Le rêve absolu d’Olivier Robert

bordeauxGP1 135Après des débuts un peu décevants sur le circuit Coupe du Monde indoor, Olivier Robert a démontré ce dimanche en remportant le GP du Grand National de Cluny (1m55) que le sélectionneur national a eu raison de lui donner sa chance.

Alors que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne notamment disposent d’un important vivier de jeunes cavaliers de CSO très talentueux et très compétitifs, la France s’appuie sur une équipe nationale expérimentée mais vieillissante. Il y a donc urgence à faire émerger une relève, un travail difficile auquel s’est attelé la Fédération Française d’Equitation à travers Philippe Guerdat.  Mathieu Billot (U2) et Olivier Robert (Raia d’Helby) ont ainsi pu faire cette saison leurs débuts en Coupe du Monde.

Raia d’Helby (Fergar Mail et Miss d Helby par Papillon Rouge), la jument de tête du cavalier de Pompignac est à neuf ans assurément prometteuse. Qualiteuse certes, mais délicate, elle exige un pilotage dénué de toute nervosité. Or il semblerait que son cavalier n’ait pas totalement réussi à faire abstraction de toute pression lors de ses prestations à Bordeaux puis Göteborg.

Dans un entretien accordé au site Aqui.fr à l’occasion du Jumping de Bordeaux, Olivier Robert, modeste,  confiait « Moi je suis loin d’avoir le niveau de ces stars que vous voyez depuis des années à Bordeaux. Je me sens doué mais pas de niveau-là. Cependant, quand vous montez des chevaux rares comme ça vous pouvez y arriver, vous pouvez gagner et tout est réalisable. Et puis, quand vous faites ce niveau-là et bien vous progressez. Quand vous participez à des coupes du monde à 1,60 m et bien vous gagnez plus facilement après. Vous avez pris beaucoup de sécurité pour sauter 1,50 m ».

La suite a donné raison au cavalier Girondin qui s’est imposé de belle manière à Cluny sur 1m55. Le couple manque encore d’expérience au plus haut niveau et peut être d’assurance mais les derniers réglages laissent à penser qu’il est sur la bonne voie.

Olivier Robert a surtout pour lui d’avoir un rêve : aller aux Jeux Olympiques. Un objectif qu’avait eu longtemps avant lui, puis concrétisé un jour de 1988, et de quelle façon, un autre aquitain, un certain Pierre Durand. Souhaitons à Olivier Robert d’avoir le même destin.

Photo : Olivier Robert – Quenelle du Py /Jumping de Bordeaux

Publicités

Publié le 13 avril 2014, dans Portrait, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :