Eric Lamaze au bout de son rêve à Calgary

B02T9468 Eric Lamaze (archives)

Ça aurait pu être le rêve d’un enfant atteint d’une maladie grave. C’était celui d’un champion olympique frappé par le destin à 51 ans, une tumeur au cerveau, et qui se bat depuis 18 mois pour sa survie. Eric Lamaze puisque c’est de lui qu’il s’agit est allé au bout de son rêve en remportant samedi le GP 5* de Calgary au Canada, coiffant sur le poteau son fidèle ami Steve Guerdat, heureux pour une fois de lui voir échapper une victoire. Question coiffure justement le Lion Lamaze a perdu sa crinière mais conservé un coeur énorme et cette capacité rarissime non seulement de gravir des montagnes mais d’emmener dans ce périple beaucoup de monde. A croire que le terme de sympathie, souffrir avec, a été créé pour le Canadien. Nous sommes beaucoup à être touchés par son combat contre cette maladie insidieuse qui vient ronger une icône du Jumping qui a fait chaviré à tant de reprises les foules par son talent et le couple qu’il formait avec l’incroyable Hickstead. Sa capacité à surmonter sa fatigue et à aller au-delà de ses forces et de lui même laisse sans voix.

On dit à juste titre que l’équitation est une école de la vie. Celle d’Eric Lamaze est une terrible mais profonde leçon de vie. Sur le plan sportif bien sûr mais au-delà sur le plan humain en général. Il existe des personnes lunaires, le Carribou comme on le surnomme affectueusement est plutôt du genre solaire par l’extraordinaire magnétisme qu’il partage. Un magnétisme qui flottait lors de la conférence de presse lorsque le vainqueur a déclaré :« En me levant ce matin, je ne pensais pas que cela serait possible, ça montre que les chevaux peuvent tout faire pour vous … surtout quand vous êtes pas au meilleur de votre forme, ils le font pour vous! Je chérirai toujours cette victoire ! Monter à cheval est une véritable thérapie. Quand vous n’avez pas la force de lutter, ils se battent pour vous. C’est l’une des victoires que je chérirai toute ma vie. La maladie est un combat sans fin pour moi. Aujourd’hui est un cadeau. »

Pour autant, il serait profondément injuste de reprocher aux autres malades de ne pas avoir le ressort d’Eric Lamaze. Son cas est unique. Comme si à travers Hickstead et à travers lui le message qui nous était envoyé était aussi ancien que le carpe diem d’Horace. Une ode au simple plaisir d’exister en tant que tel et un émerveillement permanent d’être vivant. Quel champion, quel homme.

Publié le 11 juin 2019, dans Coup de coeur, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Très bel article.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :