Complet : une équipe en or, un leader en argent

arndnl_ABF3265_TeampodiumEventing_1

Crédit photo : Arnd Bronkhorst/FEI

Il y a ceux qui étaient suspendus à leur écran et les autres. Pour ceux-là, la nouvelle est tombée à 17h56 via les smartphones. Sobre mais incontournable, digne d’être gravée dans le marbre : « JO 2016 – équitation: l’équipe de France médaille d’or du concours complet ». Cerise sur le gâteau, c’est la première pour la délégation française. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, quelques heures plus tard, Astier Nicolas décroche l’argent en individuel. Une journée faste pour l’équitation française. Adrien Pécout, l’envoyé spécial du Monde à Rio ne s’y est pas trompé résumant la situation en quelques mots : « A Rio, les chevaux sont les nouveaux meilleurs amis de la délégation française ».

On savait les Tricolores gonflés à bloc mais ce coup double demeure une sacrée belle surprise. Face au rouleau compresseur anglo-saxon et à la puissante Allemagne tenante du titre, la France à fait mieux que résister puisqu’elle s’est imposée et de belle manière. Car c’est une vraie victoire d’équipe dans laquelle chacun aura apporté sa pierre. A l’image de Karim Laghouag (Entebbe de Hus) au fond du seau la veille pour avoir été pénalisé d’un refus sur le cross et qui à l’obstacle signe un magnifique sans faute. Thibaut Vallette lui emboîte le pas sur Qing du Briot*ENE-HN. La valeur n’attendant point le nombre des années, Astier Nicolas, 27 ans, ne flanche pas lorsque son tour vient d’entrer en piste. Il n’avait pas droit à l’erreur à la suite des deux barres restées au sol après le passage de Mathieu Lemoine (Bart L). Il n’en commet aucune. Un privilège que n’eurent pas les australiens et les néo-zélandais. L’affaire était dans le sac et la médaille d’or au coup des Français. Enfin la Marseillaise allait pouvoir résonner en terres brésiliennes.

Nullement ému pour sa première participation à des JO, Astier Nicolas et son fidèle Piaf de B’Neville n’avaient plus qu’à poursuivre l’aventure en individuel. Une barre le prive d’or au profit de l’Allemand Michael Jung, double champion olympique en titre, intouchable numéro 1 mondial et surtout excellent pilote en CSO puisqu’il dispute les CSI 5*.  Astier Nicolas devra donc se satisfaire, et nous avec, de l’argent. Un scénario fou sur lequel personne n’aurait mis un réal. Alors que le soleil se couche sur les installations équestres de Deodoro, la nuit s’annonce longue et festive dans le camp français. Il n’y a pas que les larmes qui vont couler ce soir. Douze ans après le titre par équipes conquis à Athènes la médaille d’or remportée ce soir sera fêtée comme il convient. Tout autant que celle en argent.

Publicités

Publié le 9 août 2016, dans Jeux Olympiques, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :