Rio : un Brashxit à confirmer

_OMX0016

Scott Brash et Hello Forever remportait en juin dernier le LGCT de Cannes . Crédit Stefano Grasso/LGCT.

Décidément, nous ne sommes pas au bout de nos surprises concernant les JO de Rio. Après Patrice Delaveau, c’est Scott Brash qui devrait voir ses rêves olympiques s’envoler, faute là encore de montures en pleine possessions de leurs moyens. Pas sûr que cette situation atténue la déception du Français qui pourrait pourtant faire sienne la citation de Talleyrand « Quand je me regarde, je me désole, quand je me compare, je me console« .

Heureusement pour les sélectionneurs nationaux que Dieu (ou quelqu’un d’autre) a inventé les longues listes pour les JO. Au rythme où se font les sorties il vaut mieux avoir prévu large au départ. La surprise du jour est Britannique. La déconfiture du royaume continue puisqu’après l’UE, l’Euro de foot, ce sont les chances de succès de l’Union Jack à Rio qui s’amenuisent.

Numéro 1 mondial jusqu’en février de cette année Scott Brash continue sa très relative descente aux enfers après avoir outrageusement dominé de la tête et des épaules le jumping international, il n’est plus « que » 5ème mondial. Les blessures simultanées de ses chevaux de tête, Hello Sanctos et Hello M’Lady pousseraient la sélectionneuse britannique, Di Lampard, à rayer semble-t-il son nom du petit groupe qui constituera l’équipe britannique de CSO.

Si le grand public peut être déçu de cette nouvelle, Di Lampard ne devrait pas être plus affectée que cela. Non pas en raison d’une quelconque animosité à l’égard du cavalier écossais mais, parce que, comme elle l’avouait à l’issue de la victoire de son équipe dans la Coupe des Nations de Rome fin mai : « les bonnes performances de mes quatre couples ici vont me rendre la sélection olympique plus difficile, mais ça me va très bien. Avoir le choix est un problème de riches! ». Or, l’équipe victorieuse Place de Sienne faisait déjà abstraction de Scott Brash. Elle reposait sur Ben Maher, Jessica Mendoza, Michael et John Whitaker.

Scott Brash n’a plus rien à prouver. Di Lampard, a donc logiquement surtout utilisé les différentes Coupes des Nations pour tester de nouveaux couples dont Joe Clee et Utamaro d’Écaussinnes apparus cependant en baisse de forme à Rotterdam.

Di Lampard avec ses faux airs de Margaret Thatcher (jeune) sait sans doute ce qu’elle fait. C’est une ancienne cavalière de haut niveau. Pourtant son choix interroge tant le talent de Scott Brash est immense. Brash, c’est le genre de cavalier dont on se dit en le regardant monter qu’il pourrait passer 1,50 avec un âne, les bras attachés dans le dos. Alors même si le natif d’Edimbourg doit piocher dans des chevaux moins expérimentés, il reste une sacrée cartouche.

Dans ces conditions, le Brashxit est-il définitif ? Pas si sûr. Hello Forever même à seulement 10 ans et avec beaucoup moins d’expérience constitue une belle troisième roue du carrosse. C’est même avec ce fils de For Pleasure que l’Écossais remportait le 12 juin dernier le GP du LGCT Cannes. Quand même !

Publicités

Publié le 29 juin 2016, dans Actualités, Jeux Olympiques, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :