La vente d’Urvoso relance la question de la sécurisation des chevaux avant les JO

Nicolas Delmotte/ Urvoso du Roch © FFE/ PSV

CQFD. Le remplacement surprise annoncé hier par la FFE de Nicolas Delmotte par Marc Dilasser dans la sélection pour la finale de la Coupe des nations ce week-end à Barcelone ne présageait rien de bon. Et pour cause. On apprend ce mardi par l’intermédiaire du toujours bien renseigné Kamel Boudra qu’Urvoso du Roch est vendu à un cavalier étranger. A l’approche des JO de Paris 2024 revoilà donc posée la question de la sécurisation des chevaux de l’équipe de France et donc de la consolidation d’un collectif.

La loi du marché est dure mais, c’est la loi. Plus un cheval est performant, plus il est convoité et plus il risque d’être vendu car il faut être particulièrement patriote ou désintéressé pour résister à des valises débordantes de billets. Car si dans le milieu équestre les cracks chevaux sont rares par définition, les grosses voire très grosses fortunes le sont moins. La logique individuelle du propriétaire se heurte alors à celle du collectif et de la fédération française d’équitation fort désarmée face à de telles situations. Pendant longtemps notre nation a pu bénéficier du confort financier d’une poignée de propriétaires passionnés qui ont engloutis des sommes faramineuses dans un sport où pour devenir millionnaire, il faut comme on dit, avoir été milliardaire avant. Beaucoup de dépenses donc et parfois des relations humaines compliquées avec les cavaliers font du statut de propriétaire un rôle ingrat sans oublier l’extrême fragilité des athlètes à quatre pattes. Bref, prendre un billet pour la compétition c’est s’assurer de fréquents allers-retours dans l’échelle émotionnelle. 

Face à la « fragilité » des propriétaires, la sécurisation des chevaux, c’est à dire leur préservation de la vente jusqu’à une échéance donnée, reste un serpent de mer. Pour l’instant la FFE n’a pas fait état de sa position sur ce sujet délicat.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *