Pour Martin Fuchs, il y a une vie sportive après Clooney

Martin Fuchs s’impose une nouvelle fois à Lyon mais cette fois avec Chaplin

Le visage est encore un peu juvénile mais à 29 ans, Martin Fuchs est déjà un cavalier accompli. Son palmarès déjà long comme le bras  s’est enrichi ce week-end d’une nouvelle ligne et non des moindres, une victoire dans le très réputé GP 5* de Lyon.

L’accident de pré survenu à Clooney 51 son cheval de tête au retour des Jeux de Tokyo aurait  laissé plus d’un cavalier ko. Mais, il est des événements dramatiques qui resserrent les liens et dans lesquels des âmes fortes savent trouver l’appui pour remonter vers la surface. La team Fuchs a serré les dents et les rangs autour du cavalier et du propriétaire Luigi Baleri. La retraite de Clooney 51, certes prématurée, a fait l’effet d’une bouffée d’oxygène pour ce clan qui avait craint un temps le pire. A la sortie, l’envie de faire un pied de nez au coup du sort a été le plus fort.

On suivra avec attention Chaplin tout au long du circuit Coupe du monde qui débute

C’est donc avec Chaplin, également propriété de Luigi Baleri (comme The Sinner), que Martin Fuchs a signé sa revanche en remportant à l’issue d’un barrage « de dingues » un Grand Prix qui a tenu toutes ses promesses. Au passage le Suisse marque un peu plus son territoire dans la capitale des Gaules en y remportant sa 3ème victoire en Grand Prix Coupe du monde.

Moins connus du grand public, le Brésilien francophile Eduardo Menezes (H5 Chaganus) a fait preuve d’une très belle équitation

La leçon d’équitation n’aurait pas été complète sans la superbe prestation toute en fluidité du Brésilien Eduardo Menezes deuxième sur H5 Chaganus. L’Autrichien Max Kühner, complète le podium associé à  Elektric Blue P. Il faut descendre au sixième rang du classement pour trouver un Français. Edward Levy en l’occurence sur Rebeca LS. Un résultat qui interroge au regard des 10 tricolores engagés dans le Grand Prix. Dommage que les spectateurs aient été privés de la participation de Grégory Cottard et de Bibici, couple hexagonal le plus prometteur du moment. Les jours passent et le périmètre de la future équipe de France qui foulera le sol à Versailles pour les JO de Paris, peine à s’esquisser. 

Besogneux dans le bon sens du terme, Max Kuhner et Elektric Blue P se sont emparés de la 3ème place
Edward Levy et Rebeca LS, meilleur couple tricolore

Le classement complet, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *