Présidence de la FEI : le duel se confirme

Pierre Genecand recent 2014 in WellingtonC’est un beau duel (sportif) qui se dessine pour les élections à la présidence de la FEI qui se dérouleront le 14 décembre prochain à Dubaï. Après avoir annoncé en septembre 2013 qu’elle ne briguerait pas de 3ème mandat, la présidente sortante, SAR la princesse Haya de Jordanie a créé la surprise le 29 avril à Lausanne en laissant voter par l’Assemblée Générale Extraordinaire de la FEI une modification statutaire qui lui permet de se représenter aux prochaines élections. Seul obstacle sur ce parcours apparemment bien balisé, Pierre Genecand un Suisse expérimenté et déterminé.

Pierre Genecand n’est pas du genre d’homme à se laisser impressionner par un vote aux allures de plébiscite : 100 pour sur 103 fédérations en faveur d’une modification statutaire autorisant trois mandats de rang contrairement à la limitation à deux, mise en place … par la princesse Haya en 2006.

Dans un courrier en date du 5 mai, le Suisse a tenu à confirmer le maintien de sa candidature déposée le 17 février auprès de la FEI.« La route est encore longue jusqu’aux élections. 2014 sera une année de grands événements équestres. Je poursuis avec enthousiasme ma campagne électorale à travers le monde à l’occasion de mes différents déplacements. Je suis totalement convaincu que je peux amener une nouvelle énergie à la FEI à différents points de vue tels que le sport, les problèmes commerciaux, la promotion médiatique et bien évidemment le bien-être des chevaux. »  écrit Pierre Genecand.

L’outsider estime que la FEI a accompli sous les huit années de présidence de la princesse Haya d’énormes progrès notamment, dans l’augmentation de ses revenus financiers liés aux droits de diffusion. Pour autant, le Suisse se présente comme le candidat qui permettra le maintien de la dynamique engagée, en grande partie grâce à ses activités professionnelles internationales qui lui confèrent une vision mondiale des sports équestres.

Homme d’affaires Pierre Genecand n’en est pas moins homme de cheval. Un virus contracté dès l’âge de 9 ans quand il a enfourché pour la première fois un équidé. Une maladie qui ne le quittera jamais et qui l’amènera à être président pendant 15 ans de 1989 à 2003 du CHI de Genève avant que la passion du polo ne prenne le dessus.

Crédit photo : DR
Publicités

Publié le 6 mai 2014, dans FEI, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :