Éric Lamaze, nouveau duc de Wellington

Fine lady
Eric Lamaze et Fine Lady 5 (3ème du Jumping LGCT de Chantilly 2014) Cliquer pour agrandir.

Superstar un jour, superstar toujours. 2015 année Lamaze ? Peut-être. A l’issue de quatre semaines de compétition, le champion canadien qu’on ne présente plus signe quatre victoires de rang (une performance inégalée depuis 20 ans) dans la Ruby et Violette Challenge Cup du WEF (Winter Equestrian Festival), sous les palmiers de Floride.

lamaze
Tout sourire. Eric Lamaze en grande discussion avec Cameron Hanley lors des JEM.

Deux victoires avec Rosana du Park puis deux autres avec Fine Lady 5. « Parfois vous avez besoin d’un peu de chance » lâche Éric Lamaze. La modestie affichée cache un vrai professionnalisme. Le champion olympique de 2008 porte surtout une grande attention au planning des compétitions et au choix des chevaux de son piquet en fonction des compétitions privilégiant celui le plus en forme. Un luxe certain mais déterminant permis par des investisseurs fidèles.

« Elle est compétitive et aime se battre » dit son cavalier de Fine Lady 5 qui n’hésite pas à rappeler que la jument gagnait déjà avant de lui être confiée. Peu importe. Fort de la confiance de ses propriétaires, Éric Lamaze est aujourd’hui revenu au premier plan de l’équitation mondiale avec une envie et un plaisir de gagner totalement retrouvés. Et ça se voit. Cet homme-là n’a pas fini de nous surprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *