Olivier Perreau remporte le CSI 5* de Valence

Olivier Perreau rentre dans le club très fermé des vainqueurs de GP 5*

Power Perreau. Le week-end de concours qui s’achève au Haras des Grillons (Valence) aura été des plus profitables pour Olivier Perreau. Le cavalier ligérien est du genre discret, taiseux, mais efficace. Fast and furious même. Trois épreuves de remportés en 5*, dont le Grand Prix et la puissance, sans oublier quelques classements. Une grosse cerise sur le gâteau arrachée avec sa jument de tête, GL Events Venizia d’Aiguilly.

Venizia d’Aiguilly, née chez la famille Perreau, vendue puis rachetée pour devenir le cheval de tête d’Olivier. Une belle histoire.

Question organisation, du côté du Hubside Jumping, on sait faire et bien faire. Un sans-faute. Et la dotation n’est pas en reste. 200 000 € pour le seul Grand Prix, voilà qui a de quoi ouvrir bien des appétits. Le plateau des cavaliers en lice était donc relévé. Autant de fines gâchettes venues de tous horizons pour tenter de ramasser le magot. Pas pour faire de la figuration ou un tour d’entraînement. 

La tâche n’était donc pas aisée pour Cédric Longis, chargé de départager ce petit monde. Mais l’homme de l’art connaît son métier, les cavaliers et leurs chevaux. Il tablait sur onze barragistes, sur 35 partants (12 classés). La copie finale répond à la commande. Beaucoup de suspense et de bagarre dans un barrage haletant où la victoire s’est notamment jouée entre un virage délicat et une longue galopade pour sauter le dernier obstacle, un vertical évidemment. A ce petit jeu-là, il faut de l’adresse, des nerfs d’acier et un mental de gagnant. Autant de qualités qui ne font pas défaut à Olivier Perreau. 

Grégory Cottard et Bibici donnent raison au staff fédéral qui les a sélectionnés pour les championnats d’Europe en septembre.

Très en forme également, Gregory Cottard et Bibici avaient ouvert le barrage en plaçant la barre très haut. Le chronomètre très serré devait obliger les suivants à prendre tous les risques. Une stratégie presque gagnante. En CSO on sait que tant que le dernier concurrent n’est pas passé, tout reste ouvert.  Dernier à s’élancé, Olivier Perreau qui ne manque pas de tête, a su tirer toutes les analyses nécessaires des parcours des autres barragistes pour signer un parcours encore plus véloce. Simon Delestre, son ami malgré un Hermès Ryan revenu à son meilleur niveau doit se contenter de la troisième marche du podium.

Le retour du couple mythique Simon Delestre-Hermès Ryan

Carton plein pour le camp tricolore donc. Lorenzo de Luca signe la meilleure performance étrangère (4èmeavec Nuance Bleue VDM Z). Steve Guerdat achève de son côté un nouveau week-end marqué par un manque de réussite. Un petit 4 points prive le Jurassien de barrage avec Victorio des Frotards. Une mauvaise parenthèse que le Suisse fera tout pour refermer au plus tôt.

Le classement complet, ici.

Ils ont dit (avec communiqué) :

Olivier Perreau 
Il s’agit de ma première victoire en Grand Prix CSI 5*. J’ai vu le parcours de Grégory Cottard, qui était déjà très rapide, puis celui de Simon, qui était aussi très rythmé. J’avais toutes les informations en partant en dernier et donc il fallait que je tente quelque chose. C’était un avantage pour moi de partir à la fin, notamment dans le choix des distances. Je savais où il fallait aller si je voulais gagner. Nous étions onze au barrage, ce qui nous assurait d’être classés. Si je voulais gagner, il fallait tout tenter. GL events Venizia d’Aiguilly a été fantastique et je suis très heureux. Tous mes chevaux ont été classés ce week-end : j’en ai amené six et les six sont classés. Ils ont été formidables. Vraiment un grand merci à Sadri Fegaier et toute son équipe. Nous avons eu la chance d’avoir aussi un super public. Ça fait du bien. On peut aussi remercier et féliciter Cédric Longis, qui a dessiné de très bonnes pistes tout le week-end. C’est un chef de piste très moderne. Il est très bon car ses parcours sont toujours pensés pour les chevaux. S’il y a des fautes, ce ne sont jamais de grosses pénalités. Il fait énormément progresser les chevaux et les cavaliers. Je serai encore ici, à l’HUBSIDE JUMPING de VALENCE, la semaine prochaine. Je pense que GL events Venizia d’Aiguilly sautera le Grand Prix CSI 4*, qui sera un objectif. Je suis un habitué de ce jumping. Je n’ai raté aucune édition. Déjà, il se déroule dans ma région, et ce sont des concours fabuleux à tout point de vue, donc on y vient avec plaisir. Concernant GL events Venizia d’Aiguilly, elle est née à la maison. Nous élevons beaucoup avec ma famille depuis longtemps. Et c’est un domaine que nous développons de plus en plus depuis quelques années. Nous élevons environ douze poulains par an maintenant, que nous formons pour le sport et le commerce.

Grégory Cottard
Ça a été un week-end exceptionnel, surtout à ce niveau, car ça ne m’était jamais arrivé. Je suis très fier de mes chevaux et du comportement qu’ils ont eu tout le week-end. J’ai pris énormément de points au niveau de la confiance, en vue des championnats d’Europe. En partant sur le barrage, j’ai fait mon maximum, mais je savais qu’il y avait des concurrents sérieux comme Simon Delestre, Lorenzo de Luca ou encore Olivier Perreau en dernier. Même si j’étais passé après Olivier, je n’aurais pas fait mieux. Moi-même je me suis surpris à aller aussi vite, donc je pense que j’ai mis un peu la pression aux autres cavaliers, mais a priori, pas assez à Olivier ! Mais mentalement, j’ai plutôt bien abordé mon Grand Prix, je suis assez content.

Simon Delestre 
Hermès Ryan a encore une saison incroyable cette année. Il était déjà troisième à l’HUBSIDE JUMPING Grimaud-Golfe de Saint-Tropez. Il est toujours là, à seize ans, c’est incroyable. J’essaie vraiment de le gérer concours par concours, mais l’avoir dans cette forme-là à son âge, c’est exceptionnel. Il est bondissant comme il a toujours été et je ne sens à aucun moment qu’il descend, donc c’est extraordinaire. Je pensais bien que j’allais me placer derrière Grégory Cottard car il y a des contrats où il peut se permettre de faire une foulée de moins avec sa jument Bibici. Ryan, je le connais par cœur et aujourd’hui, je reste vraiment dans son registre en faisant au maximum du possible. Mais je me doutais qu’avec les contrats de foulées de Grégory, j’allais être un peu derrière, mais ça, c’est le sport.

Revoir le GP en vidéo : cliquer ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.