Examen réussi pour Fabrice Dumartin en Coupe des Nations

Dum

Fabrice Dumartin et Cannavaro (archives)

Mission accomplie pour l’équipe de France « B » au CSIO de Saint Gall (Suisse) ce week-end. Les vestes bleues ont fait le job en prenant une deuxième place ex-aequo dans la Coupe des Nations. « C’est notre 3e Coupe des Nations de l’année, notre 3ème podium et cette fois-ci nous avions des cavaliers ou des chevaux qui débutaient cette année à un tel niveau. Et on finit à une faute de la victoire, ça va dans le bon sens » a résumé, très satisfait, Philippe Guerdat.

Les mousquetaires français étaient composés de Cédric Angot / Saxo de la Cour (0+0), Timothy Anciaume / Kiamon (4+4), Roger-Yves Bost / Qoud’Coeur de la Loge (4 + 0) et, Fabrice Dumartin / Cannavaro (12+0).

Avec trois fautes dans la première manche, il y avait de quoi être inquiet pour ce dernier d’autant que son cheval avait semblé « en panne d’essence » en fin de tour. Le couple aura su se ressaisir sur son deuxième tour en signant un très convaincant sans faute. Cannavaro confirme ainsi la trajectoire ascendante dans laquelle il s’est inscrit depuis plusieurs mois.

Parallèlement, Fabrice Dumartin signe à 53 ans un retour remarqué en équipe de France. L’homme a de l’expérience et un solide palmarès dont notamment 23 Coupes des Nations et deux participations aux JO qui lui échappent de peu. Séoul tout d’abord avec Orion du Vaumicel, puis  d’Atlanta avec Trésor de Condé. A la fin des années 1990le Lorrain s’illustre avec Allegreto.

Dans le petit monde hexagonal du haut-niveau Fabrice Dumartin est un personnage atypique, qualifié par ses pairs « d’amateur éclairé ». Président du Groupe Les Arches Métropole, un opérateur d’immobilier commercial dont le siège est installé à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine, il ne monte jamais à cheval la semaine et ce, depuis ses études. Aujourd’hui, il s’appuie sur sa groom et un cavalier pour s’occuper des chevaux.

Sa réussite dans les affaires aurait dû l’éloigner définitivement des terrains de concours. En 2013, il décide de raccrocher pour se consacrer à 100% à ses activités professionnelles. Mais le destin, après avoir été coquin avec lui sur le plan sportif (il perd par deux fois ses meilleures montures de coliques) en a décidé autrement.

Compétiteur un jour, compétiteur toujours. Début 2014, la passion est trop forte. Il rachète un cheval, puis trois autres. Parmi eux Cannavero. Le cheval est fantastique. Moyens, respect, sang, courage et envie de bien faire, toutes les qualités sont là. « Si je fais un bilan de tous les chevaux que j’ai eu, Cannavaro est le meilleur de toute ma carrière » avoue Fabrice Dumartin. Suffisamment pour redonner envie à son cavalier de revenir parmi l’élite. C’est aujourd’hui chose faite.

 

Publicités

Publié le 5 juin 2016, dans A suivre, Coupe des Nations, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :