Archives du blog

A 72 ans, Ian Millar met un terme à sa carrière internationale

IM

Ian Millar et Dixson lors des JEM de Caen (2014)

Ian Millar ne participera plus à des compétitions internationales. Le canadien l’a annoncé aujourd’hui, dans sa 72èmeannée. Avec 10 sélections olympiques au compteur, 7 championnats du monde et plus de 200 Coupes des nations, Captain Canada est le compétiteur de tous les superlatifs avec une longévité au plus haut niveau, presque 50 ans, qu’il sera très difficile d’égaler.

Tout autant que la longévité sportive de ce cavalier à la silhouette longiligne (1m85) aisément identifiable par le port de son célèbre Stetson et ses bottes au revers en crocodile, ce qui constitue une extraordinaire performance, c’est son maintien au plus haut niveau.

C’est assurément « le système Millar » qu’il conviendrait d’analyser en finesse. Tant dans l’entretien physique du corps de l’athlète que dans l’organisation de ses écuries qui lui a permis tout au long de ces années de renouveler régulièrement son piquet et de disposer de chevaux performants. Sur le plan sportif, Ian Millar, et c’est une très belle leçon, aura su compenser la lente érosion de ses capacités physiques par l’accumulation d’une incroyable expérience. Une véritable leçon de vie.  

La retraite internationale, il y a déjà quelques années qu’il y pensait mais finalement il aura fallu attendre 5 ans avant qu’il prenne cette décision difficile. A lui désormais de tenir sa promesse, pas question d’arrêter complétement mais, continuer de faire quelque chose autour du monde du cheval.

Ces papys de l’équitation qui font de la résistance

canada

«Ma motivation provient de mon amour des chevaux et de ma passion pour le sport »  Ian Millar et Dixson (archives).

A 69 ans, Ian Millar devrait participer cet été à Rio à ses onzièmes jeux olympiques. Un record. Pilier de l’équipe Canadienne de saut d’obstacles, sa longévité et son rôle clé dans les grands moments, lui ont valu le surnom de Captain Canada.

A ce titre ses supporters réclament qu’il soit le porte-drapeau de la délégation canadienne lors du défilé des athlètes qui se déroulera dans le stade olympique Maracanã. Un page Facebook a même spécialement été créé dans ce sens. «Ma motivation provient de mon amour des chevaux et de ma passion pour le sport » confie ce grand champion lorsqu’on l’interroge sur son insatiable appétit de compétitions.

En dépit des apparences l’athlète canadien pourrait ne pas être le doyen des cavaliers lors des Jeux. Hiroshi Hoketsu à 74 ans est en passe de décrocher son ticket en dressage pour le Japon. Hiroshi était déjà l’athlète le plus âgé aux Jeux de Pékin (2008) et de Londres (2012). Loin d’être ridicule, il avait obtenu dans la capitale britannique la note de 68,739% dans le Grand Prix (vidéo ci-dessous).

CSIO de Calgary : la prime à l’expérience

jemd1D 048

Ian Millar, alias Captain Canada, sur Dixson aux JEM

L’Amérique est bien une terre de contrastes et de démesure. Le CSIO de Calgary qui s’est déroulé ce week-end en a été une preuve vivante. Une météo délirante, une dotation abondante (1 M€) et au final dans le GP de dimanche, un barrage entre un inoxydable Ian Millar (67 ans) et une persévérante Reed Kessler de 47 ans sa cadette. 

Oldies but goldies. Dans ce duel de générations, l’expérimenté canadien (10 participations aux Jeux Olympiques !) s’est montré le plus rapide, signant au passage sa troisième victoire dans le Grand Prix de Spruce Meadows (1987, 1991, 2014) sur son fidèle Dixson, un hongre bai de 11 ans fils de Vigo d’Arsouilles. Deuxième Reed Kessler, l’étoile montante américaine peut s’enorgueillir d’avoir bouclé avec sa jument Cylana, trois tours sans pénalité. La troisième place est revenue à l’ex-cavalière de l’équipe de France désormais de nationalité Suisse, Marie Pellegrin-Etter sur Admirable.

Spruce Meadows 2014_02

trois sans faute de suite pour Reed Kessler et Cylana dans le GP. Crédit photo : © Rolex/Kit Houghton

Belle performance du côté Tricolore pour Jérôme Hurel qui prend la 6ème place avec Quartz Rouge, confirmant le choix pertinent du sélectionneur national d’en faire le couple de réserve lors des JEM.

 

Le Canada remporte la Coupe des Nations de Wellington

BhmDHlWIMAEZ3rWLe Canada a remporté vendredi soir devant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis l’étape de la Coupe des Nations FEI Furusiyya qui se courait à Wellington (Floride). Seules les deux premières nations du circuit Nord-américain seront qualifiées pour la grande finale de Barcelone, en octobre 2014.

La très belle équipe du pays à la feuille d’érable était composée dun savant mélange entre les très expérimentés Éric Lamaze (Powerplay), Yann Candele (Showgirl),  l’inoxydable Ian Millar de 67 ans (Dixson), et la fraicheur de la belle trentenaire, Tiffany Foster (Victor).

Il faudra surveiller de près cette équipe lors des Jeux équestres mondiaux. « Nous avons aujourd’hui quatre formidables cavaliers et quatre formidables chevaux qui ont tous fait un super job ce soir » commentait d’ailleurs Mark Laskin, le chef d’équipe alors qu’Éric Lamaze n’a même pas eu à repartir dans la seconde manche.

Éric Lamaze, un formidable chef d’orchestre totalement remotivé, ramené au plus haut niveau par le soutien inconditionnel de ses sponsors, Carlene et Andy Ziegler (Artisan Farms),  qui lui ont permis d’acquérir en 2013 de nouveaux chevaux (Quelmec et Power Play) ainsi que pour Tiffany Foster (Verdi). Éric Lamaze toujours à l’origine également de l’acquisition et de la mise à disposition de la fabuleuse Showgirl, jument de 14 ans,  à son compatriote et ami Yann Candele.

Le triple champion de saut d’obstacles du Canada Yann Candele lui renvoyait d’ailleurs l’ascenseur hier soir en déclarant « Nous étions déjà présents à Barcelone l’an dernier pour la finale, raconte-t-il. Éric a vu la jument et a contacté le propriétaire pour me l’a confié. Car Éric n’est pas seulement un cavalier individuel, il travaille pour toute l’équipe. Je pense que le succès d’aujourd’hui est avant tout celui d’Éric et de son esprit d’équipe. Et bien sûr de Tiffany et de Ian. On va maintenant essayer d’aller de plus en plus haut. »

L’objectif, ils ne s’en cachent pas, c’est aussi celui assigné par leurs investisseurs, est de réaliser une très belle performance en France en 2014 pour les JEM. Sur cette terre normande chargée d’histoire et de souvenirs pour de nombreux nord-américains … et sur laquelle un certain Yann Candele a vu le jour.

Capture-d’écran-2014-03-01-à-10.51.44