Archives de Catégorie: Non classé

La Cour des Comptes recommande la fermeture de l’IFCE

ifceRien ne va plus pour l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Dans son rapport public annuel rendu public le 10 février, la Cour des Comptes étrille la gestion de l’établissement dont elle estime le fonctionnement trop couteux au regard de la faiblesse des missions de service public qu’il assure. En 23 pages, les juges de la rue Cambon dressent un constat accablant qui les conduit à préconiser la fermeture de l’établissement, estimant qu’il n’est pas viable. Loin d’être technocratique et comptable le rapport, dont chaque mot est pesé au trébuchet intègre le poids de l’héritage et des traditions équestres. Reste à savoir si dans la période de disette financière actuelle, l’Etat et derrière lui le contribuable, peuvent continuer à entretenir ce qui ressemble à une danseuse.

L’IFCE est le fruit de l’union en 2010 de deux vieilles maisons : les Haras Nationaux et, l’Ecole Nationale d’Equitation. Et le rapport, dès son introduction, plante le décor : « la fusion marie deux établissements diamétralement opposés tans dans leurs missions et leur organisation que dans la composition de leur personnel et leur culture. Elle aboutit également à la création en 2010 d’un GIP France-Haras, auquel sont dévolus les activités commerciales de reproduction équine des Haras Nationaux afin d’organiser en 5 ans le transfert vers le privé. L’évolution qui conduit des Haras nationaux et de l’ENE à l’IFCE et France –Haras apparaît comme l’illustration d’une réforme de l’Etat mal conçue, ma préparée et mal conduite« .

Après avoir pointé la gabegie liée à la modernisation du système d’immatriculation et de suivi des équidés (SIRE 3), le rapport égratigne l’intervention de l’IFCE dans le sport de haut-niveau. Les auteurs relèvent l’absence de vision partagée avec la FFE et la place décroissante du site de Saumur dans la politique sportive fédérale. Le pôle « jeunes cavaliers » de Saumur est accusé de ne pas avoir débouché sur une amélioration visible des performances des cavaliers soutenus. Le Cadre noir en prend également pour son grade. Il lui est reproché de rester trop sur Saumur et de ne pas chercher à dynamiser ses recettes par une programmation de représentations ambitieuse.

 Passons sur la question des effectifs dont l’objectif de réduction n’a pas été atteint. En revanche, la question du patrimoine immobilier est au cœur du problème. Sa taille et son poids sont qualifiés de « démesurés » (2 000 hectares répartis sur 23 sites et de quelques 35 bâtiments représentant une surface de près de 200 000 m2). Au-delà du déficit d’entretien chronique et de la dégradation de l’état général des bâtiments, la Cour dénonce une sous-utilisation très nette du patrimoine de l’IFCE.

Cette mauvaise gestion a contraint l’État d’augmenter substantiellement les subventions: elles sont passées de 41,9 millions d’euros en 2014, à 49,1 millions d’euros en 2015 puis à 50 millions d’euros en 2016. Les conclusions des magistrats sont sans appel : « Le maintien de l’établissement ne se justifie plus« . Ceux-ci recommandent de supprimer l’IFCE en confiant les activités de service public qui y subsistent au ministère de l’agriculture et au ministère des sports et d’organiser la cession du patrimoine immobilier. Bref, une liquidation pure et simple.

 Il y a peu de chances que l’on en arrive toutefois à une telle extrémité. Tout d’abord parce que la France a bien du mal à se réformer, son État au premier chef. Pourtant si des responsabilités existent-elles se situent à ce niveau-là avec une absence de vision stratégique grave, comme l’a illustré la brutalité du relèvement du taux de TVA sur un secteur économique important que la filière cheval.

Ce ne sont pas les courriers de réponses adressés à la Cour des Comptes par les ministères des Sports et de l’Agriculture qui vont nous rassurer. On connaît la musique dans un pays où les élections succédant aux élections, il est toujours urgent d’attendre. Dans le cas du Cadre noir, on peut faire confiance au poids des institutions militaires pour que là aussi, rien ne se passe.

Dans ce paysage, la réponse la plus intellectuellement intéressante émane de la FFE qui n’hésite pas à écrire :  » Il convient de s’interroger sur les missions et l’organisation de l’IFCE. Le service public du cheval doit comprendre les missions que ni le secteur privé, ni la FFE ni aucun organisme fédératif ne peuvent assumer (…). La fédération appelle de ses vœux la mise en place d’une véritable politique du cheval en France à long terme envisageant l’avenir des financements publics de ces activités et des structures qui y sont dédiées ».

La FFE, totalement a-démocratique, n’a pourtant rien d’une oie blanche. Si on ne peut que partager la demande d’une remise plat globale de la politique cheval dans l’Hexagone, celle-ci a aussi un préalable. Un examen sans concessions par la Cour des Comptes du fonctionnement de la FFE.

Publicités

Les Français à l’honneur à Madrid

Madrid Horse Week 2015

Bosty et Pégase du Murier, victorieux dans l’épreuve d’ouverture du CSI5* de Madrid. Crédit photo Manuel Queimadelos / Oxer Sport.

Les cavaliers français engagés au CSI5* de Madrid (Madrid Horse Week) ont eu à cœur de briller vendredi 27 novembre, une date du calendrier un peu spéciale puisqu’elle correspondait à la journée d’hommage national aux victimes des attentats parisiens.

Roger-Yves Bost tout d’abord a remporté l’épreuve d’ouverture (1m45) sur Pégase du Murier (Adelfos x Le Tot de Semilly) avant que Simon Delestre dans la soirée lui emboîte le pas avec Chesall (Casall x Concerto II) dans la grosse épreuve du jour (1m55).

Deux Marseillaise qui seront, on l’espère, suivies d’une troisième dans le week-end pourquoi pas dans le Grand Prix programmé dimanche à 13 heures.

Carton rouge à Douglas Lindelöw

aB02T8600

Douglas Lindelöw

Décrit par ses pairs comme un cavalier très prometteur mais aussi une personne à fort tempérament, Douglas Lindelöw vient d’ajouter une ligne peu reluisante à sa biographie. Le jeune homme de 23 ans vient d’être être suspendu par la fédération suédoise pour une période de deux mois soit, jusqu’au 24 janvier 2016. Douglas Lindelöw est accusé d’avoir eu un comportement brutal envers un cheval de sept ans en septembre dernier à l’occasion d’un concours national à Helsingborg. Dans un rapport de 9 pages, la fédération suédoise revient sur de nombreux témoignages de cavaliers, d’officiels et de spectateurs même si de son côté le cavalier oppose des témoignages à décharge. Une utilisation exagérée d’éperons plus longs que la longueur maximum autorisée est notamment pointée.

Douglas Lindelöw conteste les faits et a indiqué qu’il allait faire appel de la décision.

Flora de Mariposa à l’honneur

jem1B 281

Flora de Mariposa et Pénélope Leprevost (JEM 2014). Cliquer pour agrandir.

Flora de Mariposa a été élue cheval de l’année 2015 par les lecteurs de l’Éperon dans la catégorie CSO. Geneviève Megret se verra remettre un trophée à l’occasion du salon du cheval à Villepinte le 3 décembre prochain.

Flora de Mariposa (For Pleasure x Power Light), après une brillante carrière en épreuves de jeunes chevaux en Belgique a rejoint le Haras de Clarbec seulement quelques jours avant la fin de l’année 2012, à l’age de 7 ans. C’est cependant sous la selle de Pénélope Leprevost qu’elle a démontré des qualités exceptionnelles au plus haut niveau.

 

Les Longines Masters de Paris, plus forts que la peur

ec1f0-Presentation_Titre_750x440px_ENFaire Contre mauvaise fortune bon cœur. Malgré un climat de quasi guerre civile et un sentiment d’insécurité omniprésent, EEM, la société belge organisatrice du CSI 5* qui se tient en marge du salon du cheval a indiqué que les Longines Masters de Paris auront bien lieu à Villepinte, du 3 au 6 décembre.

Dans un communiqué, EEM s’associe à la douleur des familles des victimes et au deuil national qui touche la France et confirme la tenue de son événement. Condition sine qua non du maintien de la manifestation, des mesures particulières de sécurité seront mises en œuvre en lien avec les organisateurs du Salon du Cheval et la Préfecture de police de Paris.

Même si les enjeux financiers ne sont pas étrangers à cette décision, on ne peut que saluer le choix courageux de l’équipe de Christophe Ameeuw, le PDG d’EEM, qui fait preuve en l’espèce d’un certain panache. Reste à savoir si le public répondra présent. Ajouté à une localisation peu attrayante, le climat actuel risque d’éclaircir les rangs des spectateurs malgré une organisation impeccable et une ambiance jusqu’ici toujours présente.

Michael Kelly quitte l’armée pour les écuries de Cian O’Connor

ak

Michael Kelly lorsqu’il était encore sous l’uniforme de l’armée irlandaise.

Ne l’appelez plus capitaine. Michael Kelly (31 ans) quitte l’armée Irlandaise pour rejoindre les écuries de Cian O’Connor, (médaille de bronze aux JO de Londres en 2012) à Karlswood près de Dublin. Membre titulaire de l’équipe nationale irlandaise, Michael Kelly occupe actuellement la 296ème place du classement permanent. Cian O’Connor a laissé entendre que Michael Kelly devrait occuper un rôle important dans son équipe, essentiellement tournée vers le coaching, la formation des cavaliers et la vente de chevaux.

Première victoire en Coupe du Monde pour Pénélope Leprevost

APNLP

Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa (archives)

Pénélope Leprevost a mis le feu aux terres glacées de Norvège en remportant ce 18 octobre le Grand Prix Coupe du Monde d’Oslo. La Normande, 9ème mondiale, signe à 34 ans sa première victoire en Coupe du Monde sur Flora de Mariposa.

Le classement intégral ici.

Journée de la femme avant l’heure à Doha

chantsamgp 356

C’est une belle performance sportive et un beau symbole pour la condition féminine. Edwina Tops-Alexander s’est imposée samedi soir avec Lintea Tequila dans le Grand Prix du CSI 5* de Doha. A quelques heures de la journée internationale de la femme, le 8 mars, l’amazone Australienne rappelle ce qui est vrai depuis longtemps dans l’équitation, c’est que la femme est l’égale de l’homme. A la différence d’autres États Arabes, il faut cependant reconnaître qu’au Qatar la situation des femmes y est plutôt bonne puisqu’elles ont le droit de vote, qu’elles occupe des postes à responsabilités et ne sont pas soumises à un code vestimentaire particulier.

1. Edwina Tops-Alexander (Australia) – Lintea Tequila 0/0/0/38:86
2. Martin Fuchs (Switzerland) – Clooney 51 0/0/0/48:34
3. Emanuele Gaudiano (Italy) – Admara 2 0/0/0/38:97
4. Daniel Deusser (Germany) – Cornet d’ Amour 0/0/0/40:05
5. Luciana Diniz (Portugal) – Fit For Fun 0/0/0/40:60
6. Steve Guerdat (Switzerland) – Nino des Buissonnets 0/0/0/42:78

Ouverture 358

La photo du jour : Gregory Wathelet – Conrad de Hus

jem3a 197

A seulement 9 ans, l’étalon Holsteiner Conrad de Hus (Con Air x Locato) a signé, sous la selle du Belge Gregory Wathelet, des prestations remarquées lors des JEM.

La déception de Mclain Ward, resté aux portes de la finale à 4

JEM4B 035

La présence de Beezie Madden dans le dernier carré en compétition pour le titre mondial a presque fait oublier le parcours d’un autre fils de l’Oncle Sam : McLain Ward.

Si le score était serré entre les trois premiers, Patrice Delaveau (4,08), Beezie Madden (4,16) et Rolf-Göran Begtsson (4,34), il l’était encore plus entre l’américain, 5ème avec 6,56 points de pénalité et, un certain… Jeroen Dubbledam, 4ème à 6,25 points. Tout autant que terminer au pied du podium pour le Suédois, voir s’échapper la participation à la finale a été un moment difficile.

Et pourtant, le cavalier de l’extraordinaire Rothchild , n’a pas à rougir d’une semaine marquée par trois sans faute et un quatre points. Cette situation souligne une fois de plus l’importance de la chasse du premier jour.

JEM4B 027

Le style inimitable de Rothchild, avec les oreilles toujours en arrière

Cheval de coeur

20140803_c4_c5_cavalloPour une fois, le cheval qui va nous occuper n’est pas un crack de saut d’obstacles, pas plus que de sport. C’est juste un brave cheval de loisirs de dix ans dont le comportement atteste de la force des liens qui peuvent se créer entre un homme et un animal. L’histoire, belle et émouvante, est survenue en ce début de mois d’août en Italie, à Giulianova, une ville côtière de 22 000 habitants de la province de Teramo, dans les Abruzzes. Elle est totalement vraie.

Samedi 2 août, des agents d’entretien du cimetière ont la surprise de se retrouver face à un cheval qui erre entre les tombes, manifestement à la recherche de quelque chose. Ils s’approchent doucement de l’animal qui, sans difficultés, se laisse attraper. Ils le mettent à l’écart, le temps d’appeler la police municipale. Ces derniers arrivent sur place et constatent la présence d’une puce électronique dans l’encolure. Il est alors fait appel à un vétérinaire pour retrouver, à partir numéro du transpondeur, le propriétaire.

Pendant ce temps là, un jeune homme arrive au cimetière et interroge les employés. Il est à la recherche d’un cheval qui depuis deux jours s’est échappé des écuries. On l’emmène vers celui au comportement intriguant. A sa vue, celui-ci semble le reconnaitre et, se met à hennir. Le propriétaire explique alors son histoire.

Le père du jeune homme, décédé il y a quelques jours, était le maître du cheval et lui était très attaché. Les liens étaient si forts entre les deux que, lors des obsèques, la famille du défunt avait emmené le cheval au cimetière près de la tombe. Inquiet de la disparition du cheval de son père, son nouveau propriétaire avait fini, à force d’investigations restées vaines, par revenir au cimetière, au cas où …

Pour le fils du défunt, c’est certain, le cheval, dont on ne connaît pas le nom, errait à la recherche de la tombe de son maître, pour un dernier adieu sans doute. Le brave équidé est reparti très docilement avec son nouveau propriétaire, serein peut être d’avoir accompli son dernier devoir.

En avril de cette année, le parlement français a entériné la modification de la définition des animaux dans le Code Civil, qui est passée de «biens meubles» à «êtres vivants doués de sensibilité». Il était grand temps.

 

La photo du jour : Nicola Philippaerts, cavalier sympa

GP Airbus 131

Sympa. En route vers sa détente pour le GP Airbus du dimanche lors du LGCT de Chantilly, le cavalier Belge Nicola Philippaerts a pris le temps de répondre à la demande d’un jeune spectateur, trop heureux de câliner un long moment  Forever D Arco Ter Linden. Il convient d’ailleurs de saluer les organisateurs du Jumping de Chantilly qui ont fait le choix, aidés en cela par de généreux partenaires, d’ouvrir largement la manifestation au public (entrée et tribunes gratuites, accès au paddock…).

La photo du jour : le chouchou de ces dames

SD

Premier ex-aequo,  avec le japonais Eiken Sato ((Soory de l’hallali) dans la vitesse 1,45 du dimanche à Chantilly, Simon Delestre (Whisper) n’a en revanche pas partagé les jeunes officielles, très contentes de le féliciter.

JEM : le point sur les préselectionnés Français en CSO

PL

Pénélope Leprevost devrait sans trop de difficultés arracher sa sélection pour les JEM sous les couleurs de la France

La Fédération Française d’Équitation a communiqué le 22 juillet la longue liste des cavaliers et des chevaux parmi lesquels seront sélectionnés les membres de l’équipe de France qui participeront aux Jeux Équestres Mondiaux FEI 2014 en Normandie. La liste définitive des couples qui prendront part à l’échéance sera communiquée le 21 août pour le Saut d’obstacles.

Dix cavaliers figurent sur cette pré-liste pour le jumping d’où devront émerger 4 titulaires et un réserviste. En toute logique les trois cavaliers présents dans le top 10 mondial (Kevin Staut, Pénélope Leprévost et Patrice Delaveau) devraient obtenir sans trop de problème leur ticket pour les JEM. La bataille s’annonce en revanche serrée pour les deux autres places.

Les 10 préselectionnés par ordre alphabétique :

Timothée Anciaume avec Padock du Plessis*HN-JO/JEM , propriété de France Haras

Roger-Yves Bost avec Castle Forbes Myrtille Paulois-JO/JEM , propriété de Georgina Forbes et Bosty Jump

Aymeric de Ponnat avec Armitages Boy-JO/JEM , propriété de Team Boy

Patrice Delaveau avec :
– Orient Express*HDC-JO/JEM , propriété du Haras des Coudrettes
– ou Carinjo*HDC-JO/JEM , propriété du Haras des Coudrettes

Simon Delestre avec Qlassic Bois Margot-JO/JEM , propriété du Haras Bois Margot

Julien Epaillard avec Qarat de la Loge*LA-JO/JEM , propriété de l’Elevage de la Loge

Marie Hécart avec Myself de Brève-JO/JEM , propriété de sa cavalière

Jérôme Hurel avec Quartz Rouge-JO-JEM , propriété de Deborah Smaga

Pénélope Leprévost avec :
– Flora de Mariposa-JO/JEM , propriété de Geneviève Mégret
– ou Mylord Carthago*HN-JO/JEM , propriété de France Haras

Kevin Staut avec :
– Estoy Aqui de Muze*HDC-JO/JEM , propriété du Haras des Coudrettes
– ou Reveur de Hurtebise*HDC-JO/JEM , propriété du Haras des Coudrettes
-ou Silvana*HDC-JO/JEM , propriété du Haras des Coudrettes

JEM : Patrice Delaveau marque de son empreinte le stade d’Ornano

L’échéance majeure des Jeux Équestres Mondiaux se rapproche et les organisateurs ne veulent rien laisser au hasard. A cet effet des épreuves test ont été mises en place sous la forme d’un CSI2* pour le CSO dans l’enceinte du stade d’Ornano (Caen) qui accueillera toutes les épreuves de la discipline.

Test très positif jusqu’à présent pour les écuries et le parking camions. Elément essentiel,  la piste dont la réalisation a été confié à l’entreprise Toubin & Clément, le spécialiste des sols équestres.

Présent au Stade d’Ornano pour surveiller la tenue de la piste, Francis Clément explique les spécificités du sol de la piste du Stade d’Ornano : « Toutes les pistes que nous faisons en provisoire, comme celle des Jeux, doivent être immédiatement performantes. Nous n’utilisons donc pas exactement les mêmes matériaux que pour des pistes définitives. L’autre spécificité n’est pas due au sol, mais à la spécificité du lieu. Dans le stade, une partie est à l’ombre et l’autre au soleil, et cela varie dans une même journée. Nous allons donc apprendre à gérer la question de l’évaporation, parce qu’on ne sait pas exactement comment ça va réagir. Ces épreuves préparatoires nous permettent d’avoir déjà une meilleure idée de ce que nous devons faire. L’autre spécificité, directement liée aux championnats du monde, est le nombre de partants, sur la même épreuve, sur une journée. Là encore, les tests nous ont donné une idée et nous sommes rassurés. Complètement ».

Rassurés sur les installations, on peut l’être a priori pour les cavaliers français puisque Patrice Delaveau après s’être classé deuxième du GP 140 (tout le classement ici) hier sur Ornella Mail HDC, a remporté ce jeudi le GP 145 (tout le classement ici), toujours avec Ornella, devant 17 autres barragistes. Une réussite que l’on souhaite de bon augure pour la suite pour le cavalier Français qui aura vraiment l’impression de concourir à domicile. Très satisfait de ces deux journées de test, Patrice Delaveau a ainsi déclaré « C’est évidemment une grande fierté que d’ouvrir ces Jeux, ici, en Normandie, à 50 km de chez moi. Je me suis dit que ce serait tout de même super de partager mes impressions avec mes éventuels coéquipiers et de sauter devant les premiers spectateurs. Tout a vraiment l’air excellent sur ces épreuves préparatoires : le sol, le stade, les écuries. »

 

Katrin Eckermann s’impose à Hambourg

Katrin Eckermann

Photo: Stefano Grasso/LGCT

Le talent n’attend pas le nombre des années. A seulement 23 ans, Katrin Eckermann a su pleinement profiter de son invitation (wild card) au Grand Prix du Longines Global Champions Tour d’Hambourg pour s’imposer brillamment et coiffer sur le poteau les deux meilleurs mondiaux. La jeune cavalière Allemande signe sa première victoire en GP 5* sur Firth of Lorne, un étalon de 10 ans par For Pleasure devant les Britanniques Ben Maher (Cella) et Scott Brash (Hello Sanctos).

Tout le classement, ici

Bosty en forme au Global de Hambourg

Image

Bosty et Quaoukoura du Ty. Crédit : Stefano Grasso/Longines Global Champions Tour

Déjà deux victoires au compteur pour notre Bosty national au Longines Global Champions Tour d’Hambourg sur un même cheval, Quaoukoura du Ty (Calido/Indienne Jyca), un étalon de 10 ans.

Après une vitesse hier, le champion d’Europe a remporté ce jeudi une épreuve à barrage de 1m55. A noter la deuxième place de Pénélope Leprévost  associé à son fidèle Mylord Carthago qui confirme ainsi après La Baule son retour au haut niveau. Christian Ahlmann ( Cornado II) et Rolf-Göran Bengtsson (Casall Ask ) se classent ex-aequo à la 3ème place.

Tout cela est plutôt de bon augure pour le Grand Prix qui se déroulera samedi soir.

Coupe des Nations : victoire magistrale de la France à La Baule

DePonnat_X4Y8939A trois mois du début des Jeux Équestres Mondiaux de Normandie, la France ne pouvait poser rêver de meilleure entame que la superbe victoire signée ce vendredi en Coupe des Nations sur le mythique stade François André de La Baule. Un succès assuré en partie, une fois de plus a-t-on envie de dire, par le couple Aymeric de Ponnat – Armitages boy, son fantastique étalon oldenburg de 12 ans (photo).

La vraie bonne surprise est venue de la très belle performance de Dame Blanche van Arenberg la monture de Pénélope Leprevost, une jument grise de 11 ans dans laquelle sa cavalière fonde de grands espoirs. Pour leur part, Jérôme Hurel et Quartz Rouge ont confirmé leur place dans l’équipe. Pénalisés d’une faute dans la première manche sur la rivière ils signent néanmoins un sans faute dans la deuxième manche.

Avec 8 points sur la première manche, Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise*HDC n’ont pas eu droit à une séance de rattrapage, un accroc sans gravité, que l’on peut espérer sans lendemain. L’ex numéro 1 mondial confiait d’ailleurs après l’épreuve: « Rêveur de Hurtebise s’était arrêté hier et, du coup, je l’ai monté de façon plus agressive et moins sereine que je n’aurais dû le faire. Après ses deux fautes, il a mieux terminé son tour, mais ce n’est pas un parcours significatif. »

Sept couples au final auront réussi un double sans-faute sur le tracé concocté par le chef de piste Frédéric Cottier. Deux Français donc mais aussi deux Belges – Gregory Wathelet (Sea Coast Forlap) et Olivier Philippaerts (Cabrio van de Heffinck) – mais aussi l’Espagnol Sergio Alvarez Moya (Carlo 273), le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli (Clouwni) et le Néerlandais Jur Vrieling (Bubalu).

Huit équipes étaient en lice à La baule : l’Irlande, la Suisse, l’Espagne, la France et la Belgique, le Brésil, la Grande Bretagne et les Pays-Bas. Cinq seulement concourraient pour la division 1 dont la Suisse qui après avoir dominé de la tête et des épaules l’étape de Lummen réalise une surprenante contre-performance en terres françaises. L’Allemagne était absente en raison de la tenue de son championnat national à Balve.

Prochain rendez-vous pour la division 1 de la Coupe de Nations : le CSIO de Rome dès la semaine prochaine. Mais d’ores et déjà la France a gagné son billet pour la finale de la Coupe des Nations qui se déroulera cette année encore à Barcelone, juste après les JEM.

Tous les résultats ici

Crédit photo : FEI/Éric Knoll.

Abdelkebir Ouaddar, cavalier en devenir

GP Vichy 126

Ses amis l’appelent « Kébir ». Ses fans, et ils sont toujours plus nombreux également. A 53 ans Abdelkebir Ouaddar est devenu en quelques années un redoutable compétiteur et une vraie star, la première des pays arabes. 5ème pour la première épreuve de la Coupe du Monde de Lyon, 12ème au classement final le cavalier Marocain est désormais installé parmi l’élite mondiale. Dernièrement, il s’adjugeait sur son fidèle étalon de 10 ans, Quickly de Kreisker, le GP CSI3* du Touquet . Autant dire que ce couple sera attendu cet été à l’occasion des Jeux Équestres Mondiaux en Normandie.

Kébir, cavalier financé par le Roi du Maroc, c’est une alchimie réussie et une totale relation de confiance avec un coach hors normes, Marcel Rozier. C’est aussi une personnalité attachante très vite devenue le chouchou du public Français toujours prompt à s’enflammer pour ses exploits. « J’adore le public français. Il m’a toujours accueilli les bras grand ouverts. Je me sens ici comme dans mon deuxième pays. Je sens que le public français est derrière moi évidemment et je lui en suis vraiment reconnaissant » renvoie en toute spontanéité Abdelkebir.

Kébir malgré son demi-siècle a une fraicheur sympathique et des étoiles plein les yeux, conscient qu’avec son crack de 9 ans, il a de belles années devant lui. Les JEM bien sûr mais au-delà déjà, les JO de Rio.

 

Patrice Delaveau meilleur cavalier du CSI de Madrid

Samedi 234

Maudit par le sort à Lyon où ses chances de podium à la finale Coupe du Monde se sont envolées avec la blessure de Lacrimoso HDC (photo), Patrice Delaveau a pris sa revanche à Madrid en terminant meilleur cavalier du concours.

Le Normand a fait preuve sous le soleil Madrilène d’une remarquable régularité : 6ème le vendredi dans la vitesse (1m50) avec Carinjo HDC dans le prix Massimo Dutti, 5ème toujours avec le même cheval dans le Grand Prix du samedi, 2ème enfin le dimanche de la Copa Del Rey (1m55) sur Orient Express HDC.

A Lyon, Patrice Delaveau s’était expliqué sur son choix de ne courir la Coupe du Monde qu’avec un seul cheval, Lacrimoso HDC. Carinjo HDC n’est pas un cheval d’indoor avançait alors son cavalier tout en rappelant qu’Orient Express HDC tout juste revenu de blessure n’était pas encore à son top niveau. C’est aujourd’hui chose faite. Le cavalier du Haras des Coudrettes dispose désormais d’un très beau piquet opérationnel aux 2/3.

Meilleur cavalier du concours de Madrid, Patrice Delaveau est également depuis le début du mois le meilleur Français au classement mondial (6ème) soit, une ascension de trois places.

 

Le Saut Hermès de l’arrogance

ImageLe Saut Hermès est assurément une très belle manifestation équestre. De celles qui font rêver. Pour autant, la gestion presse de l’événement n’est pas à la hauteur de l’événement. La société Hermès ce n’est plus seulement la qualité et l’élégance.  Elle peut désormais ajouter comme troisième caractéristique une capacité à l’arrogance et la désinvolture malheureusement très française. Retour sur une désagréable expérience.

Ce n’est pas la première fois que je suis amené à couvrir un concours hippique de très haut-niveau notamment pour le magazine américain Élite Equestrian Magazine. La procédure est classique. On envoie une demande d’accréditation assortie parfois, pour les photos, d’un engagement du support à consacrer un article à la manifestation couverte.

Ce fût le cas pour le saut Hermès. Une demande est partie en bonne et due forme dans les délais sans autre accusé de réception qu’une demande d’informations complémentaires sur EEM, émanant du bureau Hermès de New-York.

Jusqu’ici tout semblait aller bien même si contrairement aux usages, aucune confirmation de l’accord pour l’accréditation ne m’était jamais parvenue. A force d’insistance celle-ci finit par arriver, une semaine avant l’événement, mais mentionnant la date du vendredi. Sans plus. Confiant, me voilà débarquant le samedi au Grand Palais où l’on m’indique gentiment que l’accréditation ne courait que pour le vendredi. Une erreur sans doute ? Pas du tout. Le vendredi me dit-on était une journée ouverte à la presse. Après, on ne délivre plus rien… Stupéfaction de ma part. C’est LE Saut Hermès me fait-on comprendre ! Donc tri sur le volet, circulez… refaites une demande pour l’an prochain.  Sympathique.

D’habitude pour les loupés ou les imprévisibles le service de presse délivre toujours des accréditations sur place, de dernière minute… sauf chez Hermès. J’avance que quand même, je viens de loin, que des frais ont été engagés et que je suis sur place. On m’envoie (dès fois que je sois un américain lourdaud) la chargée de relations publiques USA qui me dit avec un grand sourire et un anglais parfaitement articulé qu’elle ne peut rien faire, sans me proposer pour autant la moindre solution alternative. La grande classe quoi.

Certes j’aurais pu recourir au système D, acheter un billet au noir (plus aucun n’étant en vente) et attraper quelques images au vol mais j’ai préféré tourner les talons. Vous m’excuserez mais ce sera un week-end sans photo.

Chez Hermès, ils savent sans doute faire des selles, des foulards et beaucoup d’argent mais questions relations presse et courtoisie je pense qu’ils sont largement dépassés par n’importe quel petit atelier moyen-oriental ou asiatique. A défaut de voir l’intérieur, je me suis attardé sur l’extérieur. Installer des boxes démontables sur un bout d’herbe à 25 mètres des Champs-Elysées, avenue pour le moins circulante, sans paroi anti bruit temporaire a de quoi laisser pantois. Bruit et pollution pour accueillir une partie de l’élite des chevaux mondiaux c’est loin de l’image d’excellence que souhaite véhiculer la maison Hermès et très loin du respect que méritent ces montures.

Henry Moreigne

Jumping virtuel avec Dassault Systèmes et Eurosport à l’occasion du Saut Hermès

eurosportEurosport et Dassault Systèmes, leader mondial la 3D, présenteront à l’occasion de la retransmission en direct du Saut Hermès les 15 et 16 mars une époustouflante animation 3D destinée à expliquer aux téléspectateurs toutes les subtilités techniques du saut d’obstacles.

Développé sur mesure par Dassault Systèmes le logiciel vise à la fois les amateurs avertis et les néophytes.

L’objectif pour Eurosport est d’offrir en direct les clés de compréhension des principales difficultés de chaque obstacle et de passer en détail les options stratégiques disponibles (tracé, nombre de foulées…).

Cette innovation importante vise à élargir l’audience de la discipline à de nouveaux publics séduits par l’esthétique mais rebutés par l’hermétisme  de la technique. Un peu comme Canal+ avait en son temps révolutionné la retransmission des matchs de football par le recours à des caméras dynamiques.

Une telle application n’aurait pu être développée sans le concours d’un expert du CSO. Il a naturellement été fait appel à Michel Robert, déjà conseiller technique du Saut Hermès. Le jeune retraité de la compétition troquera donc pour l’occasion bombe et cravache contre le micro d’Eurosport et les manettes de la console de Dassault Systèmes.

)

Saut Hermès : cinquième édition à cinq étoiles du 14 au 16 mars

ImageLa nef du Grand Palais, lieu prestigieux d’excellence et de culture, accueillera au cœur de Paris, du 14 au 16 mars prochain la cinquième édition du Saut Hermès. Ce CSI particulièrement prisé est l’un des plus beaux événements équestres mondiaux en raison du cadre exceptionnel dans lequel il se déroulera puisque c’est le seul jumping intérieur au monde à bénéficier d’une lumière naturelle grâce aux verrières du Grand Palais.

Les trente-cinq meilleurs cavaliers mondiaux se retrouveront pour un CSI cinq étoiles soit, la catégorie la plus élevée de la classification de la Fédération Équestre Internationale.  L’élite du jumping mondial pour une manifestation populaire puisque 4000 spectateurs sont attendus quotidiennement avec une journée à entrée gratuite, le vendredi, pour les licenciés de la FFE qui ont retiré des e-tickets.

Très attachée à la perfection, la Maison Hermès fera une nouvelle fois appel pour l’organisation aux précieux conseils de Michel Robert désormais jeune retraité de la compétition ainsi qu’à Frank Rothenberger l’un des chefs de piste les plus réputés au monde.

La manifestation est organisée avec le soutien de GL events, acteur  historiquement investi dans l’organisation d’événements équestres, en particulier d’Equita’Lyon et des Finales Coupe du monde FEI de jumping et de dressage qui se dérouleront à Lyon du 17 au 21 avril 2014. Sylvie Robert, directeur des événements équestres au sein du groupe est également la présidented’Equita’Lyon.

Vidéo : reportage Equidia – 2013-

French triplette sur le sable de Hong Kong

tripletteIls ne sont pas de Belleville et ne partageaient pas une pétanque mais Kevin Staut (Quismy des Vaux*HDC), Simon Delestre (Napoli du Ry), et Julien Épaillard (Mister Davier) ont fait parler la poudre pour lors la première journée des Masters de Hong Kong.  Suffisament pour se classer respectivement 1er, 2ème et 3ème dans l’épreuve Longines Speed Challenge (vidéo).

Une bonne journée notamment pour  Julien Épaillard qui en selle sur Cristallo A avait préalablement fait main basse sur l’épreuve inaugurale du concours, M Mark Trophy, une vitesse. Considéré depuis de nombreuses années par ses pairs comme l’un des cavaliers français les plus doués, le cavalier du Haras de la Bosquetterie n’a pourtant jamais concrétisé par des succès dans des épreuves prestigieuses. 2014, année du cheval pour les asiatiques, coïncidera  peut être avec la fin de cette « malédiction ». C’est tout le mal que l’on peut souhaiter au cavalier normand.

Crédit photo : Longines Hong Kong Masters

L’ami Pedro

pedroSes amis comme ses fans, et ils sont nombreux, l’appellent tout simplement Pedro. Avec ses 2 mètres, sa barbe et ses tenues extravagantes (plus d’une centaine), il est loin de passer inaperçu. C’est normal, c’est son métier. Pedro Cebulka officie comme maître de cérémonie dans les plus grands événements équestres avec un passage remarqué lors des Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996. Avec un prénom espagnol, un nom polonais, un passeport allemand, une épouse hollandaise et un domicile au canada, ce Monsieur Loyal des pistes d’équitation incarne à lui tout le côté le côté cosmopolite des compétitions équestres internationales. A son actif, Pedro parle également pas moins de sept langues ce qui est toujours utile lorsqu’il faut s’adresser aux cavaliers pour organiser la remise des prix ou pour discuter autour d’un verre avec eux entre les épreuves. Sur le pont aux Hong Kong Masters, Pedro a dévoilé ses habits de lumière. Un choix …très en phase avec la couleur locale.

Crédit photo : Masters Grand Slam

Hong Kong à tire d’ailes

J-3-avant-le-Longines-Hong-Kong-Masters-!L’aéroport de Liège (Belgique) est spécialisé dans les transports de chevaux. Une cinquantaine des meilleurs chevaux de CSO au monde (une cargaison évaluée à 50 millions €) répartis dans des containers pouvant contenir jusqu’à trois équidés a décollé de cet aéroport dernièrement, destination le Hong Kong Masters.

Même en avion le voyage sera long : 15 heures de vol avec un arrêt à Dubaï. Le coût du billet pour un tel trajet est de l’ordre de 15 000 € en première classe car comme les humains, ils peuvent voyager en classe affaire, 1ère ou éco.

Le site L’Avenir (Belgique) avait consacré un reportage au sujet en 2010 à l’occasion des précédents Jeux Équestres Mondiaux qui s’étaient déroulés dans le Kansas.