Archives du blog

Saxo de la Cour change de mains ….et de cavalier

saxo.jpg

Saxo de la Cour sous la selle de Cédric Angot aura été l’un des piliers de l’équipe de France.

Coup de tonnerre dans le ciel équestre hexagonal. Cédric Angot a annoncé ce jour sur sa page Facebook la vente et le départ de ses écuries de Saxo de la Cour. Le sulfureux homme d’affaires et milliardaire ukrainien Alexander Onyshchenko est désormais l’heureux propriétaire de l’alezan qui est singulièrement monté en puissance ces derniers mois. Reste à savoir qui sera le cavalier qui succèdera à Cédric Angot. On pense naturellement à Pénélope Leprevost qui a entamé depuis sa rupture avec le Haras de Clarbec une collaboration avec Alexander Onyshchenko.

Saxo de la Cour né chez Jean-François Couetil était jusqu’alors la propriété non seulement de Cédric Angot mais également de Benjamin Meyer, de Sandrine Schuwer et du Haras de Reux. Le montant de la transaction n’a pas été révélé mais au regard des dernières prestations du fils de Tlaloc M, il est vraisemblable que la somme est conséquente. Saxo qui s’est particulièrement illustré cette année lors de la Coupe des nations de Calgary mais également dernièrement lors de la finale des Coupe des nations de Barcelone est assurément à 12 ans un cheval d’avenir. On pense naturellement aux Jeux Olympiques de Tokyo où il pourrait être une pièce maîtresse de l’équipe de France. A condition de rester sous une selle tricolore…

Le communiqué de Cédric Angot ne lève pas ces interrogations mais rend hommage à un partenaire de talent auquel on ne peut que souhaiter de continuer sa progression au plus haut niveau.

Le communiqué intégral de Cédric Angot: « C’est avec beaucoup d’émotions que je vous annonce le départ de Saxo de la Cour. Saxo était notre motivation quotidienne, et j’ai le sentiment que nous étions au bord de réaliser une grande performance. Évidemment, c’est toujours triste de vendre des chevaux qui sont dans une forme incroyable et qui marquent notre carrière. Cependant, mon métier de cavalier m’oblige à accepter certaines propositions financières qui me permettent de pérenniser mon système. Je tiens à remercier mon équipe qui m’a été d’une aide inestimable pour garder ce crack cheval en pleine santé physique et mentale ! Je souhaite bonne route à son nouveau propriétaire : Alexander Onyshchenko ».

Saxo de la Cour, nouveau pilier de l’équipe de France

Saxo

Cédric Angot et Saxo de la Cour (archives).

Après Lummen (Belgique), Cédric Angot et Saxo de la Cour figurent sur la liste des cinq couples qui défendront les couleurs françaises dans la Coupe des Nations de La Baule, deuxième des huit étapes de la Division 1 du circuit FEI Ligue Européenne, le 12 mai prochain.

A, 11 ans, Saxo de la Cour, après s’être endurci sur les grosses épreuves et notamment les CSI5* est désormais arrivé à l’âge de la maturité. Depuis bientôt 4 ans, il évolue sous la selle de Cédric Angot, cavalier d’expérience de 46 ans, qui le décrit comme un cheval avec beaucoup de force et de respect avec comme seul point faible d’être un peu sur l’oeil.

A Lummen, le couple s’est révélé performant puisqu’il a signé un sans faute dans la première manche et un petit 4 points dans la seconde. L’an dernier à la Baule (cf vidéo), Saxo de la Cour se voyait récompensé du prix SHF du meilleur cheval Français du Jumping. Autant dire que la prochaine prestation de Cédric Angot et de Saxo de la Cour sera suivie avec beaucoup d’attention mais aussi d’exigences dans la qualité des résultats.

 

 

Saxo de la Cour à l’honneur à La Baule

B02T3055

Saxo de la Cour sous la selle de Cédric Angot

Le prix SHF du meilleur cheval Français du Jumping International de La Baule, est revenu ce week-end à Saxo de la Cour. Une récompense logique et méritée pour ce fils de 1o ans de Dollar de la Pierre et Folie de la Cour (par Jalisco B) né chez MM.Jean-François et Michel Couetil à Moyon (50). Sous la selle de son cavalier, Cédric Angot, le cheval s’est classé 10ème dans le Grand Prix dominical du CSIO 5* (0/4).

Depuis un an le couple est sur une trajectoire ascendante constante avec notamment une participation à la Coupe des Nations de Calgary en septembre dernier et une huitième place très remarquée en novembre dans le Grand Prix du CSI-W 5* de Stuttgart. A l’issue de celui-ci, le cavalier francilien confiait que Saxo manquait de dressage sur le plat, qu’il convenait de l’assouplir afin de pouvoir lui demander d’avancer un peu plus et de revenir très rapidement. Quelques mois plus tôt, en juin, Cédric Angot déclarait voir en Saxo un bon cheval en devenir dans lequel il disait croire beaucoup mais auquel il convenait de faire prendre de l’expérience.

saxo2

Une année quasiment plus tard, le travail a porté ses fruits. Le cheval a assurément passé un cap. La FFE ne s’y est pas trompée. Fin avril, elle annonçait que Saxo rejoignait le très convoité groupe JO/JEM qui réunit les cavaliers, les chevaux et leurs propriétaires dans le cadre d’un programme pour les prochaines grandes échéances, à commencer par les Jeux Olympiques de Rio 2016.