Archives de Catégorie: Coup de coeur

Armitages Boy : la retraite attendra un peu

armitages_picc

Armitages Boy sous la selle de Lorenzo de Luca.

Armitages Boy sera ce week-end l’une des vedettes du CSI 5* de Stuttgart. Le superbe étalon Oldenbourg de 16 ans (Armitage x Kamora) fera son grand retour à la compétition après une longue absence pour cause de blessure. Si son cavalier, Lorenzo de Luca, a laissé entendre à Grand Prix qu’il pourrait s’agir de la dernière saison sportive du cheval avant qu’il ne se consacre plus qu’à la reproduction, du côté des écuries Stephex (co-propriétaire avec Guillaume Canet et Gregory Mars), on se refuse pour l’instant à évoquer tout futur départ à la retraite. Il n’empêche on ne manquera pas tout au long des prochains mois d’admirer l’exceptionnel passage de dos de cette attachante boule de muscles de seulement 1m61.

Publicités

Démonstration de Rêveur de Hurtebise à Aix-la-Chapelle

R2

Rêveur de Hurtebise et Kevin Staut, couple magique (archives).

Kevin Staut a raison. Rêveur de Hurtebise, son cheval de cœur, n’est vraiment pas un cheval comme les autres. Les bons soins et l’affection qui lui sont prodigués au Haras des Coudrettes n’y sont sans doute pas étrangers. Toujours est-il qu’à désormais 17 ans, ce fils de Kashmir Van’t Shuttershof a réalisé une véritable démonstration (vidéos) dans la grosse épreuve de la journée ( Prix de Rhénanie-du-Nord-Westphalie 1m55), ce vendredi, dans la mythique enceinte d’Aix-la-Chapelle. Double sans faute, il termine deuxième derrière Clinta, l’extraordinaire jument de McLain Ward. La prestation de Rêveur est d’autant plus remarquable qu’à aucun moment son cavalier n’a eu à le solliciter particulièrement ou à le porter comme on a pu le voir parfois par le passé. Bien au contraire, c’est un cheval volant, frais et avec de la marge, qui a bouclé ses deux tours avec une facilité déconcertante comme s’il prenait un véritable plaisir à enchaîner les obstacles sur cette grande piste en herbe. Superbe !

Le classement complet, ici

 

Bosty ou la force tranquille

Bosty

Roger-Yves Bost (archives)

Allez savoir pourquoi, instinctivement, on l’aime bien Bosty. Son physique un peu rond, sa démarche un poil chaloupé et ce mélange de gouaille et de silences. Ni taiseux ni grande gueule ce champion inoxydable présent au plus haut niveau depuis des décennies est l’incarnation même de ces personnes qu’on connaît peu mais qu’on a spontanément envie d’avoir comme ami.

Bosty en pote, ça doit être quelque chose. Pourtant, ce n’est pas avec lui qu’on va vider quelques chopines de bière au comptoir. Sa longévité d’athlète il la doit aussi à son sérieux qui ne rime pas avec ennuyeux. Pas d’alcool. Ce sera juste un Coca. Dans le milieu cavalier ça tranche. Ses petites rondeurs sont rassurantes. Il n’a pas l’équitation triste. On devine chez le bonhomme un appétit de la vie et cette qualité rare d’apprécier les petits plaisirs qui constituent le bonheur d’une vie. Pas de prise de tête pas d’anorexie.

Bosty au-delà de l’empathie qu’il dégage offre la vision d’une équitation différente, faussement simple où la connexion avec le cheval n’est pas un mythe. « Je leur parle » a avoué lundi soir le cavalier du haras des Brulys sur la plateau de Horse Series, la nouvelle émission de Kamel Boudra qui a trouvé asile sur SFR Sport 3. « Ça me permet de me décontracter » complète pudiquement le champion qui ne livrera pas le fond de sa pensée sur sa relation avec ses chevaux. Une chose est sûre, il les aime. Et ça se sent. A plein nez.

Un jean, des baskets blanches mais aussi une belle chemise sous une veste impeccablement coupée et portée, Bosty n’en finit pas de nous surprendre. Aussi à l’aise sur un plateau tv que sur un terrain de concours, il offre le visage de l’alliance parfaite de professionnalisme et de décontraction. La décontraction suprême, pas celle des kékés des bacs à sable mais des très grands champions, reconnus comme tels par leurs pairs. La légion d’honneur arborée discrètement à la boutonnière témoigne de la solidité du personnage, véritable institution qui a déjà mis un pied dans l’histoire. Une vraie star, mais abordable. Avec toujours le salut ou le petit mot gentil pour les anonymes qui le croisent et parfois franchissent le pas et l’interpellent.

Une belle force tranquille. On adore.

NB: l’état-civil et le palmarès du champion, c’est ici.

Jamie Barge : « je n’ai jamais considéré ma déficience auditive comme un désavantage »

Jamie_Barge3

Jamie Barge sur Luebbo

Tout au long des finales Coupe du Monde qui se couraient à l’AccordHotels Arena de Bercy, la jeune cavalière américaine Jamie Barge, associée à Luebbo un hongre gris de 13 ans, a délivré une superbe équitation. Elle termine la compétition à la 16èmeplace. Ce n’est pas un exploit mais à 22 ans c’est prometteur. La performance est d’autant plus à saluer qu’elle est réalisée par une athlète atteinte d’un handicap.

Née avec une déficience auditive, Jamie Barge a été appareillée très jeune mais malheureusement au fil des ans ses capacités auditives ont continué à chuter. En 2016, elle confiait au site NoelleFloyd.com que sans son appareil auditif ou son implant, elle n’entend absolument rien, pas même une alarme incendie, ce qui l’amène à voyager avec une chienne d’assistance, susceptible de la réveiller la nuit si nécessaire.

Cette particularité à des conséquences pratiques. En piste, Jamie n’entend pas la cloche et doit donc surveiller attentivement l’affichage électronique. Par ailleurs, si une barre tombe, elle ne l’entend pas également. Du coup, elle monte tous ses obstacles comme si elle était sans faute.

C’est un peu plus compliqué en revanche au paddock. La jeune femme essaye de mémoriser les 4 cavaliers qui la précède mais compte aussi sur l’aide de ses accompagnants ou des officiels pour lui faire signe quand elle peut rentrer en piste. « Je n’ai donc jamais considéré mon audition comme un désavantage. Je dois juste faire les choses un peu différemment » estime Jamie Barge, très positive. Dans sa vie professionnelle, la jeune cavalière contourne les difficultés, toujours avec le sourire, en lisant sur les lèvres de ses interlocuteurs ou en misant sur leur patience pour répéter si besoin leur question.

Un bel exemple. Le public de Bercy ne s’y est pas trompé en agitant en nombre ses mains à l’invitation du speaker en guise d’applaudissements à l’issue de ses tours. C’est comme ça que l’on applaudit dans la langue des signes. Jamie Barge y a été particulièrement sensible.

 

Hermès Ryan, sacré cheval de l’année 2017 pour le CSO

aHR1

Hermès Ryan et Simon Delestre

La petite histoire dit de lui que c’est un amateur de bananes. La grande retiendra les qualités hors normes d’Hermès Ryan, ce petit cheval de 1,59m né en 2005, fils de Hugo Gesmeray et de Ryonne des Hayettes Z.

A cheval de qualité, cavalier de talent. Parce que l’équitation c’est une histoire de couples. En l’espèce Ryan est acheté à 3 ans par Simon Delestre et Philippe Berthol à un certain… Eric Lamaze. Un choix incertain à l’époque mais que les années suivantes révéleront comme judicieux.

Cheval de tête et de coeur décrit par Simon Delestre comme « exceptionnel », il offre à ce dernier une incroyable ascension dans la hiérarchie mondiale dont la place convoitée de leader de la ranking list. Ce statut éphémère en avait fait l’un des couples favoris des JO de Rio de 2016. Las, le sort en avait décidé autrement. Victime d’une micro-fracture dans son boxe,  l’alezan au grand coeur voit s’envoler les espoirs de graver son nom sur les tablettes des montures olympiques.

aHR2

Peur de rien. Des barres ras les oreilles n’effraient pas Hermès Ryan.

Après 6 mois d’absence et autant de patience de la part de son cavalier, Hermès Ryan signe enfin son retour dans la cour des grands. Mais celui-ci ne pouvait être qu’effectif sur une victoire prestigieuse. Ce fût chose faite à Equita Lyon à l’issue d’un barrage d’anthologie. Cette victoire avant tout sur le mauvais sort et témoignage de la volonté et de la foi de Simon Delestre dans « le cheval de sa vie » tout autant que dans l’incroyable qualité de Ryan.

Cela  valait bien le titre de cheval de l’année en catégorie saut d’obstacles. Les internautes ne s’y sont pas trompés en profitant de ce titre (en chocolat) décerné par le magazine l’Eperon pour signifier leur attachement à un cheval petit par la taille mais si grand par le talent.

Ohlala dans le coup à Calgary

B02T0838_HDR

Ohlala sous la selle de Lauren Hough (archives)

Il faut suivre au moins une fois le Grand Prix Rolex de Spruce Meadows à Calgary (Canada) pour mesurer son niveau de difficulté. Car il s’agit bien d’une épreuve hors normes sur le circuit international, presque caricaturale. Par sa dotation tout d’abord : 3 millions de dollars canadiens (2 M€) dont 1M$ au vainqueur. Par le format de l’épreuve ensuite : une première manche suivie d’une deuxième réservée aux 12 meilleurs couples avec, si besoin un barrage. Sans oublier des obstacles de 1,70 m (1,60 m d’ordinaire) dignes des Jeux Olympiques d’avant. Bref, une conception pas vraiment dans la finesse, plutôt proche des courses automobiles où l’on pense qu’il faut en afficher un maximum sous le capot pour avoir une chance de soulever la coupe.

Heureusement, il n’y a rien de mieux qu’un cheval pour faire mentir. Et si, Philipp Weishaupt (LB Convall), a réalisé le seul double sans-faute de l’épreuve et remporté celle-ci, la deuxième place est revenue à Luciana Diniz sur sa frêle Fit for Fun  (1,70 m) pénalisée par une faute sur le dernier obstacle.

A la huitième place, malgré des barres largement plus hautes qu’elle, on retrouve la quasi-ponette Ohlala de Lauren Hough qui avec 1, 55 m à la toise, affiche 3 centimètres de moins qu’un certain Jappeloup.  La preuve que le saut d’obstacles ne peut se résumer à une affaire de grosses cylindrées.

 

Dernier Grand Prix et dernière victoire pour Casall

Casall

Casall en action (archives). Cliquer pour agrandir.

Casallissime. Jusqu’au dernier instant de sa carrière sportive, Casall Ask sera resté un cheval d’exception. Beau, excellent reproducteur et compétiteur hors norme, le cheval de tête et de cœur de Rolf-Goran Bengtsson a signé à Hambourg un nouvel exploit en remportant à 18 ans le Grand Prix LGCT de Hambourg, 6 ans après l’avoir déjà gagné. Le Holsteiner signe là sa 10ème victoire sur le circuit de Jan Tops.

Dans un scenario qui n’a rien à envier à Hollywood, une image furtive saisie par les caméras à elle seule résume le sentiment qui dominait dans les tribunes : un t-shirt blanc avec pour inscription « I love Casall« . Même Harrie Smolders, leader provisoire au barrage soudainement relégué à la deuxième place a semblé heureux de ce dénouement et de ce bouquet final offert par le fils de Caretino 2 avec une prestation marquée par une qualité de saut intacte malgré le poids des ans.

Dernier à s’élancer dans le barrage à cinq participants, la main de Rolf-Goran Bengtsson n’a pas tremblé. Aucune barre non plus. Casall a déroulé son tour avec une facilité déconcertante et un chronomètre abaissé de plus de deux secondes par rapport à celui d’Harrie Smolders. Surréaliste. Rolf-Goran Bengtsson peut avoir le cœur moins lourd. Il a offert la plus belle sortie de scène possible à son fidèle compagnon.

Le classement du GP, ici.

Nick Skelton va publier ses mémoires

EmptyName 1

Nick Skelton et Big Star, couple olympique.

Nick Skelton est entré définitivement dans la légende des sports équestres en devenant, à 59 ans sur Big Star, champion olympique de saut d’obstacles, en individuel, à Rio en 2016. Devant son fidèle public, et devant la famille royale qui l’a élevé le 25 avril 2017 au rang de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique, ce vétéran souriant prendra sa retraite sportive, ainsi que Big Star, à l’issue du CHI 5* du Royal Windsor Horse Show le 14 mai prochain. Une page va se tourner mais d’autres vont s’écrire. Nick Skelton publiera en effet ses mémoires (une autobiographie) cet automne. La sortie du livre est annoncée pour le 17 octobre en Grande-Bretagne.

Depuis ses 18 mois, première fois où il est monté à poney, le cavalier de Bedworth n’a jamais cessé d’user ses fonds de culotte sur des quadrupèdes de toutes sortes. Si on y ajoute pratiquement un demi-siècle de compétition (participation à 170 Coupe des Nations, 16 médailles en championnats seniors, plus de 60 victoires en Grand Prix), ce sujet de sa gracieuse majesté a plus d’un souvenir à raconter. Les victoires, les défaites, les blessures et l’évolution d’un sport totalement remodelé par l’intrusion de l’argent. Au plus haut-niveau depuis 30 ans, Nick Skelton est un homme attachant, considéré, à juste titre comme l’un des meilleurs cavaliers au monde. Autant dire que l’on se plongera avec délectation dans ses mémoires avec un attrait renforcé par le caractère « exotique » du personnage, nationalité britannique oblige.

Le printemps avant l’heure d’Aldrick Cheronnet

alc

Aldrick Cheronnet et Tanaël des Bonnes (archives)

Si une hirondelle ne fait pas le printemps, l’occasion fait le larron. Heureux bénéficiaire via Philippe Guerdat d’une très convoitée place au CSI-W de Göteborg suite à sa sixième place dans le GP Coupe du Monde de Bordeaux, Aldrick Cheronnet, avant même la fin du concours, a déjà plus que rempli son contrat.  Septième dans la vitesse de vendredi soir, le cavalier de St Nicolas de la Grave, dans le Tarn-et-Garonne, s‘est adjugé la grosse épreuve de samedi soir, le Gothenburg Trophy, toujours associé à Tanael des Bonnes.

On retrouvera le couple dans le Grand Prix Coupe du Monde de dimanche. Sur sa lancée, il tentera de réussir la passe de trois. Tanaël des Bonnes, est un Selle Français de 10 ans, fils de Watch Me*Hoy et d’une mère par Don Pierre. « Je monte Tanael depuis début 2014 et, de suite, j’ai eu des sensations incroyables, il a un style parfait, un gros cœur, un mental de guerrier, bref tous les ingrédients pour le haut niveau ! » confiait Aldrick Cheronnet à Grand Prix Replay à l’issue de sa performance à Bordeaux en début de mois.

Göteborg : Kevin Saut et Ayade de Septon*HDC en mode démonstration

aks

kevin Staut et Ayade de Septon HDC (archives).

Décidément l’air de Göteborg (Gothembourg en français) réussi plutôt bien à Kevin Staut. Le Français qui a fait le déplacement en terres suédoises doit être content de son choix. Vainqueur jeudi soir de la grosse épreuve (1,50m) de ce CSI-W avec Unna de Kerglenn HDC a récidivé le lendemain sur la petite mais bondissante Ayade de Septon  HDC dans une épreuve au chronomètre. Un véritable tour d’anthologie réalisé dans une très grande fluidité (cf vidéo).

A noter la nouvelle belle performance du cavalier du Tarn et Garonne Aldrick Cheronnet, heureux septième de l’épreuve avec Tanael des Bonnes, son cheval de tête avec laquelle il avait pris la sixième place dans le GP Coupe du Monde de Bordeaux.

La nouvelle vie d’Armitages boy

armitages_picc

Armitages Boy sous la selle de Lorenzo de Luca

C’est un nouveau couple des plus en vue du moment. Lorenzo de Luca et Armitages boy semblent promis à un bel avenir. Depuis son arrivée aux écuries Stephex et sous la selle du cavalier italien, l’étalon Oldenbourg semble avoir retrouvé une nouvelle jeunesse et du plaisir à sauter. Ce petit cheval atypique associé à un pilote des plus talentueux, voilà qui devrait faire craquer plus d’un spectateur dans les mois qui viennent.

Étrange destin que celui d’Armitages. Découvert et mis en valeur par Aymeric de Ponnat depuis 2010, l’étalon aurait du partir on ne sait trop où à l’occasion d’une vente aux enchères en ligne. Faute d’acheteur pour un prix de réserve trop haut (une offre à 2,8 millions a été refusée), ses propriétaires se sont résolus à en confier la commercialisation au marchand belge, Stephan Conter. Chez Stephex, Armitages intègre le piquet Lorenzo de Luca, deuxième cavalier de l’écurie, juste derrière Daniel Deusser.

Le Belge ne s’est pas trompé. Le couple s’apprivoise mutuellement très rapidement. « Nous commençons à avoir une belle relation lui et moi » confie après Equita Lyon de Luca avant d’ajouter dans un entretien accordé à Grand Prix Replay  » J’en suis totalement amoureux ! C’est un vrai génie. Je crois qu’il est capable de courir tous les Grands Prix. J’ai seulement besoin de le connaître un peu mieux sur les plus grosses épreuves. Il voit où sont les difficultés, et il me fait maintenant totalement confiance. J’ai toujours le sourire avec lui, il a le don de me procurer de magnifiques sensations sur la piste. »

A Stuttgart l’étalon de 13 ans signe son retour dans le grand bain. Une véritable démonstration et au final une 7ème place dans le Grand Prix Coupe du Monde. Une belle histoire qui ne fait que commencer.

Steve Guerdat et Nino en route pour de nouvelles aventures

GPlabaule

Nino des Buissonnets et Steve Guerdat (archives)

Steve Guerdat n’avait pas caché sa déception et sa tristesse à l’issue de la finale individuelle des Jeux Olympiques. Le champion olympique de Londres voulait offrir à son cheval de coeur une sortie – progressive – de la compétition. Las, la seule médaille glanée est en chocolat avec la pire des places, la 4ème … au pied du podium. Mais notre Suisse préféré à du rebond. Via son compte Facebook, le Jurassien a donné de ses nouvelles mercredi 31 août dans la soirée. Elles sont bonnes. Rendez-vous est déjà donné au prestigieux CHI 5* de Genève qui se déroulera du 8 au 11 décembre à Palexpo. Nous reproduisons ci-dessous l’intégralité du message de Steve Guerdat en souhaitant  à ce couple exceptionnel une continuation à la hauteur de leur talent.

« Bonsoir à tous,

Je voulais vous écrire quelques lignes pour vous donner des nouvelles, pour vous dire que moi et Nino on est en pleine forme.

Alors oui le moral a déjà été meilleur et oui Rio est encore dans ma tête et continue de me donner des migraines mais je suis sûr que vous ne m’en voudrez pas pour ça. D’un autre côté je suis aussi très fier de ce que nous avons réalisé et encore plus de tous les messages et tous les compliments que tant de gens nous ont fait, j’en ai la chair de poule! La vie est tellement bonne envers moi, me privilégiant jours après jours et c’est pour cette raison que je voulais vous remercier.
Que de chemin parcouru depuis Londres et tant de choses formidables me sont arrivées, la même équipe derrière moi aux écuries totalement dévouée à moi et au bien-être de nos chevaux, que se soit mes grooms, cavaliers, vétérinaire ou maréchal, mes propriétaires et sponsors qui me soutiennent dans toutes les situations, les fans toujours plus nombreux et toujours plus encourageants, ma famille et mes amis toujours aussi présents et aimants, tous ensembles nous avons vécu des moments magiques grâce à tous ces magnifiques chevaux.

J’aimerais par dessus tout remercier celui qui rend ma vie encore meilleure tous les jours, Nino. Même si je suis bien conscient qu’il ne lira ni ne comprendra ce message je me dois de lui adresser quelques lignes car rien de tout ça ne serait possible sans lui. Alors oui c’est moi qui fixe les objectifs mais je suis absolument persuadé que lui aussi aime ces grands moments plus que tout au monde, il n’y a qu’à voire comme il se surpasse à chaque foi que la foule l’attend…. Moi et Lui nous sommes entraînés comme jamais encore et je suis certain que nous étions dans la forme de notre vie, nous étions prêts à écrire une page d’histoire mais malheureusement le sport en a décidé autrement, c’était tellement génial de faire partie du barrage mais cette petite touchette nous coûte ce que tant de gens souhaitaient et surtout ce que Nino méritait tant, une 2ème médaille individuelle. Même si finir 4ème au JO peut paraître cruel il faut aussi savoir l’accepter et c’est se que j’essaye de faire jours après jours, le fait d’avoir trois couples d’exception et de véritables hommes de chevaux sur le podium m’aide à me faire une raison, car ils l’ont vraiment mérité.

Nino a été absolument irréprochable, comme toujours d’ailleurs, il est simplement unique et pour moi le plus grand à jamais. Nous ne ferons plus de championnats ensemble car il a déjà tellement donné et je n’ai pas envie de faire celui de trop. Il est rentré en pleine forme de Rio et si tout va bien j’aimerais bien le monter à Genève évidemment. On verra pour la suite mais sans ces grands championnats il est sûr qu’il y aura beaucoup moins de pression pour lui et tant qu’il aura envie de sauter alors il continuera. Merci Nino pour avoir tout donné pour moi, une fois de plus, et pour avoir fait vibrer tant de monde qui t’admire à ta juste valeur, telle Jalisca il y a quelques années, tu es une star. Je t’aime

Merci encore à vous tous, du fond du cœur, de nous suivre et de nous soutenir et en route pour de nouvelles aventures.

Steve »

m.a.j à 9h38

Fiers de Bosty

Bosty

Roger-Yves Bost (archives)

C’est dans les circonstances difficiles que se révèle la trempe des hommes. Depuis la bévue de Doha, nos cavaliers internationaux ont eu malheureusement l’occasion à plusieurs reprises de s’interroger sur l’attitude à adopter face aux horreurs qui ont successivement touché notre pays. Hier, après le carnage de Nice nos internationaux ont pris la décision d’arborer un brassard noir à la fois en signe de deuil et de solidarité à l’égard des victimes et de leurs familles. Qu’ils en soient remerciés. Aujourd’hui, Roger-Yves Bost, en grand champion, a su se transcender et donner le meilleur de lui même pour décrocher la victoire avec Pégase du Murier dans la grosse épreuve du jour. A l’issue, c’est un Bosty inhabituellement sérieux et grave qui a su trouver les mots justes pour en parler « Après l’attentat de Nice, ça veut dire beaucoup pour nous d’entendre la Marseillaise. Tous les cavaliers français ont porté des brassards noirs car nous voulions montrer notre compassion et que nous sommes fiers d’être français » a déclaré le sélectionné olympique. Merci Bosty.

Lucy Davis met un pied dans la sélection pour Rio

lucy

Lucy Davis et Barron (archives)

La bataille fait rage dans de nombreuses nations pour décrocher les derniers billets pour Rio. Il y a les quasi-titulaires que seul un incident grave, notamment une blessure de leur monture de tête, pourrait écarter de la sélection nationale et puis il y a le ventre mou des derniers sélectionnés, des éventuels réservistes. C’est vrai pour les Français et pour la plupart des grandes équipes. A commencer par celle des USA.

A 23 ans, Lucy Davis aimerait bien être du voyage avec son fidèle et atypique (pour le geste de devant) Barron, son cheval belge (SBS) de 12 ans, fils de For Pleasure.  Titulaire dans l’équipe américaine engagée au CSIO de Saint Gall, la jeune californienne a plus que rempli son contrat. Auteur d’un 4 points et d’un sans faute dans la Coupe des Nations du vendredi le couple a signé un double sans faute dans le Grand Prix dominical qui lui a permis de monter sur la deuxième marche du podium derrière l’allemand Hans Dieter Dreher (Cool and Easy). Une performance qui ne devrait pas avoir échappé au sélectionneur américain Robert Ridland qui a également en tête sa 8ème place dans le GP de la Baule en mai et sa contribution, là encore, dans la 2ème place de l’équipe US en Coupe des Nations.

 

Atomic Kebir

GP Vichy 208_Fotor

Abdelkebir Ouaddar et Quickly de Kreisker dans le GP de Vichy (CSI 3*) en juillet 2013. Un des premiers succès qui a révélé le couple avant qu’il ne perce en CSI 5*.

Il a assurément l’un des sourires les plus communicatifs du circuit. « Il », c’est bien évidemment Abdelkebir Ouaddar. A 53 ans le marocain, 44ème mondial, associé à son fabuleux Quickly de Kreisker, continue son ascension vers les sommets. Ce week-end, il a mis dans sa besace, avec l’art et la manière, le Grand Prix du Saut Hermès. Un exploit que résume parfaitement le quotidien L’Equipe, lorsqu’il évoque un cavalier qui « a atomisé toute la concurrence ».

Il y a chez « Kebir », un style parfois un peu agité mais surtout une volonté et un plaisir à monter les épreuves qui en font un cavalier vraiment atypique. Si on y ajoute l’expressivité et le génie du fils de Diamant de Semilly, le couple qui s’est imposé hier sous la verrière du Grand Palais a décidément tout pour réussir. On les savait bons et rapides mais ce dimanche ils sont apparus imbattables. Là où les victoires se jouent d’habitude sur une poignée de centièmes, Kebir et Quickly ont littéralement pulvérisé le chronomètre, se payant le luxe d’améliorer le temps de Scott Brash de 2,38 secondes ! Inimaginable. Aucun bookmaker n’aurait pu envisager un tel scénario. C’est quand l’histoire n’est pas écrite à l’avance qu’elle est la plus belle. L’édition 2016 du Saut Hermès restera à ce titre dans les annales.

« Mon cheval m’avait déjà donné un magnifique cadeau en me permettant de me qualifier pour les Jeux Olympiques. Là, il me donne encore beaucoup en remportant ce Grand Prix Hermès. En plus devant ce public qui me soutient beaucoup ! Je remercie aujourd’hui infiniment le public français et le Roi du Maroc, c’est grâce à lui que je fais le plus beau sport du monde.  Il y avait 16 barragistes et beaucoup de très bons cavaliers ! Je suis vraiment content, ça prouve que mon cheval est capable de tout, même d’une médaille aux Jeux Olympiques, pourquoi pas ! » s’est enflammé Abdelkebir Ouaddar à l’issue de l’épreuve.

Le marocain nous a mis en appétit. Sa qualification pour les de Jeux de Rio (historique pour le Maroc) est une promesse de suspense et de beau sport. Kebir et Quickly, par leur parcours, ont le profile pour être les dignes successeurs de Jappeloup et de Pierre Durand.

Kebir, c’est la belle histoire d’un gosse marocain issu d’une famille modeste pris sous l’aile protectrice d’une princesse. Lalla Fatima Zohra, fille de Hassan II (roi du Maroc) le traitera comme l’un de ses propres enfants lui offrant la possibilité de monter à cheval. En raison des ses aptitudes il sera même envoyé à 14 ans en stage chez Nelson Pessoa quand le sorcier brésilien était basé à Chantilly. Et puis, les années, les décennies, passent. Jusqu’au jour où, fin 2012, le nouveau roi du Maroc (Mohammed VI) fait l’acquisition à prix d’or de l’étalon Quickly de Kreisker auprès du cavalier breton Benjamin Robert. Peu importe. Le souverain est riche, très très très riche et Kebir a eu un vrai coup de foudre pour le cheval. Il ne s’est pas trompé.

L’affaire conclue, les choses vont s’enchainer. Vite, très vite. Le couple connaît une ascension fulgurante. Après des succès en CSI 3*, le duo remporte en novembre 2013, à la surprise générale, le Masters de Stuttgart. L’année suivante, Kebir devient le premier Marocain de l’histoire à décrocher son ticket pour des Jeux Équestres Mondiaux. On connaît la suite.

Beaucoup à sa place auraient été grisés par le succès et pris la grosse tête. Ce n’est pas son cas. Abdelkebir Ouaddar a la modestie et le sourire des grands. Personnalité attachante, il constitue un très beau trait d’union entre la France et le Maroc. Fidèle à son pays de naissance il est également reconnaissant à son pays d’adoption. Marié à une française, et installé chez Marcel Rozier, son entraîneur, il bénéficie de la double nationalité. Autant de raisons qui contribuent à en faire l’un des chouchous du public hexagonal.

Marcus Ehning a le Plot Blues

aplotMarkus Ehning a le blues. Le Plot Blues. Le cavalier Allemand a décidé de mettre un terme à la carrière sportive de Plot Blue, sa fidèle monture de 18 ans. Les adieux à la compétition se sont déroulés à l’occasion du CHI de Genève, en terres Suisses, la nationalité du cheval et de sa propriétaire.

Si Marcus Ehning demeure un mystère en raison de sa très grande discrétion, le Centaure, visiblement ému, a brièvement fendu l’armure à l’occasion de la cérémonie d’hommage à l’étalon Plot Blue (Mister Blue x Pilot), entre les deux manches de la finale du Top 10, vendredi soir.

Qui n’a jamais été intrigué par le visage d’habitude impassible de ce grand nom de l’équitation seulement traversé parfois par quelques tics ? Véritable dieu à cheval, Marcus Ehning a, c’est incontestable, du sentiment. Sur l’immense piste de Palexpo, à côté de sa groom en pleurs, il a laissé transparaitre qu’il avait aussi des sentiments et que sa pudeur ne doit pas être imputé à une quelconque froideur germanique mais à une personnalité mal à l’aise en dehors de sa bulle, et dont les regards et caméras font le même effet que les phares d’un véhicule sur un oiseau de nuit.

Disons-le tout net. Rendre hommage à Plot Bue c’est aussi saluer le cavalier avec lequel il a glané de très nombreux titres dont la finale Coupe du Monde 2010, la Coupe des Nations d’Hickstead 2012 et 2013, le Grand Prix de Saint Gall en 2012, le Grand Prix du Global Champions Tour de Cannes en 2013, la Coupe des Nations de Falsterbo… Au-delà des victoires et des classements voir évoluer ce couple fusionnel c’était, même sanctionné par des pénalités, prendre une véritable leçon d’équitation.

Rendons grâce à Marcus, l’homme de cheval qui a fait le choix d’offrir une retraite à son partenaire alors que celui-ci affiche une forme de poulain et une belle santé. « Plot Blue est un cheval formidable à monter qui m’a apporter tant de satisfaction qu’il méritait de prendre sa retraite aujourd’hui en étant toujours au sommet de son art et en grande forme physique » a sobrement déclaré Marcus Ehning.

Pas d’adieux sur une blessure, juste une page qui se tourne avec au passage une belle leçon sur la gestion de la carrière d’un cheval de haut niveau qui finira ses jours dans un paddock aux écuries de son cavalier. C’est ce qu’on appelle le respect du cheval.

Respects également à Marcus qui reconnaissait avec modestie  « J‘ai eu une chance immense de monter Plot Blue ». « Nous avons vécu tant de choses tous les deux ».

Tschüss Plot Blue.

Jonna Ekberg reine en son royaume

BarcaD215apm2 129

Jonna Ekberg. Cliquer pour agrandir.

Un peu oubliée en raison d’une actualité équestre chargée, Jonna Ekberg s’est pourtant illustrée lors du CSI4* de Stockholm qui se déroulait lors du dernier week-end de novembre. La jeune suédoise de 25 ans a remporté sur Freestyler (Lord Z x Burggraaf) l’épreuve des Sweden Master ouverte à six cavaliers et dotée, entre autres, d’une voiture Volkswagen.

La cavalière des écuries Stephex (Belgique) s’est imposée devant le Belge Olivier Philippaerts (DJ vd Kattevennen) et le Brésilien Marlon Zanotelli (Icarus).

Le grand public a pu découvrir Jonna Ekberg notamment à l’occasion de la finale de la Coupe des Nations de Barcelone où elle a intégré l’équipe nationale Suédoise dans la dernière ligne droite à la place de Peder Fredricson.

Le classement complet ici.

Le beau cadeau de la famille Gruss à JustWorld international

justLes hommes de chevaux ont du cœur. Ce n’est plus à prouver. Et quand ils viennent d’horizons différents, cette rencontre est encore plus belle. La famille Gruss ainsi fait un joli cadeau de Noel avant l’heure à l’organisation humanitaire JustWorld international en lui offrant la recette d’une représentation de son spectacle Pégase et Icare. Alors, si vous voulez passer une bonne soirée tout en accomplissant un geste de solidarité, vous avez rendez-vous à Paris le 5 novembre à 20H, sous le chapiteau Alexis Gruss dans le XVIème arrondissement. Des places (à partir de 25 €) ou encore des packs VIPs sont encore disponibles. L’objectif assigné est d’atteindre les 3000 spectateurs, pour lever un maximum de fond pour les enfants.

Donné pour la première fois à Deauville le 11 août dernier, le spectacle Pégase et Icare réunit pendant 2h30 40 chevaux sur la piste et plus de 20 écuyers et acrobates aériens mis en valeur par l’orchestre de Sylvain Rolland et la voix de Barbara Nicoli.

Fondée par Jessica Newman, une ancienne cavalière internationale américaine de saut d’obstacles, JustWorld international mène des actions pour les enfants défavorisés à travers le monde notamment au Guatemala, au Honduras, au Brésil ou encore au Cambodge. « Parce que JustWorld mobilise des bénévoles et ambassadeurs dans les disciplines du saut d’obstacles, du concours complet, du dressage, des courses et du polo, il devenait évident, d’associer aussi le cheval artiste, à notre cause. » explique Jessica Newman.

« JustWorld International œuvre pour donner aux enfants démunis l’accès à l’éducations, l’art et la musique en autre. C’est un joli clin d’œil à nos projets que nous offre Monsieur Gruss. Et je souhaite que beaucoup d’enfants d’ici viennent admirer son spectacle ce qui nous permettra de continuer à faire avancer nos projets culturels auprès de ceux qui ont  aussi plein de rêves et de besoins » précise Isabelle Sepulchre, responsable Europe de l’association.

Eric Navet, Olivier Guillon et Kevin Staut notamment mettent leur notoriété au service de l’association comme « ambassadeurs ».

Renseignements et réservations sur le site http://www.alexis-gruss.com/

Avec communiqué.

Le tweet de Rodrigo Pessoa qui épingle la FFE et le journal l’Equipe

JEM4C 031

Rodrigo Pessoa

En bon sud-américain, le sang de Rodrigo Pessoa n’a fait qu’un tour. Le champion olympique Brésilien (né à Neuilly-sur-Seine) a manifesté par tweet, dans la soirée de lundi,  son mécontentement face au silence médiatique qui a entouré la première historique réalisée par de ses amis cavaliers français en Coupe du Monde.  « Un triplé historique Francais dans la Coupe duMonde d’Oslo pas une ligne dans L’Equipe fait la FFE @leprevost@SimonDelestre@delaveau » s’est interrogé Rodrigo Pessoa érigé en porte-parole d’un milieu et de compétiteurs lassés par le traitement médiatique qui leur est réservé.

A quoi sert effectivement de réaliser des exploits si ceux-ci ne sont pas partagés avec la grande famille du sport ? N’est-ce pas aux fédération nationales et à leurs chargés de communication de faire leur travail, c’est à dire de « vendre » des informations à des médias qui par facilité on tendance à ne traiter que les sports les plus « populaires » ? On sait pourtant que l’équitation est un sujet qui intéresse le grand public quand on ne se limite pas à écrire 3 lignes de résumé et la liste des 5 premiers. Le succès du film Jappeloup et les livres qui l’ont précédé témoignent du goût du public pour les belles histoires quand elles sont bien racontées. Le quotidien L’Équipe, aujourd’hui pris en faute ne mérite pas totalement cette colère au regard des efforts réels qu’il fait pour parler d’équitation même s’il n’est pas payé de retour par la FFE qui l’ignore superbement.

guerdat

Philippe Guerdat aussi est un lecteur attentionné de L’Equipe.

Il est amusant à cet égard de constater combien les compétiteurs en équitation sont avant tout des athlètes intéressés par les autres sports et souvent de grands amateurs de la lecture du premier quotidien sportif français (tirage à 250 000 exemplaires). Le coup de gueule de Rodrigo Pessoa a au moins le mérite de mettre un coup de pied dans la fourmilière du côté des autorités fédérales. Faudra-t-il au final que l’association des cavaliers français finisse par prendre son propre attaché de presse ? Ce serait un comble quand on sait que la FFE est la 3ème fédération sportive française avec 689 000 licenciés soit une progression de +374% depuis 1984. Autant dire que les moyens financiers ne manquent pas.

Les Restos du coeur ont aussi leur CSO

CHVLes clubs hippiques d’Ile de France se mobilisent pour les Restos du cœur. Ce n’est certes pas du haut niveau sur le plan sportif mais ça l’est assurément sur le plan des valeurs. Bravo aux organisateurs qui démontrent là que le jumping, ce n’est pas (uniquement) une discipline élitiste mais qu’elle peut rassembler des gens de tous horizons capables de générosité et de solidarité.

Le « CSO des restos » est un concours hippique de saut d’obstacles caritatif. Sa troisième édition se déroulera année le 7 février 2015 au Club Hippique de Versailles à Porchefontaine, au profit de l’association des Restos du Cœur des Yvelines qui se verront reverser l’intégralité des bénéfices.

Le succès de cet événement est assuré par la participation des clubs hippiques d’Ile de France. Loin de la tradition caritative anglo-saxonne toujours un peu « chichis-pompons » il s’agit d’une manifestation qui se veut festive et bon enfant avec des épreuves déguisées individuelles et par équipe.

Comme le précise les organisateurs, ce « concours » de saut d’obstacles s’adresse :

  • à l’ensemble des enseignants et élèves moniteurs d’Ile de France. Chaque enseignant désirant y participer doit se faire parrainer à l’aide de dons par ses élèves-cavaliers. L’engagement minimum est de 200€ par enseignant et chacun devra se déguiser !!
  • aux accompagnants des clubs participant venant supporter leurs moniteurs,
  • à un plus large public d’amateurs ou tout simplement à toutes les personnes souhaitant découvrir, apprécier le saut d’obstacles et surtout soutenir les Restos du Cœur !

A noter que cette année la prestigieuse Académie Équestre de Versailles dirigée par Bartabas, non seulement parraine l’évènement mais fait le geste d’offrir la recette de son tout nouveau spectacle équestre « LA VOIE DE L’ECUYER » qui sera donné le dimanche 8 février à 15h00, en face du château dans les grandes écuries royales du château de Versailles. D’autres nombreux partenaires dont Equidia Life et la FFE contribuent aussi au succès de cette manifestation.

Attention, la clôture des inscriptions pour les clubs est fixée au 30 janvier 2015 sachant que les places sont malheureusement limitées.
Contacts et renseignements :

Club Hippique de Versailles 59 rue Rémont, 78000 Versailles (parc des sports de Porchefontaine)

Tel : 01.39.51.17.02 – Site web : www.c-h-v.fr