Niklaus Rutschi sur un nuage au CSI 4* de Bourg-en-Bresse

nik

La superbe équitation de Niklaus Rutschi en selle sur Cardina.

Niklaus Rutschi s’est imposé ce week-end dans le Grand Prix du CSI 4* de Bourg-en-Bresse doté, ça ne gâche rien, à hauteur de 90 000 €. Si le représentant Suisse monte sur la première marche, les Tricolores tirent bien leur épingle du jeu, avec de bonnes surprises. Laurent Goffinet tout d’abord, qui aux commandes d’Atome des Etisses (Mylord Carthago x Eve des Etisses) a bien cru en ses chances avant de voir s’envoler la victoire pour une poignée de centièmes. Il finit deuxième. Marie Demonte complète le podium sur la très convaincante Véga de la Roche. Mention spéciale enfin pour Prime Time des Vagues qui a 16 ans signe un retour fracassant sous la selle de son cavalier, Alexandre Fontanelle. Une quatrième place partagée avec Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch (ex-aequo).

A 53 ans, Niklaus Rutschi , malgré une carrière sportive plus qu’honorable n’est pas considéré comme un cador du circuit. Classé 178ème mondial, il est un habitué du circuit mais étrangement, bien que titulaire de l’équipe Suisse, ne jouit pas d’une grande notoriété. On ne se retourne pas sur son passage, on ne l’assaille pas pour des selfies ou des autographes. Son double sans faute la semaine précédente avec Cardano CH dans la Coupe des nations de La Baule a fait remonter ses actions mais plus du côté des connaisseurs que du grand public.

On devrait se méfier des habitués, surtout s’ils sont du genre discret. Le Luçernois connaît bien le Jumping de Bourg. Il en est à sa 6ème participation. C’est à vélo et non en trottinette électrique qu’il vient faire sa reconnaissance, en vrai passe-muraille. Pourtant, sa réussite au CSIO de France a sans doute constitué un déclic intérieur. Un mélange de sérénité et de confiance. Il prend le départ du Grand Prix avec Carassina, une jument grise de 10 ans qui sur le papier ne constitue pas une concurrente sérieuse. Les affaires sont prêtes d’ailleurs au camion pour repartir sans tarder. L’après-midi va finalement se prolonger. Le couple signe une première manche superbe, toute en décontraction et en fluidité. Face aux 9 barragistes, Niklaus Rutschi joue le jeu. La jument répond parfaitement, déploie ses ailes, et pulvérise le chronomètre. L’affaire est faite.

Ce week-end devait-être l’occasion de voir quel cheval pourrait soutenir Cardano dans son piquet de chevaux. La réponse est évidente. Chapeau bas.

Auréolé de cette victoire Nikaus Rutschi va retrouver la semaine prochaine la cour des grands. Ce sera Saint-Gall avec l’équipe Suisse puis, la préparation des Championnats d’Europe et pourquoi pas, si Cardano confirme, les JO de Tokyo qui marqueront la fin d’un cycle. « Après 11 ans dans ce métier je suis en fin de carrière. Dans le sport de haut niveau il nous faut beaucoup plus de préparation que les jeunes cavaliers pour y arriver. Je pense bientôt plus m’orienter vers la formation des jeunes chevaux » confiait vendredi le futur vainqueur du Grand Prix à la Gazette du Jumping. Cet homme mérite d’être connu.

Le classement complet, ici.

 

Publicités

Publié le 27 mai 2019, dans A suivre, Actualités, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :