Nino des Buissonnets-Steve Guerdat : l’adieu aux larmes

nino

Steve Guerdat et Nino des Buissonnets. Le couple est désormais entré dans la légende des sports équestres. Cliquer pour agrandir.

Il a les épaules larges et solides, la démarche assurée et, n’est pas du genre à tergiverser pour prendre une décision. Steve Guerdat est un un grand champion. Un champion olympique. Un demi-dieu donc. Autant dire que lorsqu’on voit des larmes couler sur les joues d’un gaillard de cette trempe, c’est que l’émotion est bien là. Qu’elle est réelle et en aucun cas surjouée. Oui mais voilà, si amour rime parfois avec toujours, tout à une fin à commencer par la carrière des chevaux de CSO, cracks compris.

« Je pense que « Nino » est devenu une légende, non seulement en raison de sa médaille d’or olympique, mais également grâce à son doublé dans le Majeur de Genève. Il a également été classé, entre autres, deuxième à deux reprises en finale de Coupe du monde. Il n’a pas fait beaucoup de concours mais presqu’à chaque fois, ses sorties se sont soldées par un gros résultat. Et aujourd’hui, il est toujours en superbe condition. Il n’a pas été seulement mon meilleur cheval, mais certainement aussi l’un des meilleurs chevaux de l’histoire » confie non sans fierté Steve Guerdat.

Deux fortes personnalités, hors normes et, beaucoup d’affection sans doute réciproque. « La relation entre un cavalier et sa monture est une histoire d’amour. Elle se construit jour après jour » avoue Steve Guerdat. Etrange bonhomme que cet athlète si réservé, à l’image de son père, et qui n’hésite pas pour autant à avouer au grand jour devant des milliers de personnes son attachement et sa reconnaissance à « Flying Nino ».

Dimanche, à Palexpo (Genève), chez lui, devant son public, le Jurassien a fendu l’armure, pour son Nino. Si les chevaux de haut niveau sont d’étranges animaux, mélange de puissance et d’une très grande fragilité, les cavaliers finissent par leur ressembler. Eux si froids dans leur tête, au mental d’acier sont capables de fondre en larmes et d’avouer leurs sentiments profonds. C’est ça aussi la beauté du sport. Derrière toute belle mécanique humaine ou animale, il y a un petit coeur qui bat. Alors bonne retraite Nino et bonne continuation M. Guerdat. Vous venez de signer votre dernier sans faute. Le plus beau et le plus émouvant.

Publicités

Publié le 12 décembre 2016, dans Actualités, Maison de retraite, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :