Berlux Z : deux petits tours et puis s’en va

Simon Delestre et Berlux Z, la révélation des JO. © FEI/Christophe Taniére

Il aura suffit à Berlux Z, la monture de Simon Delestre, d’effectuer deux petits tours magistraux dans l’épreuve par équipe des JO de Tokyo pour être vendu. C’est le cavalier mosellan lui-même qui a rendu publique l’information sur les réseaux sociaux lundi 16 août. Plus que la vente elle-même, c’est la rapidité de celle-ci qui interpelle alors que Simon Delestre se projetait il y a quelques jours encore sur les JO de Paris dans seulement trois ans.

Deux années et deux tours aux JO plus tard, l’aventure entre Berlux Z et Simon Delestre est arrivée à échéance. La famille Hochstadter, propriétaire du cheval a préféré un tiens à deux tu l’auras et accepté l’offre de clients de l’Irlandais Cian O’Connor. A seulement 10 ans le beau gris, fils de Berlin, semble avoir de belles perspectives devant lui. Le dramatique accident de pré survenu dernièrement à Clooney 51 rappelle toutefois l’extrême fragilité des chevaux de haut-niveau. Leur valorisation doit donc s’effectuer en tenant compte de l’épée de Damoclès que représente le risque permanent de pépins de santé.

La vente de Berlux Z répond à cette logique. Simon Delestre malgré sa déception est réaliste. La vente va permettre de faire bouillir sa marmite et de consolider son modèle économique avec la préparation de nouveaux chevaux. Les ex-propriétaires de Berlux, fidèles clients de Simon Delestre, devraient d’ailleurs ré-investir une grande partie du produit de la vente dans de nouveaux achats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *