Coupe des nations : la France s’offre une victoire d’anthologie à Saint-Gall

47987419711_ce0a2ac4f2_z

Copyright FEI/Richard Juilliart

La Coupe des nations de Saint-Gall qui s’est déroulée ce dimanche au coeur de la Suisse restera dans les mémoires. Une bataille de Titans à notamment opposé trois équipes. Les Helvètes privés de victoire à domicile depuis 1996, emmenés par Steve Guerdat. Les Italiens dont la figure de proue est Giulia Martinengo Marquet et la France représentée par Kevin Staut (Calevo 2), Pénélope Leprevost (Vancouver de Lanlore), Nicolas Delmotte (Urvoso du Roch) et Guillaume Foutrier (Valdocco des Caps). C’est à ce dernier qu’est revenue la lourde responsabilité de courir le barrage rendu nécessaire pour départager les trois nations. Et la main du Nordiste n’a pas tremblé. Il signe un barrage rapide et sans pénalité qui permet aux Tricolores de s’imposer. L’Italie rate la première marche pour une poignée de centièmes alors que la Suisse est reléguée à la troisième place en raison d’une faute de Bianca et Steve Guerdat.

Thierry Pomel peut être satisfait. Ses mousquetaires ont fait et bien fait. L’équipe alignée a révélé de vraies lignes de force. Nicolas Delmotte confirme son rôle de pilier de l’équipe de France. Il est l’auteur d’un double sans faute avec Urvoso du Roch, un hongre sérieux de 10 ans par Number One d’Iso. Même punition pour Pénélope Leprévost avec Vancouver de Lanlore. Le fils de Toulon a incontestablement passé un cap en alignant deux prestations sans pénalités. Le travail de l’amazone normande a payé. La prestation du couple a été très convaincante. Âme de l’équipe depuis de nombreuses années, Kevin Staut rassure toujours par sa présence et son expérience mais Calevo doit continuer à s’aguerrir à ce niveau. Le couple est pénalisé d’un double 4 points.

Reste la cas Guillaume Foutrier. Le cavalier de Mouchin de 42 ans crève l’écran avec son hongre de 10 ans, Valdocco des Caps. Insensible à une pression énorme Guillaume Foutrier a offert à la France une victoire superbe et porteuse de beaucoup d’espoirs. L’après-Guerdat semble soudainement moins sombre qu’envisagé un temps.

« Comme dans toutes les Coupes des Nations, il y avait beaucoup de pression, mais c’est une belle histoire, surtout quand ça se termine comme ça« , a résumé Kevin Staut qui n’a pas manqué de saluer les les qualités de son co-équipier, Guillaume Foutrier.

La suite dans 15 jours à Sopot (Pologne) pour une nouvelle Coupe des nations.

Le classement complet, ici.

 

Publicités

Publié le 3 juin 2019, dans Actualités, Coupe des Nations, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :