Archives du blog

Pégase passera-t-il le cap ?

peg

Pégase du Mûrier ici sous la selle de Bosty à Bordeaux impressionne par la marge qu’il met, même à 1m60.

Il fait partie des chevaux que l’on remarque, obligatoirement. C’est d’ailleurs lui qui a été choisi pour illustrer l’affiche de l’édition 2016 du Jumping de Bordeaux. Cheval atypique, Pégase du Mûrier est un diamant mais, un diamant encore un peu trop brut au goût de son cavalier Roger-Yves Bost. A 50 ans, dont près de 30 au plus haut-niveau, le champion d’Europe 2013 a le coup d’œil pour dénicher les cracks.

A l’automne 2014, suite à la mise à la retraite de plusieurs de ses chevaux dont Myrtille Paulois, Bosty doit reconstituer son piquet. Epaulé par son sponsor franco-canadien Equiblue qui sort pour l’occasion le carnet de chèque, il fait l’acquisition de Pégase du Mûrier (EQUIBLUE pour99%, l’E.u.r.l. BOSTY JUMP pour le 1% restant). Il faut dire que depuis deux saisons, l’étalon gris, fils d’Adlefos et Fol Amour du Mûrier (Le Tot de Semilly) s’est constitué sous la selle de son jeune cavalier, Sébastien Duplant, une solide réputation dans les CSI 2 et 3*.

Reste à reconstituer un couple et à emmener Pégase au plus haut-niveau. Le talent de Bosty n’est pas à démontrer. En revanche, l’étalon révèle très vite un fort caractère. Sensible, il se pique vite sur une reprise, notamment à main droite. Le potentiel est bien là par contre, énorme. Mais pour l’instant, c’est presque un handicap. Le cheval saute trop fort. Avec un peu plus d’une année de recul, Bosty reconnait avoir été un peu trop vite avec sa nouvelle monture en 2015. « Le cheval est entré à la grande école à 12 ans quand les autres commencent à 9 ou 10 ans » confiait-il  dernièrement à la presse.

Les mois passent et l’échéance des JO se rapproche mais Bosty reste confiant. Tour après tour, concours après concours, la complicité et la confiance commencent à voir le jour. A Bordeaux, le couple s’est classé 3ème dans la grosse épreuve du vendredi (1,50m) et termine 10ème du Grand Prix dominical (1,60), pénalisé d’une petite faute qui le prive de barrage. Mais c’est surtout à l’extérieur que le gris devra faire ses preuves. Le fils d’Adelfos devra démontrer qu’il est devenu un compétiteur fiable. Un beau challenge pour Bosty qui confie avec des étoiles dans les yeux que Pégase est l’un des tous meilleurs chevaux qu’il ait eu, en talent pur.

 

Pégase du Murier passe sous la selle de Bosty

Vichy14GP 062

Pégase du Murier sous la selle de Sébastien Duplant – CSI3* de Vichy 2014 – Cliquer sur la photo pour agrandir

On apprenait hier soir que l’étalon Pégase du Murier, jusqu’alors monté par Sébastien Duplant, allait désormais évoluer sous la selle de Roger-Yves Bost. Rendez-vous est déjà pris dans deux semaines à Vérone où le champion d’Europe sortant signera ses premiers tours en CSI 5* avec un cheval qui apparaît comme la révélation hexagonale de l’année.

Sébastien Duplant et Pégase du Mûrier remportent le GP du CSI3* de Vichy

Vichy14GP 076

La valeur n’attend pas le nombre des années et le courage non plus. Car du courage, il en fallait pour prendre le départ du Grand Prix de Vichy en raison d’une météo détestable. 50 qualifiés pour le GP dominical mais seulement une trentaine de partants et parmi eux le vainqueur. Sébastien Duplant (25 ans) et Pégase du Mûrier, victorieux de la première épreuve qualificative du vendredi remportent l’édition 2014 du GP de Vichy, succédant ainsi, excusez du peu, à Quickly de Kreisker et Abdelkebir Ouaddar.

Ce week-end, sur le stade équestre en herbe du Sichon, plus ancien concours hippique de France créé en 1887, un couple appelé au plus bel avenir équestre est né. Dernier à s’élancer au barrage parmi les 4 sans faute, Sébastien et Pégase s’imposent facilement devant le bourguignon Benoît Cernin (2e) et le hollandais Edwin Smits (3e). L’italien Simone Coata, 4e, repart avec le trophée de Meilleur Cavalier du concours.

La trajectoire ascendante de ce couple sur ces deux dernières années est remarquable, tout autant que la simplicité du cavalier qui loin d’avoir pris la grosse tête reste d’une modestie et d’une discrétion qui se doivent d’être saluées. Et pourtant, la facilité avec laquelle ce duo formé depuis seulement trois ans domine son élément est bien le signe de qualités respectives hors normes. « C’est notre premier succès de ce niveau » s’est sobrement contenté de relever Sébastien Duplant, ravi de la performance de son étalon gris.

Car ce Grand Prix n’était malgré la météo, un GP au rabais. Jean-François Gourdin, le chef de piste tenait à le rappeler à l’issue de l’épreuve. L’homme de l’art a su habilement jouer avec le terrain pour donner un vrai spectacle aux très nombreux spectateurs présents sans jamais mettre les chevaux dans le rouge ou provoquer de casse malgré des verticaux entre 1m50 et 1m55.

« Le spectacle a de nouveau été à la hauteur de nos espérances » témoignait Guillaume de Thoré, directeur de la SHF à l’issue de l’épreuve. « Les meilleurs cavaliers restent fidèles à l’événement, tout comme le public, et ce malgré la météo de ce week-end. » La SHF peut s’appuyer, cela mérite d’être souligné, sur le soutien fidèle de la communauté d’agglomération de Vichy qui ne mégotte pas sur les investissements, le dernier en date étant un puissant éclairage pour les nocturnes.

Cette édition 2014 très contrastée aura malheureusement été entachée par le dramatique décès au cours du GP d’un spectateur, victime d’un malaise cardiaque, malgré la promptitude et l’affairement des secours.

Vichy14GP 062