Jeroen Dubbledam, nouveau champion du Monde de saut d’obstacles

dubble

A l’issue d’une passionnante et haletante finale tournante, le cavalier néerlandais Jeroen Dubbeldam a été sacré champion du Monde de saut d’obstacles aujourd’hui à Caen. Un petit point seulement de pénalité le sépare du second, le Français et local de l’étape : Patrice Delaveau. Seule femme du quatuor, l’américaine Beezie Madden termine sur la troisième marche du podium. Grosse déception en revanche pour le Suédois Rolf-Göran Bengtsson malheureux 4ème, qui repart des JEM les mains vides.

Très critiquée avant les Jeux car accusé d’user inutilement les chevaux puisqu’elle se déroule dans une semaine où les chevaux ont concouru déjà 4 jours, la finale tournante de 2014 a prouvé tout son intérêt : consacrer le meilleur pilote du moment. Ce succès est étroitement lié au chef de piste, Frédéric Cottier qui a, tout au long de la semaine, veillé à ne pas « tirer » physiquement sur les chevaux, préférant, mettre la pression sur les cavaliers. Dans cette idée qui se veut proche de l’esprit du règlement international, Frédéric Cottier a tout fait pour qu’il n’y ait pas de barrage, au grand soulagement des cavaliers par ailleurs. « Je n’ai pas vu un cheval fatigué aujourd’hui et ça m’a fait plaisir » a-t-il commenté. Un constat partagé par les finalistes, ravis d’avoir pu essayer d’autres montures et d’avoir vu les leurs sous la selle de l’élite des cavaliers de jumping.

Pour autant, et même réduite à 8 obstacles, l’épreuve n’était pas simple, avec un temps accordé volontairement serré pour là encore jouer sur le mental des pilotes. Et c’est bien, ce qui a conduit un Patrice Delaveau sous très grande pression à la faute. Le Français, logiquement déçu a reconnu avoir perdu un peu de temps sur la fin du parcours effectué avec Casall Ask, le cheval de Rolf-Göran Bengtsson, afin de le garder  selon ses dires, « compacté ».

medalist

Côté cheval, Cortes C, la monture de Beezie Madden s’est distinguée en étant le seul à n’avoir fait tomber aucune barre. Peu importe son style particulier (il croise les antérieurs en sautant) et son galop « un peu spécial » dixit Patrice Delaveau, il s’est affirmé aujourd’hui comme le meilleur cheval du monde.

cortes

Cortes C sous la selle de sa cavalière, Beezie Madden

Séquence émotion (vidéo ci-dessous). Multi-médaillé et titré (dont une médaille d’or en individuel aux JO de Sydney en 2000), Jeroen a avoué que la présence de sa fille avait été un élément important de sa motivation à remporter l’épreuve. « c’est fantastique d’avoir pu faire ça sous ses yeux » a-t-il sobrement lâché.

Publicités

Publié le 7 septembre 2014, dans Actualités, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :