Hans Günter Winkler, la légende vivante de l’équitation, prend sa retraite définitive

HGWLe CSI**** de Brunswick qui s’est déroulé la semaine dernière a été marqué par un hommage exceptionnel du public à un cavalier tout aussi exceptionnel hélas fort méconnu des jeunes générations. Hans Günter Winkler (HGW) a tout simplement le plus beau et le plus étoffé des palmarès des cavaliers de CSO à ce jour. Mieux, avec une participation à six Jeux Olympiques, cinq médailles d’or, une d’argent et une de bronze il est l’athlète le plus titré de l’histoire du sport olympique.

Si on y rajoute deux titres de champion du monde et cinq médailles aux championnats d’Europe, on commence à prendre conscience de l’épaisseur sportive du personnage. Reconverti depuis plusieurs décennies dans la commercialisation d’événements équestres et la direction d’une agence de marketing, HGW a sagement décidé, à 87 ans de prendre une retraite bien méritée. Sa participation au CSI de Brunswick comme directeur sportif  de l’événement était donc la dernière. Debout, les 5000 spectateurs présents dans l’enceinte ont longuement applaudi celui qui est considéré outre-rhin comme une légende vivante.

La semaine dernière, dans une configuration plus intime, seulement 500 invités, la FEI a également rendu hommage à cette icône des sports équestres. Hans Gunter Winkler (à gauche) s’est vu remettre un serre-livres spécialement gravés des mains du directeur du saut d’obstacles de la FEI, John Roche (à droite).

Il n’y a pas de grand cavalier sans grand cheval. Celui de HGW s’appelait Halla (vidéo) une jument de mère française (Hélène TF) et surtout,  le seul cheval à avoir remporté trois médailles d’or aux JO.  C’est précisément aux JO de Stockholm en 1956 que naît la légende. Lors de la première manche, sur l’avant-dernier obstacle, la jument part une foulée trop tôt  ce qui déstabilise HGW qui retombe lourdement sur sa selle et se déchire un muscle de l’aine. Malgré la douleur, pour que l’équipe allemande ne soit pas éliminée, il repart dans la deuxième manche sous l’emprise d’une piqure de morphine  et fait sans faute … largement aidé par sa monture. Le couple remporte cette année là l’or en individuel et par équipe. Par la suite, ils gagneront 125 compétitions de saut d’obstacles.

)

Crédit photo : FEI

Publicités

Publié le 12 mars 2014, dans Portrait, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :