pour John Whitaker à commencer par sa 26ème place au classement mondial soit le deuxième rang pour un cavalier britannique après Scott Brash. Avec son étalon Argento et sa nouvelle jument très prometteuse Ornellaia fille de For Pleasure, la tête de série du clan Whitaker a en outre de sacrées cartouches dans sa besace. Si on y rajoute l’extraordinaire expérience du cavalier, on ne voit pas trop comment John Whitaker pourrait ne pas être du voyage à Rio.

CSI5* de Monaco : John Whitaker, l’inoxydable

podiumW

Victoire arrosée pour Scott Brash (au centre) grâce à John Whitaker (à gauche) et Emanuele Gaudiano (à droite). Crédit photo Stefano Grasso/LGCT.

Ça finirait presque par être lassant. Un peu comme en Formule 1 quand une écurie et un pilote dominent outrageusement tous les autres. Du suspens, il y en a eu pourtant pour l’étape Monégasque du Longines Global Champions Tour de ce week-end. Enfin, jusqu’à l’entrée en piste de Scott Brash. L’Ecossais semble abonné aux podiums … comme une moule accrochée à son rocher. Le numéro 1 mondial, pied au plancher, surclasse les 9 autres barragistes sur un cheval moins connu du grand public : Hello M’Lady, une jument de 9 ans par Indoctro et Baloubet du Rouet. La deuxième et troisième place respectivement de John Whitaker (Argento) et de l’Italien Emanuele Gaudiano (Admara 2) constituent en revanche une bonne surprise. Kevin Staut se classe 10ème avec une Elky van het Indihof*HDC très à l’aise.

John Withaker, c’est plus qu’un nom générique de champions et un palmarès plus long qu’un jour sans fin. C’est une personnalité atypique à la bière facile, qui fêtera ses 60 ans le 5 août prochain mais, qui n’en reste pas moins un redoutable compétiteur. L’ancien cavalier de Milton, rival légendaire de Jappeloup, affiche une incroyable longévité au plus haut-niveau avec plus de quatre décennies de carrière. Depuis un an, avec un piquet de chevaux renouvelé, il signe un retour remarqué dans les plus belles épreuves malgré une grave accident vasculaire cérébral survenu en 2000 et qui l’aura tenu éloigné des concours pendant une année.

 » Je pense que plus le temps passe et plus je ressens du stress » déclarait dernièrement l’ainé de la fratrie Whitaker. « Quand j’étais plus jeune, cela m’importait peu, mais aujourd’hui, il y a beaucoup plus de pression car on m’attend au tournant ». Heureusement, les pressions et les courbes serrées figurent parmi les spécialités du cavalier Britannique.

Le classement intégral du GP ici.