Suspens à Sopot mais à la fin, c’est la Belgique qui gagne

OR

Olivier Robert et Eros (archives) ont été les maillons forts de l’équipe de France à Sopot

Du sport et du beau sport. On laissera de côté le caractère « exotique » de la cité balnéaire (mer Baltique) polonaise pour retenir de de cette quatrième étape des Coupes des Nations (Europe Division 1) la montée en puissance de la Pologne dans le bal des nations équestres mais surtout, la brillante victoire de la Belgique devant la France et les États-Unis.

Une grande piste, malheureusement en sable, une météo parfaite à peine troublée par une sonorisation plus proche par son contenu de la foire du Trône que d’une compétition équestre, le décor de la pièce de théâtre ainsi dressé laissait présager du beau spectacle. Du côté des acteurs, la distribution était alléchante avec huit très belles équipes venues en découdre au cœur de l’Europe pour décrocher le sésame pour la finale des Coupe des Nations en octobre à Barcelone. Et accessoirement pour tester des couples dans la perspective des Jeux Mondiaux de Tryon (septembre).

Mal servie par le tirage au sort, la France a le redoutable privilège de débuter l’épreuve. Mathieu Billot et Shiva d’Amaury partis en ouvreurs par le sélectionneur national tombent malheureusement dans le piège dressé par le chef de piste allemand Olaf Petersen Jr sur la fin du tour : une énorme spa en numéro 9 suivie d’un vertical et d’un double. Une faute et surtout un refus. Douze points de pénalité. Ça commence mal pour le camp tricolore. La suite heureusement n’est pas du même acabit. Le couteau entre les dents, Kevin Staut (For Joy) signe un petit 4 points. Même score pour Nicolas Delmotte pénalisé sur la rivière par un Vagabond de la Pomme un peu poussif. Plus de succès en revanche pour Olivier Robert. Très appliqué, le cavalier Aquitain associé à Eros signe un sans faute magistrale. Ouf. La France a limité la casse et reste dans la course pour un podium même si la Belgique prend le large avec un seul point de pénalité à l’issue de la première manche.

Tout reste donc à faire pour la deuxième partie de la compétition. Cavaliers et chevaux ont vu le tour une fois. Les difficultés techniques ont toutes été identifiées. On s’attend à une pluie de sans faute mais la logique et le saut d’obstacles ne font pas toujours bon ménage. Mathieu Billot remet le couvert. Malgré un serrage de boulons, le mieux n’est pas suffisant. Le cavalier à la veste bleue sort de piste pénalisé cette fois de 9 points. Le visage est grimaçant. Ce n’est pas son jour contrairement à l’étape de Saint-Gall où il avait signé un double sans faute.

Vient le tour du pilier des piliers de l’équipe de France. Kevin Staut rectifie le tir et arrache le sans faute. Idem pour Olivier Robert qui malgré un tour un peu musical réédite son exploit de la première manche et signe l’unique double sans faute de la compétition. Tout repose alors sur épaules de Nicolas Delmotte. Elles sont solides mais, malgré les petits coups de cravache répétés du Nordiste, Vagabond de la Pomme, décidément un rien flegmatique, se laisse aller à deux fautes dont encore une sur la rivière. Le couple est récent et certains codes restent encore à acquérir.

Les diables rouges eux, peuvent souffler. Niels Bruynseels n’a même pas besoin de reseller. La victoire revient à une équipe Belge convaincante. « Le parcours était difficile – gros et technique – et le temps était assez serré, mais nous sommes arrivés ici bien préparés, avec une équipe forte, des cavaliers forts et une bonne tactique, et tout le monde a fait un super travail ! » résumait le pilote de Cas de Liberté.

Si l’Allemagne a pris l’eau, l‘équipe Suédoise new look composée de nouvelles pousses s’est révélée séduisante (Evelina Tovek, Irma Karlsson). Mais c’est l’équipe des États-Unis qu’il faut surveiller de près. Troisième juste derrière la France, elle compte des couples solides qui confirment leur bonnes prestations des finales Coupe du Monde de Bercy. Avec Jamie Barge pénalisée par quelques petites imprécisions sur Luebbo mais surtout avec Devin Ryan sur Eddie Blue. Ces deux-là figureront dans les favoris pour Tryon.

Le classement complet, ici.

Publicités

Publié le 18 juin 2018, dans Coupe des Nations, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :