Archives du blog

Rahotep retrouve sa forme olympique

rahotep

Rahotep de Toscane sous la selle de Philippe Rozier (archives). Cliquer pour agrandir.

L’équipe de France a remporté jeudi 16 février la Coupe des nations d’Al-Aïn (Emirats Arabes Unis). Philippe Rozier et Patrice Delaveau ont été les chevilles ouvrières de cette victoire grâce à leur double sans faute, respectivement avec Rahotep de Toscane et Aquila HDC. C’est une bonne nouvelle pour Rahotep qui a retrouvé son niveau de performance des Jeux Olympiques.

Publicités

Le beau moment d’émotion de Philippe Rozier

Philippe Rozier et Rahotep de Toscane (archives)

Philippe Rozier et Rahotep de Toscane (archives)

On parle souvent, et à juste tire, de la magie des Jeux. A défaut de magie, c’est un véritable moment de grâce que nous a offert Philippe Rozier pour cette première journée de compétition de la troisième et dernière discipline équestre à Rio.

Philippe Rozier n’appartient pas, même s’il le regrette parfois à la classe biberon des compétiteurs. A 53 ans, c’est un athlète mature qui a derrière lui de longues années de compétition à haut niveau dont quatre olympiades. Los Angeles avec Jiva en 1984 et Sydney en 2000 avec Barbarian sans oublier Séoul (1988) et Atlanta (1996), vécus comme réserviste. Mais ces Jeux de Rio, il tenait à y participer même sur un strapontin, même de nouveau en 5ème homme, tellement sûr que son cheval, Rahotep de Toscane, en pleine phase ascendante, y avait toute sa place. Il avait raison.

Il aura fallu un retournement de situation digne d’une tragédie grecque pour que le cavalier de Bois-le-Roi ait l’opportunité de démontrer à ses détracteurs que même s’il n’est que 133ème au classement mondial, sa place n’était pas volée et qu’il est à la hauteur de la confiance que lui a témoigné le sélectionneur national. « Je vais essayer d’honorer cette place qui m’est revenue dans ces circonstances si particulières » déclarait le fils de Marcel à Grand Prix Replay le 11 août dernier en promettant « de se battre comme un lion ». Il l’a dit mais surtout, il l’a fait.

Propulsé (à sa demande) ouvreur de la première épreuve qualificative, Philippe Rozier, particulièrement motivé et appliqué, a fait mieux que tenir son rang en signant un tour vierge de toute pénalité. Une performance qui ne l’a pas laissé de marbre. Interrogé quelques instants après par Claire Griot pour Equidia, le cavalier de Rahotep malgré son cuir épais a été étreint par l’émotion, retenant avec la plus grande peine ses larmes.

« En équipe, ça va chier » a-t-il promis dans une pirouette faisant office de conclusion. Un formulation imagée qui traduit délicieusement bien l’état d’esprit de l’équipe de France qui, tel le Phénix arrive à renaître de ses cendres. « Au final, ces coups durs nous donnent encore plus la rage. Les Français, plus on est dans la panade, meilleur on est » devait-il déclarer à Elodie Mas pour le magazine L’Eperon. Tout cela peu de temps avant que Pénélope Leprevost ne soit éliminée de la course au titre en individuel à la suite d’une chute de Flora de Mariposa… Avec les Tricolores, le Pain de Sucre prendrait presque des allures de rocher de Sisyphe.

JO : la surprise Philippe Rozier

Philippe Rosier et Rahotep de Toscane

Philippe Rosier et Rahotep de Toscane

On dira que le choix d’un 13 juillet pour annoncer la sélection olympique pour Rio est une  façon peut avouable de s’assurer un peu de chance pour le rendez-vous Brésilien du mois d’août. Philippe Guerdat l’avais annoncé à sa façon. L’équipe qui serait dévoilée ne serait pas constitué façon 4+1 mais comme un groupe uni de 5 cavaliers au sein duquel tout sera possible.

Sans surprise, Simon Delestre (Ryan)et Pénélope Leprévost sont du voyage. La Normande s’appuiera sur sa fantastique Flora de Mariposa même si le choix avec l’autre plan A (Vagabond de la Pomme) n’était pas aussi évident qu’il y a quelques mois. Pas de suspense non plus pour Kevin Staut (Rêveur de Hurtebise) considéré à juste titre par le sélectionneur national comme le pivot de l’équipe de France.

Passé ce trio de tête les choses étaient beaucoup plus ouvertes en raison de la mise sur la touche de Patrice Delaveau resté sur le bord de la route du fait de la méforme d’Orient Express. C’est donc à notre Bosty national que revient la dernière place de titulaire mais avec Sydney Une Prince. « Même si Bosty avait préparé ses deux chevaux de tête au cas où, j’ai toujours préféré Sydney à Qoud’Coeur de la Loge… J’ai eu un « coup de cœur » pour cette jument, comme j’ai déjà eu avant elle pour Myrtille ou Ryan » a expliqué Philippe Guerdat.

Restait donc à poser la cerise sur le gâteau, à finaliser l’équipe par un coéquipier sérieux et si possible expérimenté. Cette dernière exigence a sans doute coûté son ticket à Cédric Angot et Saxo de la Cour très performant ces derniers mois. Avec déjà 4 sélections au JO au compteur, Philippe Rozier a décroché le dernier sésame. Le cavalier de Bois-le-Roi pourra s’appuyer sur un Rahotep de Toscane en constante progression, dont la régularité a été dernièrement récompensée par une deuxième place au CSI5* de Knokke (Belgique).

Cinq couples solides, complémentaires et compatibles donc iront défendre les couleurs françaises. Le décor est désormais planté. Les acteurs sont connus. La pièce de théâtre va pouvoir se jouer. A charge désormais pour l’Hexagone de savoir créer le climat, l’ambiance qui permettront à nos cavaliers de donner le meilleur d’eux mêmes et plus encore. Au temps de l’instantané et des réseaux sociaux c’est tout un pays qui doit désormais se rassembler derrière son équipe.

 

Philippe Rozier de retour en Coupe des Nations

Philippe Rozier et Rahotep de Toscane à La Baule

Philippe Rozier et Rahotep de Toscane à La Baule

Après une absence d’une décennie, Philippe Rozier signe ce week-end au CSIO de Rome son grand retour en Coupe des Nations. « J’avais vraiment envie de refaire une Coupe des Nations » confiait-il y a peu le cavalier de Bois-le-Roi à Grand Prix-Replay. Ce voeu s’est trouvé concrétisé grâce à la forme retrouvée de Rahotep de Toscane. Ce fils de Quidam de Revel et de Fanny du Murier (par Laudanum) propriété de Christian Baillet avait connu une pause forcée à l’issue du CSI 5*-W de Lyon, en novembre dernier, en raison de petits problèmes de dos. C’est finalement à La Baule il y a peu que cet étalon est revenu dans le top niveau (CSI 5*) en signant un beau parcours à 4 points dans le Grand Prix.

Philippe Guerdat a sélectionné 5 couples pour cette étape italienne avec un double objectif : finaliser sa sélection pour les JO et glaner les points nécessaires à une qualification française pour la finale des Coupes des Nations. L’équipe de France à Rome sera donc constituée de Roger-Yves Bost / Sydney Une Prince, Simon Delestre /Ryan des Hayettes, Pénélope Leprevost / Vagabond de la Pomme, Kevin Staut / Rêveur de Hurtebise*HDC et Philippe Rozier / Rahotep de Toscane.

Repos réparateur pour Rahotep de Toscane

st trop3 266

Rahotep de Toscane sous la selle de Philippe Rozier

Philippe Rozier  a indiqué cette semaine que son cheval de tête, Rahotep de Toscane,  dont la dernière sortie remonte au CSI 5* de Lyon en novembre, ne reprendrait la compétition que début 2016. L’étalon de 10 ans, propriété de Christian Baillet souffre de problèmes de dos.

A l’issue d’une saison bien remplie où il s’est notamment distingué dans les CSI 5* de Madrid (2ème), Paris (6ème), Bâle (7ème) et Bordeaux (11ème), ce fils de Quidam de Revel et de Fanny du Murier va gouter un repos bien mérité afin d’aborder l’année 2016 au mieux de sa forme.

En 2015, Rahotep de Toscane a signé sa meilleure saison avec un peu plus de 144 000 € de gains.

LGCT de Madrid : Philippe Rozier s’invite sur le podium

CSI3 Lyon 123

Philippe Rozier et Rahotep de Toscane (archives). Cliquer pour agrandir

Si Luciana Diniz a remporté sur son fidèle Winningmood l’étape Madrilène du Longines Global Champions Tour en signant le seul double sans faute, la vraie surprise et performance est venue de Philippe Rozier sur Rahotep de Toscane. Bénéficiaire d’une wild card le Français s’est emparé de la deuxième place sur son étalon de 10 ans par Quidam de Revel.

Très régulier dans sa progression Rahotep de Toscane, sous la selle de Philippe Rozier depuis l’âge de 5 ans, confirme son tout son potentiel dans une épreuve particulièrement sélective en raison d’un plateau de cavaliers et de chevaux particulièrement relevé (1ère manche en vidéo ci-dessous). A l’issue de l’épreuve, le cavalier Bois-le-Roi, tout heureux, confiait avoir le sentiment de vivre un rêve et d’avoir retrouvé ses 20 ans.

Le classement intégral ici