Archives du blog

Coupe du monde : Bryan Balsiger confirme son statut d’étoile montante à Oslo

48930207011_3f87eebbc1_c

Bryan Balsiger – Clouzot de Lassus Crédit: FEI/Satu Pirinen

Décidément, la jeunesse suisse a le triomphe insolent. Après Martin Fuchs champion d’Europe de 27 ans habitué des podiums prestigieux, les montagnes de Guillaume Tell nous dévoilent un nouveau talent. Pour sa deuxième participation a une épreuve Coupe du monde, Bryan Balsiger (22 ans) a remporté le Grand Prix d’Oslo, première étape de la saison 2019-2020 devant Luciania Diniz ( Vertigo du Desert) et Geir Gulliksen (Quatro).

Qui est Bryan Balsiger ? Un jeune Neuchâtelois, placé sur une trajectoire ascendante : champion d’Europe des jeunes cavaliers en 2017, champion de Suisse en 2018, membre de l’équipe nationale dont il portait dernièrement les couleurs lors de la finale Coupe des nations de Barcelone.

A 22 ans, on ne se pose pas trop de questions. Il fallait juste être le meilleur des 39 couples engagés dans le Grand Prix et surtout le plus rapide des douze barragistes parmi lesquels quelques grosses gâchettes. A commencer par son compatriote et numéro 1 mondial incontesté, Steve Guerdat.

Conscient de la concurrence Bryan Balsiger a pris tous les risques, surpris lui-même que ça passe. Ce succès, il le partage avec Clouzot de Lassus, un hongre gris de onze ans, fils d’ Ugano Sitte auquel il a spontanément rendu hommage :  « Il se donne à 200% sur chaque concours. Ensemble nous avons gagné l’or aux championnat d’Europe et aux championnats de Suisse, mais cela représente la plus belle de notre carrière. Clouzot est vraiment brave, il y met tout son cœur à chaque fois !« 

Du côté des tricolores, seuls deux cavaliers avaient fait le déplacement : Olivier Robert (Tempo de Paban) et Kévin Staut (Viking d’la Rousserie). Bien leur en a pris. Les compères repartent de Scandinavie avec de précieux points dans leurs besaces. Olivier Robert tout d’abord, aux commande d’un Tempo de Paban éblouissant tellement bondissant qu’il aura sorti de la selle et mis son cavalier en position délicate son cavalier par deux fois. Les abducteurs de l’Aquitain devraient tirer un peu ce matin après avoir sauté sans étriers le dernier obstacle du barrage. Mais Olivier Robert est un artiste dont la perdition ne peut être que momentanée. Il signe une belle performance en se classant 4ème. Plus classique, Kevin Staut dispose avec Viking d’la Rousserie d’une monture performante mais à la facilité trompeuse. Pénalisés d’une barre au barrage, ils terminent 8èmes de la compétition.

Le classement complet, ici.

Alberto Zorzi : l’homme qu’on n’attendait pas

zorzi

Alberto Zorzi et Fair Light van T Heike (archives)

Pour le lancement de cette nouvelle saison du circuit Coupe du Monde, on aurait pu avoir mieux. Beaucoup mieux. Des tribunes particulièrement clairsemées, une ambiance digne du grand Nord et une épreuve ennuyeuse… bref l’étape Coupe du Monde d’Oslo, première étape de la ligue européenne, aurait eu vocation à s’effacer des mémoires si elle n’avait été remportée, à la surprise générale, par un italien. Alberto Zorzi aura été la sauce piquante d’un plat sans saveur et peut être aussi le signe tangible du réveil de l’équitation transalpine.

40 partants dans le Grand Prix et, … 20 barragistes. Louis Konicks, le chef de piste néerlandais est passé totalement à côté de son concours. Dommage pour les organisateurs qui étaient légitimement en droit d’attendre plus étincelant pour le 25ème anniversaire du Oslo Horse Show. L’homme de l’art aurait pu se rattraper par un barrage intelligent et haletant mais un oxer mal positionné a joué les juges de paix au détriment des chevaux injustement mis à l’effort sur cet obstacle aux allures de punition.

Sept cavaliers toutefois auront réussi à trouver la voie du sans faute. A commencer par Alberto Zorzi. Premier à s’élancer, Alberto Zorzi, 27 ans, 109e mondial, signe un parcours rapide et sans pénalité sur Fair Light van T Heike. On pense alors que les sans faute seront légion et que le temps est largement amendable. « L’Italie est en tête mais, c’est très provisoire » s’avance Kamel Boudra. Beau joueur le présentateur vedette d’Equidia est contraint de faire un peu plus tard son mea culpa. Tous se casseront les dents sur ce qui restera le temps de référence. Y compris Marcus Ehning, auteur du barrage le plus fluide sur Funky Fred, contraint de se contenter de la deuxième place. S’appuyant sur toute la puissance de  Dream of India Greenfield, le Belge Pieter Devos monte sur la troisième marche du podium.

Au pied de ce dernier, on retrouve un autre Italien, Piergiorgio Bucci, sur Casallo Z (avec lequel il était le vainqueur surprise du GCT d’Estoril en juillet), heureux 4ème alors que son compatriote Lorenzo De Luca sur son très démonstratif Limestone Grey est relégué à la 11ème place en raison d’une petite faute soit, juste devant Simon Delestre et Chesall Zimequest, meilleur couple tricolore dans l’épreuve.

Le classement intégral du Grand Prix ici.

Delaveau, Carinjo, Oslo : histoires d’O

LB2DF 013

Patrice Delaveau en selle sur Carinjo 9 HDC (archives). Cliquer pour agrandir.

Duo de choc. Patrice Delaveau sur son étalon de 14 ans, Carinjo 9 HDC, a remporté ce samedi le Grand-Prix Rikstoto (1m50-1m60) dans le cadre de l’étape Coupe du Monde d’Oslo (Norvège).

Les résultats complets ici.