Archives du blog

Leipzig sourit à Christian Ahlmann

ahl

Christian Ahlmann – Caribis Z Longines FEI Jumping World Cup 2019 © FEI / Leanjo de Koster

Après Malines (Bel) il y a trois semaines, Christian Ahlmann a récidivé en remportant le Grand Prix Coupe du monde de Leipzig (All) en selle cette fois sur un autre étalon gris, Caribis Z, reconnaissable entre tous par son troublant œil vairon. L’Allemand de 44 ans s’impose dans un barrage à sept dont deux autres concurrents seulement terminent l’épreuve sans pénalités. Le Belge François Mathy jr deuxième associé à Uno de la Roque et l’Italien Lorenzo de Luca, troisième, avec le toujours aussi démonstratif Armitages Boy.

A propos de Caribis Z, 12 ans, Christian Ahlmann, centaure en chef du Zangersheid, déclarait à l’issue de l’épreuve : « Il a toujours été un peu dans l’ombre de Taloubet et de Codex mais il a énormément progressé au cours de la dernière saison. Il est prêt pour faire de grandes choses maintenant ». Le fils de Caritano engagé dans les GP 5* seulement depuis septembre dernier sera donc à suivre de près le reste de la saison.

Côté tricolore seuls deux cavaliers figuraient parmi les 40 partants. Malheureusement pénalisé d’un point de temps dépassé avec Tempo de Paban, Olivier Robert s’est trouvé privé de barrage mais se classe huitième de l’épreuve ce qui devrait lui permettre de concourir à la finale de Göteborg. En revanche Kevin Staut et Lorenzo ont eu moins de succès avec trois fautes qui ont renvoyé le couple en fond de classement (30ème).

Le classement complet, ici.

Taloubet Z’est fini

B02T9060

Taloubet Z sous la selle de Christian Ahlmann (archives)

Salut l’artiste. Taloubet Z ne foulera plus les pistes de compétition. L’étalon a tiré sa révérence ce week-end, de la plus belle des manières, par une victoire dans le Grand Prix du CSI 5*. Une véritable performance pour un cheval de 18 ans, piloté de main de maître depuis 9 ans par Christian Ahlmann, l’époux de Judy-Ann Melchior, fille de Léon Melchior, le fondateur du studbook Zangersheide, propriétaire du cheval.

A tout seigneur tout honneur. Le fils de Galoubet A a eu droit à une cérémonie d’adieux à la compétition à l’issue du Grand Prix sur ces terres de Leipzig qui lui ont toujours réussi (une finale Coupe du monde remportée en 2011 et donc désormais 3 victoires dans le GP : 2012, 2013 et 2018).

« Je ne voulais vraiment pas me manquer, ne serait-ce que pour lui ! », a du reconnaître Christian Ahlmann. Comme beaucoup de cavaliers de haut niveau, le cavalier du haras Zangersheide de 43 ans a une personnalité plutôt réservée. Mais comme pour tous les cavaliers, la fin de la carrière sportive d’un cheval de tête est toujours un moment sensible où l’armure s’entrouvre subrepticement : « C’était juste un Grand Prix Coupe du monde comme nous en sautons toutes les semaines. Mais celui-ci était particulier car il s’agissait du dernier parcours de Taloubet, où tout le monde pouvait voir qu’il est toujours en très grande forme. Avoir réussi à boucler un tour parfait avec tant de pression me rend très heureux. C’est sans aucun doute l’un des plus beaux jours de ma vie, pas à cause des points, ni à cause de la dotation, mais parce que ce cheval est toujours aussi puissant malgré son âge et termine sa carrière de la plus belle des manières, sur une belle victoire ! »

B02T9053

Taloubet Z en action (archives)

Comme disait Confucius, « On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. » Adieu le compétiteur, bonjour le reproducteur. C’est bien une nouvelle vie qui s’ouvre pour Taloubet Z, chez lui à Zangersheide.

 

Stuttgart : Christian Ahlmann et les autres

talou_picc

Malgré sa fraîcheur, Taloubet Z (16 ans) ne participera pas à la finale Coupe du Monde a annoncé son cavalier, Christian Ahlmannn. (archives)

Christian Ahlmannn n’a pas failli à sa réputation. « Aucun autre cavalier n’est aussi fort que lui face à un chronomètre, ni en Allemagne, ni nulle part ailleurs dans le monde ». Le propos de Ludger Beerbaum s’est révélé une nouvelle fois pertinent. Le numéro 1 mondial, associé à Taloubet Z, a mis dans sa poche le Grand Prix de Stuttgart, l’un des plus réputés et difficiles au monde. Une épreuve qu’il remportait l’an dernier sur Codex One

 Avec 12 cavaliers allemands sur 40 au départ du Grand Prix de Stuttgart, la 5ème étape de la Coupe du Monde pour l’Europe de l’Ouest semblait promise à un cavalier d’Outre-Rhin. La logique statistique a été respectée. Non sans peine. La faute en partie au chef de piste Belge, Luc Musette, auteur d’un parcours bien construit, progressif, mais peut-être pas assez sélectif au regard de la qualité du plateau présent. Pour les 19 heureux barragistes, tout restait donc à faire à l’issue de la première manche. Tout, surtout un nouveau sans faute pour espérer décrocher un classement. Aussi rapide que possible pour espérer un podium.

A ce petit jeu là, le duo Suisse Martin Fuchs et Steve Guerdat n’a pas donné sa part aux chiens. Impressionnant de doigté sur une jument aussi qualiteuse que délicate (Bianca), le champion olympique de Londres pensait avoir fait le plus dur. Mais c’était sans compter sur le couple de haute précision Ahlmannn-Taloubet. Un vieux couple, expérimenté et redoutable. Le pilote, 41 ans, a réalisé le tracé parfait, le plus à l’intérieur possible et Taloubet Z à la fois totalement soumis et complice a exécuté. Chapeau l’artiste. En cavalier rapide, Cian O’Connor (Good Luck) un temps en tête et soudain relégué sur la troisième marche du podium n’a pu qu’apprécier apprécié la prestation aux allures de démonstration. Il est comme ça Christian Ahlmannn déterminé comme lorsqu’il déclare « je pratique ce sport pour gagner pas pour être classé« .

Au final, derrière Christian Ahlmannn, Steve Guerdat (2ème) et Cian O’Connor (3ème) complètent le podium. Mais tout juste derrière il faudra garder à l’œil des couples en pleine ascension avec dans l’ordre : Martin Fuchs (Clooney 51), Janne Friederike Meyer (Goja), Kevin Staut (Rêveur de Hurtebise) et  Lorenzo de Luca sur un époustouflant Armitages Boy.

Le classement intégral ici.

En hausse : Christian Ahlmann

CA

Christian Ahlmann, la solidité allemande : 1,90m et 88kgs

Il continue son petit bonhomme de chemin. Christian Ahlmann a remporté ce week-end l’unique CSI 5* qui se déroulait sur le continent européen. L’Allemand, associé à Epleaser van’t Heike (For Pleasure), s’est imposé dans le Grand Prix de Treffen chez le milliardaire autrichien Gaston Glock doté de la coquette somme de 350 000 € dont 87 500 € pour le vainqueur.

A 50 jours seulement des JO de Rio, Christian Ahlmann apparaît comme le cavalier en forme du moment. Un état de grâce qui perdure depuis plusieurs mois avec une multitude de victoires et de classements qui lui permettent de figurer au 3ème rang du classement mondial permanent.

Et à la fin, c’est toujours Ahlmann qui gagne

Gucci Masters2014 060

Christian Ahlmann et Codex One (archives)

Si vous avez raté les derniers CSI 5*, pas de panique. A la question « qui a remporté le Grand Prix de ce week-end ? » vous ne prendrez pas grand risque en avançant le nom de Christian Ahlmann. Le cavalier allemand à la main chaude et accumule les victoires comme certains enfilent les perles.

Après Vérone, Stuttgart et Malines en 2015 Ahlmann a fait main basse sur le Grand Prix de Bâle en selle sur Codex One. Un scénario qui deviendrait presque lassant si notre Pénélope nationale n’avait elle aussi affiché ses prétentions avec Vagabond de la Pomme, ce fils de Vigo d’Arsouilles avec lequel elle a accroché la deuxième place lors de la finale Coupe du Monde 2015 à Los Angeles.

On retiendra également les sixième et septième place respectivement de Roger-Yves Bost (Sydney Une Prince) et Simon Delestre (Chesall).

Le classement intégral ici.

A Stuttgart, le boss c’est Christian Ahlmann

Codex onez

Christian Ahlmann et Codex One (archives)

Vainqueur vendredi soir du Mercedes German Master (1m55) avec Colorit, Christian Ahlmann (40 ans) a enfoncé le clou en remportant le Grand Prix Coupe du Monde de ce dimanche en selle cette fois sur l’étalon de 13 ans, Codex One. L’Allemand s’impose au terme d’un barrage à 5 concurrents devant le jeune Suédois Douglas Lidelöw (Casello) décidément très compétitif ces derniers temps et son compatriote Patrick Stühlmeyer (Lacan).

L’Irlandais Cameron Hanley (Z Accodate DDL) confirme son ascension dans la hiérarchie mondiale en prenant la 4ème place. Très redouté en raison de son expérience et de la qualité de son premier tour avec Lacrimoso 3*HDC, Patrice Delaveau, seul Français au barrage voit toutes ses chances de victoires partir en fumée à la suite d’une grosse faute spectaculaire sur un mur, plus traversé que sauté. Le Tricolore termine cinquième ce qui lui permet de glaner de précieux points pour la finale Coupe du Monde de Goteborg.

Le classement complet ici.