Archives du blog

Stuttgart : Christian Ahlmann et les autres

talou_picc

Malgré sa fraîcheur, Taloubet Z (16 ans) ne participera pas à la finale Coupe du Monde a annoncé son cavalier, Christian Ahlmannn. (archives)

Christian Ahlmannn n’a pas failli à sa réputation. « Aucun autre cavalier n’est aussi fort que lui face à un chronomètre, ni en Allemagne, ni nulle part ailleurs dans le monde ». Le propos de Ludger Beerbaum s’est révélé une nouvelle fois pertinent. Le numéro 1 mondial, associé à Taloubet Z, a mis dans sa poche le Grand Prix de Stuttgart, l’un des plus réputés et difficiles au monde. Une épreuve qu’il remportait l’an dernier sur Codex One

 Avec 12 cavaliers allemands sur 40 au départ du Grand Prix de Stuttgart, la 5ème étape de la Coupe du Monde pour l’Europe de l’Ouest semblait promise à un cavalier d’Outre-Rhin. La logique statistique a été respectée. Non sans peine. La faute en partie au chef de piste Belge, Luc Musette, auteur d’un parcours bien construit, progressif, mais peut-être pas assez sélectif au regard de la qualité du plateau présent. Pour les 19 heureux barragistes, tout restait donc à faire à l’issue de la première manche. Tout, surtout un nouveau sans faute pour espérer décrocher un classement. Aussi rapide que possible pour espérer un podium.

A ce petit jeu là, le duo Suisse Martin Fuchs et Steve Guerdat n’a pas donné sa part aux chiens. Impressionnant de doigté sur une jument aussi qualiteuse que délicate (Bianca), le champion olympique de Londres pensait avoir fait le plus dur. Mais c’était sans compter sur le couple de haute précision Ahlmannn-Taloubet. Un vieux couple, expérimenté et redoutable. Le pilote, 41 ans, a réalisé le tracé parfait, le plus à l’intérieur possible et Taloubet Z à la fois totalement soumis et complice a exécuté. Chapeau l’artiste. En cavalier rapide, Cian O’Connor (Good Luck) un temps en tête et soudain relégué sur la troisième marche du podium n’a pu qu’apprécier apprécié la prestation aux allures de démonstration. Il est comme ça Christian Ahlmannn déterminé comme lorsqu’il déclare « je pratique ce sport pour gagner pas pour être classé« .

Au final, derrière Christian Ahlmannn, Steve Guerdat (2ème) et Cian O’Connor (3ème) complètent le podium. Mais tout juste derrière il faudra garder à l’œil des couples en pleine ascension avec dans l’ordre : Martin Fuchs (Clooney 51), Janne Friederike Meyer (Goja), Kevin Staut (Rêveur de Hurtebise) et  Lorenzo de Luca sur un époustouflant Armitages Boy.

Le classement intégral ici.

A Stuttgart, le boss c’est Christian Ahlmann

Codex onez

Christian Ahlmann et Codex One (archives)

Vainqueur vendredi soir du Mercedes German Master (1m55) avec Colorit, Christian Ahlmann (40 ans) a enfoncé le clou en remportant le Grand Prix Coupe du Monde de ce dimanche en selle cette fois sur l’étalon de 13 ans, Codex One. L’Allemand s’impose au terme d’un barrage à 5 concurrents devant le jeune Suédois Douglas Lidelöw (Casello) décidément très compétitif ces derniers temps et son compatriote Patrick Stühlmeyer (Lacan).

L’Irlandais Cameron Hanley (Z Accodate DDL) confirme son ascension dans la hiérarchie mondiale en prenant la 4ème place. Très redouté en raison de son expérience et de la qualité de son premier tour avec Lacrimoso 3*HDC, Patrice Delaveau, seul Français au barrage voit toutes ses chances de victoires partir en fumée à la suite d’une grosse faute spectaculaire sur un mur, plus traversé que sauté. Le Tricolore termine cinquième ce qui lui permet de glaner de précieux points pour la finale Coupe du Monde de Goteborg.

Le classement complet ici.

Ludger Beerbaum, le Maître allemand

bordeaux1 005

Ludger Beerbaum

Indémodable et indétrônable. Ludger Beer baum a confirmé vendredi soir son statut de légende vivante et son surnom de «  Kaiser » en remportant sur son étalon Chaman (Baloubet de Rouet x I love you), et pour la quatrième fois, le Mercedes German Masters de Stuttgart.

Sur les 12 cavaliers au départ de l’épreuve, 5 seulement se sont qualifiés pour le barrage. Ludger Beerbaum s’est montré le plus rapide devant son compatriote « Hansi » alias Hans-Dieter Dreher sur Embassy II, couple qui remportait le Grand Prix de Stuttgart l’année dernière. Derrière ce doublé Allemand, la troisième place est revenue au champion olympique Suisse Steve Guerdat sur un Concetto Son très bondissant.

Moins de chance en revanche pour les trois Français engagés ( Kevin Staut/Ayade de Septon, Patrice Delaveau/Carinjo HDC, Pénélope Leprevost/Nice Stephanie), privés de barrage pour petite barre.

Stuttgart étant, outre la capitale de l’État du Bade-Wurtemberg, le siège de Mercedes, le vainqueur s’est vu remettre les clés d’un GLK 350.

Les résultats complets ici.

Ludger

Sympa le cadeau : une belle Mercedes récompense le vainqueur du Mercedes German Masters – Crédit photo Markus Bechert –