CSI Bordeaux : session de rattrapage réussie pour Pieter Devos

apieter_hdr

Pieter Devos et Apart, vainqueurs du GP Land Rover. Cliquer pour agrandir.

Dites 32. Ils étaient seulement 32 engagés dans le Grand Prix ce dimanche à Bordeaux. Un plateau réduit, certes, mains incontestablement de qualité. Uliano Vezzani le chef de piste italien ne s’y est pas trompé. Critiqué la veille pour avoir monté une première manche de l’épreuve Coupe du Monde pas assez sélective, l’homme de l’art a paradoxalement monté le niveau dans une épreuve moins difficile sur le papier, en proposant un parcours particulièrement technique qui a ravi un public toujours aussi nombreux. Au final 7 cavaliers se sont affranchis de tous les pièges pour se qualifier pour le barrage. Et une nouvelle fois, c’est un outsider qui s’impose : le Belge Pieter Devos (Apart) devant Bertram Allen (Izzy by Picobello) et Ludger Beerbaum (Chaman).

Pour sa première participation au Jumping de Bordeaux, Pieter Devos n’était pas venu avec des intentions touristiques. Mécontent de sa prestation dans l’épreuve Coupe du Monde, un petit 4 points pourtant, le champion en titre de Belgique a réussi sa session de rattrapage le lendemain.

« Je suis content de mon cheval. Il a très bien sauté, d’autant que c’est l’une de ses premières épreuves de ce niveau. Je ne savais pas comment il allait réagir au barrage. Il a été avec moi jusqu’au bout et nous avons gagné ! Tout le barrage, j’ai réussi à avoir la  première distance. C’est ma femme qui montait Apart avant. Je l’ai repris l’an passé. Cette année, nous ferons sûrement des Grands Prix du Global Champions Tour ou des Coupes des nations, si mon sélectionneur est d’accord » a déclaré le vainqueur à l’issue de l’épreuve.

A bientôt 31 ans, Pieter Devos incarne cette insolente nouvelle génération Belge à qui tout semble réussir. A titre d’illustration, quelques heures avant, c’est son compatriote, le jeune Nicola Philippaerts qui s’était imposé dans l’épreuve du matin.

Du côté des Français, après le feu d’artifice de Rio et la bonne surprise Epaillard la veille, le bleu était un peu pâlichon. Au creux de la vague depuis l’épopée Brésilienne, Pénélope Leprevost a puisé dans son caractère trempé pour donner le coup de rein salutaire. On dit que le cheval est le miroir de son cavalier. L’amazone, sur sa trépidante et énergique Ratina d’la Rousserie, est la seule Tricolore présente au barrage où elle signe un nouveau sans faute rapide. La Normande termine finalement quatrième, au pied du podium. Simon Delestre, auteur du 4 points le plus rapide en première manche, se classe 9ème, associé à Chadino (vainqueur de l’épreuve du vendredi). Le Lorrain peut avoir le sourire. Il peut s’appuyer sur un sacré piquet de chevaux de Grand Prix.

Le classement complet du GP ici.

Publicités

Publié le 6 février 2017, dans Actualités, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :